icon 0
icon Recharger
rightIcon
icon Historique
rightIcon
icon Déconnexion
rightIcon
icon Télécharger l'appli
rightIcon
Le Bad Boys m'ont vu nue

Le Bad Boys m'ont vu nue

Jeremie Écrivain

5.0
avis
1.8K
Vues
34
Chapitres

"Allez bébé". Evan insiste. "S'il te plaît ? Pour moi ?" Je regarde autour de moi, considérant mes options. La fête a commencé à se calmer, et le petit lac plus loin dans les bois est assez caché. "D'accord. Je soupire en souriant. "Vraiment ?" Il sourit. "Tu vas te baigner à poil avec moi ?" Je marque une pause. "Bien sûr." "Super." Il dit. "Je t'aime Harper." <><><><> Harper est la bonne fille typique. Timide, tranquille et réservée. Tout le monde est donc surpris lorsqu'elle réussit à décrocher un homme comme Evan. Roi du bal, quarterback, homme à femmes. Evan lui fait découvrir un nouveau monde, celui de la popularité. Harper essaie d'être la meilleure petite amie possible. Mais un soir, tout s'écroule et Harper se retrouve dans une situation mortifiante. Nue. Heureusement, les garçons de River sont là pour la sauver. Après quelques photos bien sûr.

Chapitre 1 01

Je claque mon casier fermé, bouleversé. Soixante-dix pour cent? C'est insensé. Je n'excepte rien de moins de quatre-vingt-dix ans. Je suis tellement absorbé à regarder mon journal d'histoire, que je ne regarde pas où je vais, alors que je marche dans le couloir. Je percute un mur dur et tombe par terre. J'entends un grand rire, et je lève les yeux pour voir Evan sourire en coin vers moi.

"Hé bébé."Dit - il en me tirant sur mes pieds. "Quoi de neuf?"Je le regarde fixement, lui jetant mon papier dessus. Il le regarde et siffle. "Ouah."Il dit.

"Félicitations."

"Quoi?"Je dis confus.

"Tu as vraiment bien fait."Il explique. "Bien mieux que moi."

"Cela va faire baisser ma note."Je grogne. "Je n'ai jamais eu une note inférieure à quatre-vingt-dix."Il rit et passe son bras autour de mes épaules, me guidant dans le couloir. "C'est de ta faute tu sais."Je proteste.

"Comment?"Il sourit, alors que nous atteignons sa voiture, me ramassant et me plaçant sur son capot, debout entre mes jambes.

"Nous avons eu une conversation téléphonique de trois heures la nuit dernière."Je lui dis, essayant d'ignorer sa main sur ma cuisse. "Je n'ai pas eu la chance d'étudier autant que j'aurais dû."

"Allège bébé."Il murmure en embrassant mon cou. "Essayez de vous amuser un peu."

"Mais""

"Harper."Il gémit. "Tu es tellement ennuyeux. Je pourrais passer mon temps à faire quelque chose d'amusant."Je faiblis un peu. Est-ce que je l'embêtais?

"Désolé."Je dis vite. "Je ne voulais pas dire aussi."

"C'est bien."Il sourit en frottant ma cuisse. "Si tu te rattrapes pour moi."Je fronce un peu les sourcils, je ne sais pas ce qu'il veut dire.

"Comment?"Je demande.

"Tu sais."Dit - il en glissant sa main sur ma chemise.

"Oh."Je rougis.

"Ta mère est à la maison ce soir?"Demande - t-il en me regardant.

"Elle a un double quart de travail à l'hôpital."Je dis.

"J'y serai à six heures."Il sourit, avant de me poser au sol, m'embrassant fort. "Plus tard bébé."Il monte dans sa voiture et repart, me laissant seul, rougissant comme un fou. Je me dirige vers ma camionnette bleue battue, glissant dedans. Ce n'est rien comparé à la mercedes d'Evan, mais c'est le mieux que je pouvais me permettre. Mon père a quitté ma mère et moi quand j'avais douze ans, alors nous avons un peu de mal à payer les factures. C'est pourquoi j'insiste tant sur ma note. Il n'y a aucun moyen que je puisse payer pour l'université sans une sorte de bourse. Je travaille dans un petit magasin de disques, ce qui paie plutôt bien. C'est pourquoi j'ai été surpris quand Evan s'est intéressé à moi. Je n'ai jamais vraiment fait partie de sa foule. Mais c'est vraiment un gars sympa. Je devrais être reconnaissant. C'est ce que les gens disent. Je monte dans ma voiture et j'attends l'arrivée de Bianca. C'est ma plus vieille amie. Finalement, elle sort en courant par les portes en me criant dessus. Je ris, alors qu'elle se jette sur le siège passager.

"Liberté!"Elle crie. "Conduisez avant que M. Wilson essaie de me donner une détention le samedi. C'est vendredi!"Elle applaudit. Je rigole et sors du parking.

"Alors."Je dis. "De quoi s'agissait-il?"

"Je me suis peut-être endormi dans sa classe."Elle souffle. "Mais c'était tellement ennuyeux! La cloche a sonné, et j'ai couru pour elle, avant qu'il puisse dire quoi que ce soit."

"Bianca Johnson!"Je halète.

"Il peut s'occuper de moi lundi."Elle l'agite. "Qu'est-ce qu'on fait ce soir?"

"Evan arrive."Je dis.

"Mais c'est vendredi soir."Elle me regarde bizarrement. "On fait des trucs le vendredi soir."

"Je sais."Je dis en m'excusant. "Mais je lui ai promis. Il était un peu énervé. Et j'ai annulé pour lui mercredi."

"Il vous traite comme de la saleté."Elle gémit.

"Il m'aime bien."Je proteste. "Il est gentil."

"Savez - vous ce que les gens disent à l'école?"Elle me demande. "Ils vous appellent tous son cas de charité. Il se sert de toi. Il va obtenir ce qu'il veut, puis il va vous humilier. Je peux le voir venir."

"Ne pouvons-nous pas en parler?"Je marmonne. "Tu ne le connais pas. Il m'aime bien. Fin de l'histoire."

"Bien."Elle soupire. "Mais s'il te plait, ne le laisse pas marcher partout sur toi."J'acquiesce et souris. Je peux toujours compter sur Bianca.

<><><><>

Je bâille, alors que le film se termine. Evan me regarde et sourit.

"L'heure d'aller au lit?"Il plaisante.

"Désolé."Je souris, appuyé contre sa poitrine, sur le canapé. "Je peux rester éveillé."

"Bien."Il murmure. Il me repousse et m'embrasse profondément. Il m'embrasse lourdement, le long de mon cou et sur ma poitrine. Il glisse sa main le long de mon côté, et je halète quand il accroche son pouce dans la ceinture de mon jean.

"Arrête."Je dis vite.

"Quoi?"Demande - t-il, agacé, mais sans s'arrêter.

"On ne peut pas aller aussi loin."Je dis. "Je-je ne suis pas prêt."

"Bien sûr que tu l'es."Dit - il en frottant ma cuisse.

"Non."Je dis fermement.

"Tu ne m'aimes pas?"demande - t-il en établissant un contact visuel. "Si tu m'aimais, tu ferais ça pour moi."

"Je t'aime bien."Je dis incertain.

"Alors ne sois pas une salope."Dit - il en recommençant à m'embrasser. J'essaie d'en profiter, parce que je ne veux pas le contrarier.

"Avez-vous un..."Je m'éloigne, embarrassé.

"Tu es si mignon."Il rit. "Dis-le simplement. Préservatif."

"Ouais."Je dis rougir. "Ça. En avez-vous un?"

"Non."Dit - il en passant ses doigts dans mes cheveux. "On se sent mieux sans ça. Et ne t'inquiète pas. Ça ne me dérange pas."

"Mais""

"Détendez-vous!"Il insiste et déboutonne son pantalon. Il attrape ma fermeture éclair et parvient à défaire les boutons. Il commence à tirer, mais soudain je vois un phare de voiture entrer dans l'allée, par la fenêtre.

"Oh mon dieu."Je jappe, tirant mon pantalon vers le haut. "Ma mère est à la maison."

"Je pensais que tu avais dit qu'elle était au travail!"Il crie en me sautant dessus.

"Elle a dit qu'elle ne rentrerait pas avant le matin."Dis-je précipitamment. "Vite, la cuisine."Nous courons dans la cuisine et je lui ouvre la porte de derrière.

"À plus tard?"Demande - t-il en se précipitant.

"Ouais."Je dis, avant de fermer la porte, juste au moment où maman entre dans la maison.

"Salut bébé."Dit - elle en me rejoignant dans la cuisine.

"Tu es en avance."Dis - je en lui faisant un câlin.

"Ouais."Elle bâille. "L'infirmière que je couvrais est soudainement arrivée."

"Bien."Je dis honnêtement. "Tu devrais dormir un peu."

"Je le ferai."Elle sourit. "Tu ferais mieux aussi."

"Je t'aime."Je dis. Elle sourit en montant les escaliers.

"Je t'aime plus."

Continuer

Inspirés de vos vus

Autres livres par Jeremie Écrivain

Voir plus
Chapitres
Lire maintenant
Télécharger le livre