icon 0
icon Recharger
rightIcon
icon un livre d'histoire
rightIcon
icon Déconnexion
rightIcon
icon Télécharger l'appli
rightIcon
Chapitre 16
M'as-tu frappée
Nombre de mots : 1518    |    Mis à jour : 31/03/2020

Baissant la tête, Álvaro a regardé Angela. Il n'en croyait pas ses yeux, elle embrassait... sa chemise. Juste quelque temps auparavant, ils étaient en quelque sorte ennemis.

« Toi, grande aile au regard glacial, tes bras sont si chauds. Laisse-moi vérifier s'il y a un four caché... »

Elle était sur le point de déboutonner sa chemise de ses mains, mourant d'envie de toucher sa peau. N'en pouvant plus, Álvaro l'a repoussée et de nouveau jetée sur le lit.

Se touchant le dos, Angela s'est plainte parce qu'elle avait mal aux fesses. L'a regardée d'un air froid, Álvaro l'a avertie sèchement : « Angela Si, si tu oses refaire ça, je te jette d'ici par la fenêtre... »

Un silence de mort est tombé soudain sur la pièce quand Angela, sautant du lit en gloussant, a bondi vers Álvaro et l'a embrassé sur les lèvres!

Waoh! C'était si chaud! Les yeux clos, Angela était contente de l'embrasser.

Délicieux... C'était si bon!

« Oh! Pourquoi tu ne me réponds pas? », a crié Angela, juste avant d'être rejetée sur le lit.

Il était difficile de ne pas devenir un peu lucide après tout ça… S'allongeant sur le lit, Angela a repris ses esprits et a regardé l'homme au visage sinistre debout à côté d'elle. Totalement confuse et déconcertée, elle a balbutiée : « Álvaro... Álvaro...

r. Elle connaissait ce genre d'hommes.

« Il n'est peut-être pas de ce genre. J'ai l'impression qu'il a vraiment une bonne personnalité. » Mais elle n'était pas heureuse. C'était peut-être parce qu'ils n'étaient ensemble que depuis quelques jours.

Lui tapotant les épaules, Nancy l'a prévenue froidement : « Angela, si tu me considères comme une bonne amie, ne répète des bêtises comme ça! Sinon, je n'arrêterais pas de m'inquiéter! »

Angela savait que Nancy était en colère. Elle était généralement gentille et douce et et lui parlait rarement de cette manière froide et dure. Elle savait que son inquiétude était réelle.

Angela s'est immédiatement approchée d'elle et l'a rassurée : « Je t'en prie Nancy, ne te fâche pas. Je ne le referai pas, d'accord? »

« Eh bien, je préfère ça. Allez, il est temps de se mettre au travail. Nous ne devons pas être en retard! »

« D'accord! »

À leur retour au poste de soins infirmiers, plusieurs infirmières se tenaient debout en discutant chaleureusement quelque chose.

Angela aimait les discussions animées comme celles-ci. En voyant ses collègues, elle a tiré Nancy et les a immédiatement rejointes. « Luisa, Alicia, qu'est-ce qui s'est passé? Qu'est-il arrivé? Pourquoi êtes-vous si excitées? Dites-le moi s'il vous plaît! »

Bonus à réclamer dans l'application

Ouvrir