icon 0
icon Recharger
rightIcon
icon un livre d'histoire
rightIcon
icon Déconnexion
rightIcon
icon Télécharger l'appli
rightIcon
Chapitre 6
Une haine profonde pour Álvaro
Nombre de mots : 1537    |    Mis à jour : 27/03/2020

Le bruit soudain a effrayé les deux filles, et les a fait sursauter!

« Tu… tu…es-tu un fantôme? Pourquoi nous ne t'avons pas entendu entrer? », Angela s'est adressée à l'homme debout près des escaliers.

Lui serrant fermement la main, Nancy l'a avertie : « Angela, nous devrions commencer par nous excuser! »

Cependant, Angela n'était pas d'accord car Álvaro savait pertinemment ce qu'elle pensait. Elle était si nerveuse qu'elle ne parvenait même pas à trouver les mots pour se défendre. Elle ne savait pas quoi dire d'autre que : « Vous nous espionnez! Et je discute de ma vie privée pendant les heures de travail. Nous sommes donc quittes. Vous ne devez le dire à personne! »

Peu importait qu'il ait promis ou non. À ses mots, Angela a ouvert la porte du couloir des urgences en prenant le bras de Nancy, et s'est précipitée vers le poste de soins infirmiers.

Les suivant, Álvaro a lui aussi quitté le couloir des urgences.

Il avait prévu de se rendre dans la salle VIP, mais en descendant de l'ascenseur, il a reçu un appel important. Il a donc ordonné à ses deux assistants de partir pendant qu'il répondait au téléphone.

En raccrochant, il a entendu les chuchotements de deux filles. Cela semblait assez... intéressant.

Au poste de soins infirmiers, Angela était anxieuse, copiait une page d'un dossier médical. Elle ressemblait à un enfant qui craignait d'être réprimandé par ses parents à cause de ses fautes que le professeur leur a dit.

Elle priait pour qu'Álvaro ne soit pas mesquin! Mais elle a oublié qu'Álvaro était le directeur adjoint de l'hôpital, et qu'il était de ce fait, très responsable...

Elle a ressenti une haine intense pour Álvaro quand Winnie les a convoquées pour les réprimander.

Heureusement, Winnie n'était pas trop sévère, mais elles auraient certainement de sérieux sanctions si la même chose se reproduisait!

Une fois le travail fini, Angela a pris Nancy par le bras et elles se sont dirigées vers le parking. Elle lui a dit : « Álvaro est si froid avec tout le monde. Il est indifférent comme le bois. Glacial, Ala congelé… Il n'a absolument pas de petite amie! »

« Impossible! » Ajustant ses lunettes Nancy a remarqué : « Il est plus beau et plus charmant que Rafael, tu ne trouves pas? »

Il y avait quelque chose qu'elle n'avait pas voulu dire à Angela. De son point de vue, Rafael n'était pas très masculin. Elle le trouvait même très efféminé. Le directeur adjoint, en revanche...

« Bien que j'ai du mal à l'admettre, c'est vrai qu'il est beau, cependant, on ne sait pas si ce 'Ala' a subi une chirurgie plastique ou non. Après tout, la chirurgie plastique de l'hôpital Yao est très célèbre dans l'Empire Shine! »

Un homme, qui les a suivies depuis un moment, s'est dirigé vers une Porsche noire garée juste à côté de la BMW près de laquelle les deux filles se discutaient. « Bip... » Au bruit que la voiture a fait en s'ouvrant, Angela s'est retournée.

« Al… Al… Al… »

« Ça suffit! » En plus de m'appeler Ala... maintenant tu y rajoutes la chirurgie plastique? Angela Si, tu es morte! » Démarrant sa Porsche noire, l'homme a appuyé sur l'accélérateur et est parti. Les deux filles étaient complètement abasourdies.

Au bout d'un moment, Nancy a pris la parole : « Angela, penses-tu possible que M. Gu t'ait suivie toute la journée? »

« Je pensais à la même chose maintenant. »

« Angela, je crois que nous sommes foutues! »

« Effectivement, tu as raison et j'en suis consciente. »

... ...

Juste après que la Porsche noire a été hors de vue, elles sont entrées dans la BMW de Angela.

Angela a eu un sommeil très agité cette nuit-là. Son esprit lui rappelait constamment le visage d'Álvaro quand il lui avait lancé ce regard d'avertissement.

Oh! Pourquoi avait-elle fait ça?

Elle était désormais plus convaincue que jamais d'avoir pris la pire décision en choisissant l'hôpital Yao. Elle aurait travailler à l'hôpital de Chengyang au lieu de choisir l'hôpital Yao où elle vivait maintenant un enfer.

Vivant dans une anxiété permanente, pendant les trois jours suivants, Angela n'a même pas osé essayé de rencontrer Rafael. Elle avait surtout peur de revoir Álvaro. Elle ne voulait pas non p

lus qu'Álvaro entende des choses qu'il n'avait pas besoin de savoir.

C'était donc une bénédiction quand Rafael a pris l'initiative de lui rendre visite.

Angela et Rafael se sont entendus pour déjeuner ensemble à la cafétéria de l'hôpital.

Les laissant seuls, Nancy est partie avec les autres infirmières.

À la cafétéria.

Angela a offert à Rafael une côte d'agneau au poivre noir. Posant la côtelette dans son assiette, elle a dit : « Essaie ceci! C'est délicieux! »

Il était un peu embrassé quand ses yeux se sont posés sur la côtelette dans son assiette. Angela, qui le surveillait de près, a aperçu qu'il ne réagissait pas comme prévu, et a demandé : « Qu'est-ce qui ne va pas? » Aurait-il lui aussi une obsession pour la propreté? Elle n'avait même pas touché à la nourriture.

Pinçant les lèvres, Rafael a répondu : « Oui Angela, en fait, je n'aime pas l'agneau. »

Quoi? « C'est noté, désolée, je ne le sais pas! » Angela a rapidement ramené la côtelette d'agneau dans sa propre assiette.

Que devait-elle faire? Elle aimait vraiment l'agneau...

« Ne t'en fais pas, avec le temps, tu apprendras à te familiariser avec moi! », a suggéré Rafael. Mais Angela, naïve, n'a même pas réalisé ce que Rafael impliquait.

Après avoir avalé des côtelettes d'agneau, elle s'est essuyé les doigts avec une serviette humide. À ce moment précis, Rafael a demandé : « Tu est étudiante en la recherche et au développement de médicaments, n'est-ce pas? Pourquoi as-tu choisi devenir infirmière? As-tu obtenu un certificat en soins infirmiers? »

Secouant la tête, Angela a avalé sa nourriture. En levant les yeux vers lui, elle a dit : « Au début, je voulais travailler dans le service de pharmacie, mais mon frère m'a dit il n'y avait pas de postes vacants à moins d'être prêt à attendre encore trois mois. Voilà la raison pour laquelle je suis infirmière en ce moment. »

Trop gênée pour dire la vérité, elle a dissimulé le fait qu'elle est venue pour lui.

« Ton frère? » Rafael lui a lancé un regard profond.

« Oui, ne le dis à personne! J'ai obtenu ce poste grâce à mon frère. » Ils étaient en fait tous les deux entrés dans cet hôpital en jouant sur leur relation. Haha!

« Et qui est ton frère? »

« Mon frère est un excellent médecin. » Angela a pris une bouchée de riz. Ses yeux se remplissaient d'adoration lorsqu'elle parlait de son frère.

Après avoir pris une gorgée de soupe, Rafael a fait semblant de dire avec désinvolture : « Tu as le même nom que Gonzalo Si. C'est un médecin hautement qualifié! »

« Tu as absolument raison, parce que Gonzalo est mon frère! Hehe... » Angela parlait rarement de son frère. Elle ne l'aurait jamais mentionné si ce n'était pas Rafael. Puisqu'elle souhaitait se rapprocher de lui, elle lui a tout raconté sans se douter un instant et elle était tombée dans le piège que Rafael lui avait tendu.

Rafael s'exhortait au calme, mais il n'a pas pu s'empêcher de demander : « Es-tu vraiment la sœur de Gonzalo? La fille de Chuck Si? »

C'était un fait bien connu qu'à cette époque, il y avait deux grandes familles dans le domaine médical, la famille Si, située dans le pays C, et la famille Gu de l'Empire Shine.

Rafael savait déjà que Angela venait d'une famille distinguée, mais il était loin de s'imaginer à tel point.

Tout le monde savait dans le pays C que Chuck adorait sa fille. Elle hériterait de la majorité des actions de l'hôpital privé de Chengyang. Même si Gonzalo était le seul garçon de Chuck et il était un grand professionnel dans le domaine médical, il n'était qu'un actionnaire minoritaire!

Rafael commençait à envisager très sérieusement d'entamer une relation amoureuse avec Angela. Il serait chanceux si cela arrivait.

« Je compte sur toi, ne le dis à personne! », l'a-t-elle assuré. En tant que membre de la famille Si, elle avait grandi en comprenant qu'elle devait accepter certaines restrictions en échange de la jouissance de ses privilèges.

Il n'y avait pas de conflits entre les familles, mais la rivalité entre les deux hôpitaux existait, et elle était toujours concernée.

Hochant la tête, Rafael a demandé ensuite : « Mais j'ai une question, Mlle Si... Pourquoi m'aimes-tu? »

Bonus à réclamer dans l'application

Ouvrir