icon 0
icon Recharger
rightIcon
icon un livre d'histoire
rightIcon
icon Déconnexion
rightIcon
icon Télécharger l'appli
rightIcon
Chapitre 144
Je voulais la poursuivre
Nombre de mots : 1824    |    Mis à jour : 27/02/2021

L'homme qui se tenait figé dans sa veste colorée était parfaitement conscient que toutes les personnes présentes étaient issues d'une longue liste de personnes influentes. Par leur assemblée même, ils respiraient l'intimidation. Il n'osait donc pas les offenser. Il devait avouer la vérité immédiatement car c'était la seule chose à faire dans cette situation. « Eh bien, c'est Benito qui nous a demandé », a-t-il commencé poliment, « d'enquêter sur la vie professionnelle d'Ángela, et de la raccompagner jusqu'à lui... Il nous a dit que ce qui l'attirait le plus chez elle était qu'elle semblait être le genre de personne qui savait s'amuser... et donc il souhaitait s'amuser... avec elle. »

« Tu mens, je n'ai jamais rien dit de tel! Retire ça tout de suite! » Benito se contractait rigoureusement de sa position ligotée sur le lit. Il s'est soudain libéré d'un coup sec et s'est levé face à son accusateur. Ensuite, il a jeté un coup de pied contre l'homme.

Álvaro a donné un ordre à Conrado par un regard froid, et il a commencé à séparer les deux hommes.

Quand l'homme a retrouvé son souffle et s'est senti à l'aise pour continuer son histoire, il a dit : « C'est quand nous sommes arrivés à l'hôpital... » Et à partir de cela, l'homme était libre de dire sa vérité, et il l'a fait calmement. Tous les délits de Benito ont été révélés de manière non exagérée pour préserver la vertu des faits. Quand l'homme a terminé, tout le monde dans la salle est devenu comme des statues romaines, calme et immobile.

Qui avait raison et qui avait tort, la délibération n'a pas pris longtemps. C'était év

Relevé de compte

Bonus à réclamer dans l'application

Ouvrir