icon 0
icon Recharger
rightIcon
icon un livre d'histoire
rightIcon
icon Déconnexion
rightIcon
icon Télécharger l'appli
rightIcon
Chapitre 5
Si elle est vraiment riche
Nombre de mots : 1466    |    Mis à jour : 27/03/2020

« Qui sait! Hum... Peut-être. Mon frère m'a confié que Álvaro et lui avaient tous les deux participé à une activité médicale. Mais il n'y a aucun besoin de l'appeler, ce n'est pas grave. Álvaro est le directeur de cet hôpital et je ne suis qu'une infirmière. De toute façon, nous n'avons rien en commun. »

Elle était sans doute la seule à penser ainsi. En fait, ils étaient peut-être faits l'un pour l'autre.

Plus tard cette nuit-là, après le travail, Angela s'est changée et s'est rendue au service de pharmacie. Nancy était déjà rentrée chez elle.

Rafael a fini son service lui aussi. Se précipitant vers lui, Angela a crié : « Rafael! »

La voyant si excitée, il a souri. « Angela? Je ne m'attends pas à te retrouver ici. »

« Oui. c'est mon premier jour de travail ici. »

« Oh vraiment? Dans quel service es-tu? » Rafael semblait pour le moins surpris.

Se touchant la tête d'un air penaud, Angela a ajouté : « Je suis seulement une infirmière. »

« Comment se fait-il... Tu es spécialisée en pharmacie et maintenant tu es infirmière? Pourquoi as-tu décidé de faire ça? » Il trouvait cela à la fois curieux et un peu drôle.

Hochant la tête et elle s'est dit intérieurement : « Je l'ai fait pour toi... » Puis, inspirant profondément et le regardant dans les yeux, ses yeux brillait d'espoir : « Es-tu libre aujourd'hui? »

Il l'a regardée, une expression indéchiffrable sur le visage. Pendant qu'ils discutaient, une femme s'est approchée. « Rafael, tu pars? »

Levant les yeux, Angela a vu une belle femme aux longs cheveux et, Angela ne pouvait s'empêcher de se demander que si c'était sa petite amie.

Avant qu'elle n'ait le temps de vraiment y penser, la femme a demandé : « Eh bien, Rafael, est-ce ta petite amie? »

Embarrassé, il a nié en secouant la tête. « Non, sœur. C'est ma camarade de classe. »

C'était donc la sœur aînée de Rafael? Angela se sentait un peu soulagée. Elle l'a saluée chaleureusement. « Bonjour, je m'appelle Angela Si. »

La femme a souri légèrement et, discrètement, l'a jaugée de la tête aux pieds. À la vue de la montre au poignet d'Angela, ses yeux se sont instantanément illuminés. « Ravie de te rencontrer, Angela. Je suis la sœur aînée de Rafael, Elisenda. Tu peux m'appeler Ely. »

« Enchantée de faire ta connaissance, Ely. »

« Ravie de te rencontrer également. Tu es tellement belle. »

L'air sincère sur le visage d'Angela a fait rire Ely. « Angela, c'est super de parler avec toi, mais Rafael et moi devons rentrer à la maison maintenant. Navrée que nous ne puissions pas discuter longtemps aujourd'hui. Passe-moi un coup de fil quand tu seras libre ».

Puis elle lui a tendrement tenu la main et Angela en était heureuse. « D'accord. À plus tard Rafael, Ely! »

« Au revoir Angela. » Ely a lâché sa main et ils se sont séparés.

Sur le parking, Angela est entrée dans sa BMW et a quitté le parking au volant de sa voiture.

Ely a vu tout cela.

À bord d'une voiture ordinaire, très excitée, Ely a demandé à Rafael : « Tu ne vois donc pas que tu plais à cette fille? C'est pourtant tellement évident. »

Hochant la tête, il l'a confirmé sans la moindre hésitation. Il se savait séduisant, et il avait déjà remarqué l'intensité du regard qu'elle posait sur lui.

« Tu sais quoi? Cette fille est pleine aux as. Elle conduit une Mini BMW. Elle a une montre de grande marque à son poignet. Et as-tu remarqué ses vêtements? De loin, on dirait des vêtements ordinaires, mais en réalité c'est une marque internationale très coûteuse, même si je ne me souviens pas du nom... Mais peu importe, ce qu'il faut savoir c'est qu'elle est une marque de luxe! »

« C'est vrai? Je ne m'en suis pas rendu compte. » Rafael pensait à l'époque où Angela était encore à l'école, elle avait toujours eu l'air étrange.

« En général Angela est très discrète. J'ai entendu parler de sa personnalité dynamique et active. Elle fait du kickboxing et M. Bruno est gentil avec elle. En dehors ça, elle n'a rien de spécial. »

« Tu ne me fais pas confiance? Sa tenue est très chère, je te le garantis! J'ai pris sa main tout à l'heure pour vérifier si sa montre est authen

tique. Et elle l'est! Fais-en ta petite amie, Rafael. Tu n'auras plus à te tracasser pour tout le reste de ta vie! »

Hésitant, il a froncé les sourcils. « Mais je n'aime pas sa personnalité. Elle n'est pas douce ni féminine! Je veux être avec quelqu'un que j'admire, pas quelqu'un dont j'ai besoin. »

D'après Rafael, Sonia était la plus belle fille de la classe d'Angela. Elle était à la fois plus gentille et plus jolie que Angela.

« Eh bien, cette fille est certes hyperactive, mais quand elle est avec toi, elle est timide comme une petite fille. Tu ne le vois pas? Oh! À propos, que fait-elle dans l'hôpital Yao? » Ely était connue pour être très observatrice et elle était toujours en quête d'opportunités pour gravir les échelons sociaux.

Une femme cherchant à épouser un homme riche se devait de bien connaître les grandes marques, alors en rencontrant la discrète Angela, elle avait immédiatement reconnu la qualité de sa toilette. C'était du haut de gamme.

« Infirmière! » Elle n'était qu'une infirmière. Pourquoi quelqu'un de riche voudrait-il être infirmier? Il ne le croyait pas.

Ely était totalement confuse. « C'est bizarre, elle n'est pas riche? »

« Je crois que oui. » En fait, Rafael était un peu déçu. « Je ne crois pas qu'elle soit aussi riche que tu le penses. »

Ely a répliqué : « Avant que nous sachons la vérité, tu joues un peu avec elle. Si elle était riche, tu trouverait un filon d'or. Et le bien-être de notre famille dépend de toi! »

Rafael a nié farouchement : « Je ne pense pas que ce soit le cas! » Une infirmière était en fait une héritière riche? À moins qu'elle ait subi un traumatisme crânien!

Au même moment, Angela racontait sa rencontre à Nancy au téléphone : « J'ai rencontré la sœur aînée de Rafael aujourd'hui, Nancy. Elle est magnifique. Mais je ne sais pas si elle accepterait que Rafael sorte avec moi. »

« La prochaine fois qu'on voit Rafael, veux-tu que je lui demande s'il s'intéresse à toi? » Nancy ne supportait pas le fait que son amie soit aussi amoureuse de quelqu'un qui adoptait une attitude équivoque.

Angela était toute timide. « Tu le ferais? »

« Tout se passera bien. Fais-moi confiance! Tu veux bien? »

« Oui... D'accord! »

« Super. Reviens maintenant. J'ai déjà préparé tous les condiments. Cuisinons ensemble. » Nancy se sentait comme la personne la plus heureuse du monde. Elle pouvait en permanence se régaler de mets raffinés lorsqu'elle était avec Angela, qui était un vrai cordon bleu.

Elle avait bien évidemment hérité des talents culinaires sophistiqués de sa mère, Daisy. Elle cuisinait pour Chuck depuis qu'elle était adolescente.

« Eh bien, je suis déjà sur la Place Centrale. Je serai bientôt là. »

« Conduis lentement et sois prudente. »

« À tout à l'heure. J'arrive. »

Le lendemain, pour rendre service à son amie, Nancy a interrogé Rafael. Connaissant l'objectif de Nancy, Rafael a dit vaguement : « Je suis célibataire. Je n'ai pas encore rencontré la femme qui me plaît. »

« Dis-moi donc, quel est ton genre de fille? » Nancy était un peu gênée de poser une telle question à un homme, mais elle l'a fait pour le bonheur d'Angela.

« Une fille extravertie et sémillante. », a-t-il répondu à contrecœur, pensant à ce qu'Ely lui avait dit.

Nancy était folle de joie. Angela était exactement le type de fille qu'il décrivait!

De retour au service d'hospitalisation, elle l'a dit à Angela, qui a bondi de joie dans le hall de sortie. Elle était si heureuse! « Alors, je lui plais, c'est ça? »

Nancy n'était pas sûre, puisque Rafael n'avait pas clarifié les choses. « Prends ton temps. C'est déjà un bon début, n'est-ce pas? »

« Tu as parfaitement raison. Est-ce que je devrais être entreprenante? » Même si c'était mal vu qu'une fille prenne l'initiative, elle craignait qu'elle laisse passer l'occasion.

Nancy ne savait vraiment pas quoi lui dire puisqu'elle n'avait jamais poursuivi un garçon auparavant. Elles étaient inquiètes toutes les deux. Soudain, une voix froide a résonné d'en bas : « Qui vous a donné la permission de discuter de l'amour pendant les heures de travail? Venez ici! »

Bonus à réclamer dans l'application

Ouvrir