icon 0
icon Recharger
rightIcon
icon Historique
rightIcon
icon Déconnexion
rightIcon
icon Télécharger l'appli
rightIcon
Le mari de ma sœur

Le mari de ma sœur

Dion

4.8
avis
135.5K
Vues
85
Chapitres

Claris est un homme beau, intelligent, sérieux et riche, marié traditionnellement à plusieurs veuves de ses défunts oncles par coutume. Cependant, il épouse Sophie une femme dont il tombe amoureux loin du regard de sa famille ainsi que de celle de Sophie qui la croit décédée. Sophie et lui ont une fille de 12ans nommée Ari mais toutes les absences répétées de Claris qui doit également prendre soin de ses autres familles, finit par créer une solitude du côté de Sophie qui se refuge dans les bras du meilleur ami de son mari, Prince. Voulant vivre librement sa nouvelle romance mais tout en conservant la possibilité de pouvoir revenir auprès de son mari si les choses ne se passaient pas comme prévu, Sophie simule une seconde fois sa mort dans un accident de voiture. Seulement, Claris n’étant pas dupe, mène son enquête et découvre tout le plan de sa femme sans pourtant se dévoiler à cette dernière. Désemparé, Claris met au point un plan pour se venger de Sophie. Il épouse Léondra la sœur cadette de Sophie et lui donne tous les droits d’une épouse et même au delà. 2 ans plus tard, Sophie est de retour. Que fera-t-elle en réalisant que sa sœur bien aimée a pris sa place ? Entre amour et vengeance, où se positionnera Claris ? Et Léondra, abandonnera-t-elle sa nouvelle vie de rêve pour le bonheur de sa sœur ?

Chapitre 1 Tout pour ma liberté

Notre histoire se déroule dans un coin de l'Afrique où les anciennes coutumes et traditions sont encore d'actualité. Aujourd'hui nous célébrons le mariage coutumier de Sophie et Cokoué, tout le monde est heureux, on s'amuse et danse mais personne n'a encore vu la future mariée. Place à la dot, des cadeaux de la part du futur marié offerts à la future mariée. Alors on cherche la mariée et là on la retrouve dans une chambre, morte étendue sur le sol baignant dans son sang, avec un couteau près de sa main. On dirait qu'elle s'est, suicidée.

2 ans plus tard dans une boite de nuit, Léondra et Adi dansent en observant Pierre qui danse avec des filles quand soudain Pierre sort :

Adi :

-Léondra viens, allons-y

Léondra et Adi sortent également de la boite de nuit et observent toujours Pierre qui est debout regardant l’heure sur son téléphone :

Léondra :

-tu crois que si je lui parlais maintenant, il m’écouterait ?

Adi :

-essaie donc, qui sait ? ça se terminera peut-être par un mariage vous deux, allez vas-y

Léondra s’éloigne de Adi et se rapproche de Pierre :

Léondra :

-bon, bonsoir

Pierre content :

-hey Léondra

Un taxi s’arrête soudain devant eux et une fille en descend, elle fait la bise à la joue à Pierre :

Sophie :

-bonsoir chéri

Léondra choquée :

-chéri ? Vous êtes ensemble ?

Pierre mal à l’aise :

-excuse nous

Pierre traine la fille par le bras dans un coin :

Pierre :

-qu’est-ce que tu fais ?

La fille :

-qu’est-ce que je fais ?

Pierre :

-pourquoi tu lui dis que nous sommes ensemble ? C’était sensé être un secret

La fille :

-oui un secret pour ta famille, pas pour les étrangers

Pierre :

-cette fille c’est ma cousine, imagine qu’elle aille parler de tout ça à sa famille

La fille :

-comment ça c’est ta cousine ? Je n’ai jamais entendu parler de ça

Pierre :

-elle l’ignore elle-même mais sa famille le sait, ne parle pas à n’importe qui, tu sais que j’ai une grande famille, tout le monde dans cette boite peut être de ma famille

La fille :

-désolée

Ils regardent autour d’eux, Léondra et Adi ne sont plus là.

Chez Albert, une demeure familiale, Albert le père de Léondra, sa mère Arlette, ses grands-parents Déngué et Carol sont assis au salon :

Déngué :

-parlons du mariage de, Léondra

Albert :

-je n'ai aucune intention de perdre la dernière fille qui me reste papa, il vaudrait mieux oublier cette histoire de mariage

Carol :

-excuse-moi mais, personne n’échappe à notre tradition mon fils, ta fille doit épouser ton frère vu que c’est ce qui aurait dû être fait les quatre autres fois

Albert se lève, fâché :

-ayez pitié de moi, mes quatre filles se sont donnés là mort à cause de cette tradition

Albert s'en va dans son bureau à l'intérieur de la maison :

Déngué :

-parle à ton mari Arlette, hors de question que ma petite fille ne se soumette pas à la tradition alors que des générations entières l'ont fait avant elle, Albert doit reprendre ses esprits et marier sa fille sinon je le ferai moi-même à ma manière

Déngué et Carol s'en vont, Arlette va vite dans le bureau où est assis Albert dans le noir, Arlette allume la lampe :

Arlette :

-tes parents sont partis, ton père me dit de te dire de prendre les choses en main

Albert :

-je ne veux rien entendre

Arlette :

-Albert jusqu'à quand tu penses soutenir ta fille dans cette folie ? Est-ce que tu souhaites réellement te mettre toute la famille à dos ? Tu n'y survivras pas, tu le sais très bien, ta fille et moi non plus d'ailleurs

Albert :

-dit moi femme, que veux-tu que je fasse ? Tu veux que je la laisse épouser mon frère ? Ce même frère que, ma fille Sophie a failli épouser avant de se donner la mort ?

Arlette :

-c'est la tradition, les mariages doivent se faire dans la famille, rien ne sort et rien ne rentre, la fortune reste dans la famille, même nous, nous sommes passé par là, tu as oublié ?

Albert :

-tu veux qu'elle se suicide ?

Arlette :

-si on la surveille bien, rien de tout ça ne se passera

Albert :

-j'aurai quand même voulu d’un autre avenir pour notre fille

Arlette :

-je sais

Dans la chambre de Léondra, il y’a des photos de Sophie partout, Léondra rentre par la fenêtre et soudain son téléphone vibre dans ses mains :

Léondra décroche et chuchote :

-je suis bien arrivée et toi ?

Adi au bout du fil :

-oublie-moi et dis-moi plutôt comment tu vas, tu espérais tant te mettre avec Pierre pour échapper aux traditions de ta famille, tu vas faire quoi maintenant ?

Léondra :

-ça va aller

Léondra raccroche toute triste et s’assoit au sol quand Arlette rentre, Léondra cache immédiatement son téléphone sous le lit :

Léondra :

-tu pourrais frapper avant d’entrer

Arlette :

-sur un autre tons jeune fille

Léondra se lève :

-tu veux quoi ?

Arlette :

-te dire d’accepter le mariage sans faire d’histoires, c’est le mieux qui puisse t’arriver, ton mariage avec ton oncle est pour bientôt

Léondra ne fait que la fixer :

Arlette :

-je t’aurai prévenu

Arlette s’en va, Léondra verrouille la porte à clé puis s’allonge sur son lit et ouvre une page « mariage à l’aveugle » sur son ordinateur :

Léondra lit ce qui est inscrit sur la page :

-mariage à l’aveugle sur test de compatibilité, inscrivez-vous maintenant

Elle clique sur « inscrivez-vous », une autre liste s’ouvre pour les renseignements :

Léondra :

-alors comment je m’appelle ? Alana Daliya Ouni Uzo Ama alias Léondra, De Souza, avec un nom aussi long normal que personne ne veuille m’épouser, il ne suffirait même pas sur l’acte de mariage

Elle l’écrit sur la page web dans l’espace du nom ensuite elle continue de remplir la suite :

Léondra :

-âge 22 ans

Elle l’écrit :

Léondra :

-sexe, féminin bien sûr, hein quel genre d’homme je veux ? Physique

Léondra se lève, ouvre le placard et prend un magazine avec lequel elle va s’asseoir sur le lit, elle l’ouvre, il y’a des photos de Claris découpées du magazine, elle regarde les photos de Claris en souriant puis écrit en décrivant chaque détail de son visage, elle remplit le reste du formulaire puis clique sur envoyer

Deux jours plus tard toujours chez Albert dans la cuisine, Léondra est assise en train de malaxer le foufou dans la marmite, Arlette ramène du foufou cru dans un bol et le rajoute dans la marmite de Léondra :

Léondra boude :

-non n’en rajoute pas, tu me rends encore la tâche plus dure

Arlette :

-ton foufou est trop mou et c’est quoi ces graines que je vois depuis ici ? Tu ne sais même pas faire du foufou, t’es bonne à rien, tu feras quoi dans la maison de ton mari ?

Léondra se lève, fâchée :

-rien du tout, si je n’ai pas pu terminer mes études ce ne sont surement pas les tâches ménagères qui seront mes nouvelles études, je te jure que je serai la pire épouse que l’humanité n’ait jamais porté, je ferai de la vie de la vie de mon mari un vrai enfer

Léondra s’en va dans sa chambre :

Léondra fâchée :

-j’en ai plus que marre de cette vie bon sang

Léondra prend son téléphone sur le chevet du lit, elle a un nouveau message, elle ouvre le message :

Léondra le lit :

-compatibilité 94%, rencontre avant ou après le mariage ?

Léondra répond au message en écrivant « après le mariage ». Elle envoi le message puis sort.

Dans un restaurant, Adi dîne en compagnie de Pierre quand Léondra rentre, elle s’arrête quand elle les aperçoit, Adi la voit :

Adi :

-hey Léondra par ici

Léondra les rejoint :

Adi :

-assois toi

Léondra s’assoit mal à l’aise :

-bonjour

Pierre content :

-bonjour Léondra, qu’est-ce que tu veux manger ? C’est moi qui invite

Des minutes après, Léondra mange également :

Pierre :

-excusez-moi une minute, je reviens

Pierre s’en va en direction des toilettes :

Léondra :

-Adi qu’est-ce qu’il fait ici ? Je croyais qu’on avait rendez vous rien que toutes les deux

Adi contente :

-je croyais que ça te ferai plaisir de le voir, pour ton plan tu sais ?

Léondra :

-tu as oublié la fille d’hier soir ?

Adi :

-ce n’était qu’une amie à lui Léondra, il me l’a lui-même dit, c’est lui qui m’a invité, il voulait qu’il n’y ait aucun mal entendu

Léondra :

-et pourquoi c’est toi qu’il invite ?

Adi :

-parce qu’il est trop timide pour le faire avec toi, tu lui plais, il me l’a dit ça aussi, Léondra il y’a une chance pour que vous deux ça marche

Léondra n’est pas contente :

Adi :

-ça ne te fait pas plaisir ?

Léondra :

-je venais t’annoncer que je me, je me marie

Adi choquée :

-quoi ? Mais, mais comment ? Avec qui ?

Pierre revient à table :

-j’espère que vous vous régalez les filles

Léondra :

-c’est délicieux

Pierre regarde Adi :

-est-ce que ça va ?

Adi :

-oui

Le soir, Pierre, Adi et Léondra arrivent à pieds chez Albert, Arlette les observent depuis la véranda debout devant la porte :

Adi :

-ta mère nous regarde

Pierre :

-allons la saluer

Adi :

-vas-y toi, elle me fait peur

Pierre rejoint Arlette :

Adi :

-Léondra maintenant que nous sommes seules, raconte moi, c’est quoi cette histoire de mariage ?

Léondra :

-ce n’est pas le moment, je te dirai tout demain à ton bureau, au revoir

Léondra rejoint Pierre et Arlette :

Léondra :

-à bientôt Pierre

Pierre :

-à bientôt

Léondra rentre dans la maison :

Arlette :

-qu’est-ce que tu fais avec ma fille ?

Pierre :

-on est juste sorti dîner ma tante

Arlette :

-fais attention, la famille risque de mal prendre ta relation avec elle, je te rappelle qu’on parle de la fille qui va bientôt épouser ton père

Pierre :

-je sais ma tante mais en temps normal, Léondra devrait m’épouser moi, ce serait beaucoup plus juste, pas est trop vieux pour elle

Arlette :

-j’aurai moi aussi préféré qu’elle t’épouse toi mais la famille a décidé que comme les autres mariages de ton père ne s’étaient pas faits, Léondra l’épouserait lui au lieu de toi

Pierre :

-parce que deux femmes ça ne lui suffit pas ?

Arlette :

-rentre chez toi, cette jeune fille t’attend toujours

Pierre :

-bonne nuit ma tante

Pierre rejoint Adi :

Adi :

-tu parlais de quoi avec la mère de Léondra ?

Pierre :

-elle me questionnait sur le genre de relation que j’entretiens avec sa fille

Adi et Pierre marchent :

Adi :

-la famille de Léondra est très stricte tout comme la mienne

Pierre :

-toi aussi tu vas épouser un de tes oncles ?

Adi :

-moi aussi ? Qui d’autre va épouser son oncle ?

Pierre :

-et bien Léondra

Adi :

-comment tu sais ça ?

Pierre :

-c’est sa mère qui me l’a dit

Adi :

-c’est bizarre, d’habitude elle est très fermée sur leurs problèmes familiaux, elle n’aime pas que je pose des questions à Léondra quand on est chez eux et là elle te parle de ça comme ça

Pierre :

-elle veut que je reste loin de sa fille, c’est pour ça qu’elle me l’a dit

Chez Albert dans la nuit dans sa chambre, Arlette allongée, s’assoit inquiète :

Albert allongé :

-qu’est-ce qu’il y’a ?

Arlette :

-j’ai vu Pierre avec Léondra aujourd’hui et ça m’inquiète

Albert :

-pourquoi ?

Arlette :

-et bien rappelle toi, à la base Léondra était sensé épouser Pierre si Sophie n’était pas morte, j’ai peur que Pierre n’accepte pas le mariage de son père avec Léondra et tente de s’en fuir avec elle

Albert :

-c’est ce qu’il t’a dit ?

Arlette :

-il ne me le dira jamais en face mais je suis sûre que c’est ce qu’il a en tête

Albert :

-calme toi Arlette, ne commence pas à te remplir la tête avec une histoire sans queue ni tête, s’il ne te l’a pas dit, il n’ya pas lieu de s’inquiéter

Arlette :

-surement

Albert :

-recouche toi

Arlette se rallonge.

Le lendemain matin à l’hôpital, Adi est en train de causer et rire avec Pierre, tous les deux en blouses de docteur, quand Léondra les rejoint :

Léondra :

-bonjour les docteurs

Pierre content :

-salut Léondra, comment tu vas ?

Léondra :

-ça va merci

Adi contente s’adresse à Léondra :

-viens allons dans mon bureau tout de suite pour que tu me racontes l’histoire d’hier

Pierre :

-quelle histoire ?

Adi :

-rien à voir avec toi, viens Léondra

Léondra et Adi s’en vont dans le bureau de Adi et s’asseyent :

Adi :

-alors ?

Léondra :

-je, je suis venue te dire à dieu

Adi :

-tu vas où ? C’est encore cette histoire de mariage ? Tu es finalement d’accord ? Tu vas épouser ton oncle ?

Léondra triste :

-je mourrai si je devais épouser cet homme

Adi choquée :

-c’est qui que tu vas épouser alors ?

Léondra :

-je ne sais pas

Adi :

-comment ça tu ne sais pas ? Tu ne connais pas qui tu vas épouser ? Comment c’est possible ça ?

Soudain on frappe à la porte :

Adi :

-entrez

Un livreur rentre avec un paquet :

-mademoiselle Léondra ?

Léondra se lève et prend le paquet :

-merci

L’homme s’en va, Léondra ouvre le paquet et sort une robe de mariée, Adi choquée se lève :

Léondra :

-elle est magnifique

Léondra ouvre ses messages et lit le message envoyé par l’agence et le lit :

Léondra lit le message :

-félicitations Léondra, vous épousez demain, Kini Claris

Adi et Léondra sont choquées :

Adi :

-Kini Claris?

Léondra se lève, contente :

-je vais épouser Kini Claris ?

Adi :

-Kini Claris le mannequin pâtissier trop beau ?

Léondra contente :

-oui

Adi et Léondra crient de joie :

-ahhhh

Des minutes après devant la porte de l’église, un taxi se gare, Léondra habillée en robe de mariée en sort accompagnée de Adi, Léondra contente arrange son voile :

Léondra :

-je n’arrive toujours pas à le croire, je me lamentais sur ma vie alors que Dieu me préparais une surprise aussi grandiose bon sang

Adi n’est pas contente :

-Léondra c’est de la folie, tu ne peux pas épouser quelqu’un que tu ne connais pas

Léondra :

-je le connais, je suis toutes ses campagnes de mannequinat, j’aime tous les vêtements pour hommes qu’il porte, il est trop beau

Adi :

-et cela suffit pour l’épouser ? Le peu que tu sais sur lui ne suffit pas, c’est peut-être un homme violent

Léondra découvre son visage :

-il peut être violent, violeur ou même alcoolique, je m’en fiche, je préfère ça plutôt que d’épouser quelqu’un de ma propre famille, comment un homme que j’ai appelé toutes ces années, mon oncle, que j’ai respecté comme un père, dont je connais les femmes, peut devenir mon mari aujourd’hui ? Abomination, ça me dégoute, je me marierai aujourd’hui que tu le veuilles ou non, pars si tu veux

Léondra recouvre son visage de son voile puis entre dans l’église, Adi compte à elle passe un coup de fil à Albert :

Albert au bout du fil :

-Léondra ?

Adi :

-Léondra est sur le point de commettre une grave erreur, venez vite

Dans l’église, il y’a juste 4 personnes de l’émission, le caméraman qui filme, le prêtre, Clariset Léondra sont séparés par un drap, Adi rentre et s’assoit, elle ne cesse de regarder l’horloge, les minutes passent et la cérémonie se déroule. Léondra est contente :

Léondra pense :

-merci mon Dieu, aujourd’hui tu exauces deux de mes plus grands rêves, je vais non seulement épouser ma star préférée mais en plus, je vais enfin sortir ma famille de ma vie, je m’en irai loin avec mon mari, Seigneur merci

Dans la réalité, on soulève un peu le drap et ils se passent les alliances ensuite ils signent à tour de rôle le registre toujours sans se voir :

Le prêtre :

-vous êtes désormais unis par les liens du mariage, vous pouvez vous découvrir

On lâche le drap, Léondra et Claris se découvrent enfin, Léondra est contente, elle se rapproche lentement :

Claris tend la main, Léondra lui sert la main :

Léondra contente :

-je m’appelle Léondra

Soudain Albert rentre accompagné d’Arlette :

Albert :

-arrêtez moi ce mariage tout de suite ou je porte plainte

Léondra morte de peur :

-papa ?

Claris est choqué, Léondra passe derrière Claris, la présentatrice de l’émission fait signe au caméraman d’arrêter de filmer et se met face à Albert :

La présentatrice :

-qui êtes vous monsieur ? Vous n’avez pas le droit d’interrompre cette cérémonie

Albert fâché :

-je suis le père de cette fille ingrate qui ose se marier dans une émission alors qu’elle est déjà promise à un autre, vous m’arrêtez ce mariage tout de suite ou je porte plainte contre votre émission

Albert prend Léondra par le bras et la traine de force :

Léondra :

-non, lâche-moi, je ne veux pas

À l’extérieur, Léondra trainée de force par Albert, celui-ci arrête un taxi puis ouvre la portière arrière :

Albert :

-monte dans ce taxi tout de suite

Léondra fâchée, trébuche, elle retire son voile puis se relève, elle monte dans le taxi et bloque toutes les portières :

Albert :

-ouvre, Alana ? Alana ?

Léondra fâchée :

-je m’appelle Léondra, chauffeur démarrez, cet homme veut me faire du mal

Le taximan démarre, ils s’en vont. Albert arrête un autre taxi, Arlette, Adi et lui montent dedans. Pendant ce temps dans l’église, Clarismarche jusqu’à l’extérieur, la présentatrice du jeu en ligne le rattrape :

La présentatrice :

-toutes mes excuses monsieur, ne faites pas une mauvaise publicité à notre jeu s’il vous plait, nous allons vous trouver une fille bien mieux et annuler ce mariage sur le champ

Claris :

-non surtout pas

La présentatrice surprise :

-quoi ? Vous voulez rester marié à cette fille malgré tout ? je ne comprends pas, en plus son père a dit que

Claris :

-je me fiche de ce que son père a dit, vous voulez une bonne publicité oui ou non ?

La présentatrice :

-bien sûre que oui

Claris :

-alors vous allez m’enregistrer ce mariage et si qui que ce soit de la famille de la mariée appelle, dites leur que le mariage a été annulé

La présentatrice :

-ce n’est pas mal de faire ça ? Je veux dire, vous êtes beau, riche, de nombreuses femmes seraient ravies à la simple idée de devenir votre épouse, pourquoi vous voulez rester marié à une fille à problèmes ?

Claris :

-parce que je dois tenir une promesse, faites ce que je vous dis

Dans la soirée sur la plage déserte, Léondra triste toujours en robe de mariée marche pieds nus dans le sable quand le téléphone de Adi sonne dans sa main :

Léondra décroche :

-allô ?

Albert au bout du fil dans son salon en compagnie de Arlette et Adi :

-pas de bonsoir papa, tu es où ?

Léondra :

-comment tu as eu ce numéro papa ? C’est le numéro de Adi

Albert :

-rentre

Léondra :

-il n’ya qu’une seule personne qui pouvait te donner ce numéro, c’est Adi n’est-ce pas ? Cette garce m’a trahi

Albert :

-elle a fait ce qui était juste

Léondra :

-dans ce cas tu devrais la remercier papa parce que grâce à elle aujourd’hui, tu vas perdre ta cinquième fille papa

Albert choqué :

-ne dis pas n’importe quoi Léondra, rentre on va tout arranger, je veux te voir pour parler, rejoins-moi

Léondra :

-ne t’inquiète pas papa, on va se voir, que dirais tu de me retrouver à la plage mon petit papa ?

Albert :

-pourquoi à la plage ? Viens plutôt à la maison, qu’est-ce que tu fais à la plage ?

Léondra :

-je tiens à ce que ça se fasse à la plage mon petit papa, je veux que tu me regarde mourir, me noyer dans les eaux profondes

Albert :

-Léondra ma fille

Léondra :

-dépêche toi, tu pourrais bien rater le spectacle que ta famille et toi adorez regarder

Léondra laisse tomber le téléphone dans le sable puis rentre lentement dans l'eau en priant :

-l’Eternel est mon berger, je ne manquerai de rien

Plus tard, elle se réveille dans un lit d'hôpital trouvant Albert à son chevet :

Albert content :

-ma fille enfin tu te réveille

Albert prend la main de Léondra dans la sienne, celle-ci retire sa main :

Albert :

-hein ma fille, tu

Léondra s'assoit :

-je suis où là ?

Albert :

-à l'hôpital, on t'a sauvé à temps grâce à Dieu

Léondra se rallonge sur le dos en soupirant puis ferme les yeux

Pierre en blouse de docteur rentre :

Albert :

-le docteur est là

Léondra ouvre les yeux et s’aperçoit que le docteur c’est Claris :

Pierre :

-ça va ?

Léondra :

-mal

Pierre:

-tu as mal où ?

Léondra :

-donne-moi des antibiotiques et ça ira beaucoup mieux, donne-moi une plaquette d’énormes comprimés

Pierre :

-hein

Léondra :

-enfonce ensuite ces comprimés bien profonds dans ma gorge et laisse-moi dormir, ce n’est que là que j’irai beaucoup mieux

Albert :

-ne dit pas ça

Léondra :

-tu veux que je dise quoi à la place ? Merci papa de m'avoir sauvé parce qu'à présent je vais pouvoir honorer ta tradition et épouser ton frère, franchement il n'y a pas de quoi Albert, merci beaucoup

Les yeux de Léondra se remplissent de larmes, Albert la touche à la joue :

Léondra fâchée :

-me touche pas, va-t-on d'ici, part très loin je ne veux plus te voir, je ne veux voir personne

Albert triste :

-ne dit pas ça ma fille, calme-toi

Léondra :

-sort

Pierre :

-mon oncle s'il vous plait, laissez-nous un moment, seuls

Albert s'en va :

Léondra soupire :

-tu dois me trouver méchante et cruelle, je parie !

Pierre s'assoit sur une chaise :

-pas du tout enfin

Léondra :

-je ne veux pas épouser mon oncle, tout ce que je veux c'est mourir en paix et même ça personne ne veut me l’accorder

Pierre :

-si tu ne veux pas l'épouser, personne ne peut t’y obliger

Léondra :

-exactement, enfin quelqu’un qui est de mon avis, Pierre tu dois m’aider

Pierre :

-demande moi tout ce que tu veux, je le ferai

Léondra :

-je vais penser à quelque chose et je te le dirai, ok ?

Pierre :

-c’est d’accord

Une infirmière rentre et Pierre s’en va. Des minutes après devant la porte, Albert est debout quand Arlette, Cokoué et Katie la femme de ce dernier le rejoignent :

Cokoué :

-mon frère comment se porte-t-elle ?

Albert :

-qu'est-ce que vous faites là?

Cokoué :

-Arlette m'a prévenu, comment

L’infirmière ouvre la porte de la chambre de l'intérieur, Cokoué entre vite :

Cokoué :

-ah ma chérie comment tu vas ?

Léondra est allongée sur le dos, Katie, Albert et Arlette entrent :

L’infirmière :

-qui êtes-vous ?

Katie :

-je suis

Cokoué :

-Katie tait toi, docteur c'est ma femme et moi, je, je suis le futur mari de, Léondra votre patiente, est ce qu'elle va bien ? On m'a dit qu'elle s'est noyé sur la plage, est ce que rien ne lui est arrivé de trop grave ?

Chez Albert dans son bureau, il est debout en compagnie de son père Déngué assis et de Cokoué debout aussi :

Cokoué fâché :

-je n'arrive pas à croire que ta fille soit paralysée de partout Albert, comment on fait maintenant pour le mariage ? Toi tu as pu te marier par tradition et moi alors ?

Albert :

-oh arrête, c'est pas comme si tu n'étais pas marié, tu as déjà trois femmes, tu peux bien patienter

Cokoué :

-papa tu entends ce qu'il dit ? Raisonne ton fils car les traditions doivent être suivies à la lettre, l'une de ses filles doit me revenir et comme Léondra est la seule qui reste, je la prendrai mais à condition que tu la guérisses avant

Cokoué s'en va :

Albert :

-tu l'entends papa ? à l'entendre ma fille serait juste un objet qu'il cherche à tout prix à avoir

Déngué se lève :

-et alors ? C'est exactement ce que sont les femmes Albert, tu as toujours été d'accord avec ça, tu as toi même épousé Arlette la fille de ton défunt frère alors qu'elle n'avait que 15ans, est ce que c'est parce que c'est ta fille que cela te pose un problème? Supprime le doute car rien n'y personne ne doit perturber la tradition

Déngué s'en va, Albert soupire puis se rend dans la chambre de Léondra où celle-ci debout court vite s'allonger au moment même :

Albert :

-joue au moins bien ton rôle si tu ne veux pas te faire prendre ma fille

Léondra soupire puis s'assoit :

Albert :

-comment tu as fait pour convaincre ce docteur, tu peux me le dire ?

Léondra :

-il a eu pitié de moi et maintenant toi qu'est-ce que tu vas faire ? Tu vas dire la vérité à ta famille ?

Albert soupire puis s'assoit à son chevet sur le lit :

Albert :

-je n'ai jamais été ton ennemi Léondra

Léondra :

-ouais c'est ça

Albert :

-je ne sais pas ce que je dois faire pour te convaincre

Léondra :

-commence déjà par garder le secret et pense à m'envoyer loin d'ici, tu peux faire ça pour moi ?

Albert :

-bien sûr ma fille seulement, t'envoyer loin sera une tâche très difficile

Léondra :

-loin de là, tu peux inventer quelque chose comme, tu m'envoies à l'étranger afin que je puisse suivre un traitement

Albert :

-probablement

Léondra :

-merci

Albert :

-ne me remercie pas Léondra, tu es la seule fille qui me reste, je donnerai ma vie rien que pour que tu puisses vivre heureuse, enfin

Albert sort de la chambre et tombe nez à nez avec Arlette :

Albert :

-depuis quand es-tu là ?

Arlette entre dans la chambre poursuivit par Albert :

Arlette fâchée :

-Léondra lève toi

Léondra se lève :

-maman, qu'est-ce que

Arlette choquée :

-alors comme ça tu as osé me mentir ? Tu as préféré tout dévoiler à ton père plutôt qu'à moi ta mère ?

Léondra :

-non, ce

Arlette gifle Léondra :

Arlette :

-tais toi

Albert :

-Arlette arrête ça tout de suite, tu sais bien que nous ne le faisons que pour son bien alors

Arlette :

-pour son bien ? Alors le fait qu'elle épouse son oncle est considéré comme un malheur ?

Albert gueule :

-oui, oui c'est ça, ma fille fera ce qu'elle a décidé et elle aura toujours tout mon soutient, est-ce que ça te parait clair maintenant ?

Arlette :

-où était ce soutient dont tu me parles quand on m'a marié à toi ? étais-tu désolé pour moi quand tu m’as épousé ? T'es-tu mis contre ta famille? Non, n'est-ce-pas ? Tu as juste exercé tes droits de mari sur moi en me faisant deux filles, tu t'es servi sans brancher et maintenant tu souffres en voyant ta fille dans la même situation ?

Albert triste :

-je sais que je n'ai pas été un saint, je ne suis qu'un père qui aime sa fille, tu devrais me soutenir étant donné qu’il s’agit aussi de ta fille

Arlette :

-je suis navrée pour toi car si moi je suis passée par là, il n'y a aucune raison pour que ma fille aussi ne le fasse pas

Léondra choquée :

-comment tu peux dire une telle chose ? Les parents ne sont-ils pas sensé éviter à leurs enfants de répéter leurs erreurs ?

Arlette :

-je n'ai jamais voulu épouser mon oncle et encore moins porter ses enfants, depuis le jour de mon arrivée dans cette maison, j'ai maudit mon destin et aussi ton père puis j'ai maudit mon corps mais en vous tenant Sophie et toi dans mes bras, mon cœur a été remplit de joie alors non, ce n’est pas une erreur

Léondra :

-l’erreur a été de te marier sans qu’on ne t’en ai laissé le choix, ce combat est celui des femmes contrent ces hommes qui nous oppriment, qui veulent nous dominer parce que soit disant la femme a été crée à partir de l’homme, mais qui était là ? Qui l’a vu ? Ce livre appelé la bible n’a-t-elle pas été éditée par des hommes ? Ce n’est que normal qu’ils soient vu comme supérieurs à l’intérieur

Arlette :

-ne blasphème pas, tu auras beau dire tout ce que tu veux, ça ne changera rien, que tu le veuilles ou non, tu vas te marier et j'y veillerai personnellement ma, très chère fille

Albert attrape un pot de fleurs cassable sur la table de nuit et le fracasse sur la tête de Arlette, celle-ci s'évanouit sous le regard surpris de Léondra :

Léondra choquée :

-papa ?

Albert :

-elle allait vendre la mèche de toute manière, ceci est le seul moyen que j'ai trouvé, cherche une corde dans le bureau et apporte là moi

Léondra s'en va.

Continuer

Inspirés de vos vus

Autres livres par Dion

Voir plus
Chapitres
Lire maintenant
Télécharger le livre