icon 0
icon Recharger
rightIcon
icon Historique
rightIcon
icon Déconnexion
rightIcon
icon Télécharger l'appli
rightIcon
5.0
avis
7.2K
Vues
35
Chapitres

Et si vous pouviez prédire des catastrophes qui n'ont pas encore eu lieu ? Les arrêteriez-vous, même au péril de votre vie ? C'est ce que fait Emmery Willows, 16 ans. Au lieu de s'inquiéter de l'école et des devoirs, elle doit se préoccuper des bombes et des accidents de voiture et de la manière de les empêcher de se produire. Sa vie prend un tour étrange lors d'une rencontre fortuite avec un garçon appelé Hudson Matthews, qui a les mêmes capacités qu'elle. Alors qu'ils se mettent tous deux à sauver la vie de ceux qui les entourent, une amitié improbable se noue. Mais alors que les sentiments se transforment en quelque chose de plus, quelque chose de sombre est en train de s'échapper. Quelqu'un, ou quelque chose, essaie d'arrêter le travail des deux adolescents, menaçant leurs vies et s'assurant que les catastrophes se produisent. Alors qu'un événement tragique, qu'Emmery ne pourra peut-être pas arrêter, se profile à l'horizon, pourra-t-elle sauver ceux qu'elle aime ? Peut-être que certains désastres sont faits pour arriver. Comme tomber amoureux au moment où l'on s'y attend le moins. *~*~*~*` Si quelqu'un regardait Emmery Willow, il penserait qu'elle n'est qu'une adolescente moyenne qui travaille dur. Mais vous savez ce qu'on dit : "Ne jugez pas un livre à sa couverture". Emmery avait gardé pour elle le secret de ses futures apparitions. Jusqu'à ce qu'elle emménage à côté d'un jeune homme (séduisant) connu sous le nom de Hudson Matthews. Il lui avait sauvé la vie une fois, mais l'histoire ne s'arrêtait pas là. Hudson a une mauvaise réputation à l'école, mais Emmery pense le contraire. Bientôt, Emmery découvre que ses chances d'être tuée augmentent à chaque fois qu'elle se rapproche d'Hudson. Maintenant qu'elle sait qu'il y a une autre personne qui comprend son secret mieux que quiconque, aurait-elle la capacité de rester loin de lui ? Est-ce qu'il s'éloignerait d'elle pour la garder en sécurité ?

Chapitre 1 01

01

J'ai regardé avec horreur la bouche ouverte la scène qui se déroulait devant moi. L'odeur, la vue, le sentiment, c'était trop réel. La chaleur était immense; je pouvais à peine respirer. J'ai tendu la main pour toucher le feu, mais ma main l'a traversé. La seule chose qui a changé, c'est que ma main est devenue extrêmement chaude. Je l'ai rétracté rapidement et je l'ai tenu près de moi.

Quelque chose de brillant a attiré mon attention. Je me suis approché et j'ai remarqué que c'était un signe de numéro de maison. Je l'ai ramassé et j'ai lu le nombre: seize. Je fronçai légèrement les sourcils, levant les yeux vers la maison en feu. Ma maison était le numéro seize.

La réalisation m'est apparue. J'avais déjà vu ça. Et je savais ce qui s'était passé ensuite. Avant que je puisse protester, la maison s'est effondrée en un tas de bois enflammé et de débris.

"Mademoiselle?"

J'ai sauté et j'ai ouvert les yeux, regardant autour de moi avec méfiance. Un homme à la moustache grise planait au-dessus de moi, l'air légèrement inquiet.

"Ouais?"Demandai - je en fronçant les sourcils.

"Ceci est votre arrêt."

Je me suis assis et j'ai hoché la tête. Le chauffeur de taxi s'est éloigné de moi et je suis sorti du taxi. J'ai lissé mes cheveux, en espérant que tout allait bien. Mon estomac grognait et je rougissais. J'ai doigté l'argent dans ma poche. La première chose que je faisais était de chercher un endroit pour manger.

Le chauffeur de taxi s'est éloigné de moi avant que je puisse lui demander son chemin. Tout simplement génial. C'était ma première fois dans un nouvel endroit, je ne connaissais personne, et maintenant j'étais seul. Je fronçai les sourcils et commençai à marcher dans la rue. Espérons que la civilisation allait dans cette direction.

Je savais que j'avais pris la bonne décision quand je me suis retourné et j'ai vu une rue pleine de magasins et de gens. Le soulagement m'a inondé alors que je me sentais un peu plus en sécurité en me promenant seul quand tant de gens étaient là.

Je me suis arrêté au coin de la rue, cherchant autour de moi le bouton sur lequel appuyer pour pouvoir traverser la rue. Je baissai les yeux et haussai un sourcil. Quelqu'un avait dessiné un grand carré d'environ dix pieds sur dix pieds à la craie au bord du trottoir. Je me sentais un peu drôle debout à l'intérieur.

J'ai haussé les épaules, appuyé sur le bouton et attendu patiemment, regardant les voitures passer lentement.

"Hé!"une voix agitée a crié derrière moi.

J'ai ignoré la voix, pensant qu'ils ne me parlaient pas.

"Hé! Stupide fille aux cheveux en désordre!"

Je grimaçais maintenant, positif qu'il parlait de moi. Je pensais que mes cheveux étaient beaux, mais apparemment non. J'ai tourné les talons, me retrouvant face à face avec un jeune homme qui avait peut-être deux ans de plus que moi.

Il était plutôt grand et mince, mais son bras montrait qu'il avait des muscles. Sa peau était pâle et ses cheveux étaient teints en noir et légèrement hérissés. Son oreille droite était percée et une petite boucle d'oreille noire y pendait. Il portait un jean skinny noir, une chemise blanche moulante et une veste noire jetée par-dessus.

Quoi. A. Rebelle.

"Est-ce que tu me parles?"J'ai demandé poliment, même si je voulais exiger qu'il reprenne ses insultes.

"Ouais," répondit-il en fronçant profondément les sourcils. Pour une raison quelconque, il semblait anxieux. "Tu ne vois pas ce signe?"Il a pointé quelque chose derrière moi.

Je me suis retourné et j'ai vu un petit morceau de papier épinglé sur le poteau téléphonique. J'ai plissé les yeux dessus. Il disait: Ne marchez pas dans un carré blanc de deux heures à six heures. J'ai levé un sourcil. "Cela ressemble à un faux signe. L'avez-vous dessiné?"

"Ce n'est pas grave," dit l'homme en s'avançant vers moi. "Tu dois bouger."Il m'a attrapé le bras et a commencé à m'éloigner du trottoir.

"Hé! Lâche-moi!"J'ai exigé, tirant sur mon bras et essayant de le libérer.

"Tu dois sortir d'ici!"

"J'ai besoin de traverser le trottoir! Lâche-moi!"J'ai pleuré, serrant son bras avec mon autre main et enfonçant mes ongles dans sa peau.

"Aïe!"il a pleuré, me lâchant.

Je reculai de quelques pas, retournai dans le carré dessiné à la craie et m'accrochai au poteau téléphonique. Quand la lumière allait-elle changer pour que je puisse m'éloigner de ce cinglé? L'homme aux cheveux noirs me regarda avec un air renfrogné.

"Écoute," commença-t-il puis vérifia sa montre. Soudain, son visage s'assombrit et ses mains se crispèrent. "Il est temps."

"C'est l'heure de quoi-?"J'ai commencé, confus par son soudain changement d'attitude, mais avant que je puisse finir, j'ai entendu le crissement des pneus.

C'était comme un film. De la glace coulait dans mes veines alors que je tournais au ralenti pour me retrouver face à face avec une voiture. Il se dirigeait tout droit vers l'endroit où je me tenais, devant le poteau téléphonique.

J'ai crié et fermé les yeux, me préparant à l'impact. J'allais mourir. Dans un endroit que je ne connaissais pas, où personne ne me connaissait, où je n'avais pas de famille.

Soudain, quelque chose de dur a heurté mon flanc et je suis tombé durement, dans la rue, atterrissant sur le dos. Ma tête a ricoché sur le goudron et ma vision s'est brouillée pendant une seconde.

"Aïe!"

"Ne bouge pas!"l'homme aux cheveux noirs a ordonné, son corps recouvrant le mien, de me coincer dans la rue.

Il y a eu un autre crissement de pneus de voiture et j'ai fermé les yeux, agrippant l'homme au-dessus de moi. Il me sourit à moitié. Il y a eu un crash assourdissant et j'ai grimacé. Le bruit des éclats de verre a rempli mes oreilles. Il était alors silencieux jusqu'à ce que le bruit d'une portière de voiture s'ouvrant puis se fermant l'interrompe.

L'homme aux cheveux noirs a roulé sur moi et s'est levé. Il soupira profondément et me sourit. "C'était proche!"

Je le fixai de nouveau, la bouche ouverte. Il m'a fallu quelques secondes pour préparer mon discours. Il a tendu une main et a attrapé le devant de ma chemise, me tirant sur mes pieds. Je le fixai encore quelques secondes, faisant des gestes avec mes mains.

"L'enfer?"J'ai finalement pu forcer.

"Tiens!"dit l'homme aux cheveux noirs en lançant quelque chose de petit. "Garde ça comme... indemnisation."

J'ai automatiquement tendu la main et attrapé la petite chose qu'il a jetée. J'ai baissé les yeux et j'ai remarqué que c'était un petit oiseau de verre. J'ai regardé l'homme aux cheveux noirs avec curiosité et il m'a fait un clin d'œil.

"Une compensation?"Répétai - je en plissant les yeux. "Pour quoi?"

"Pour avoir eu affaire aux flics."

Comme au bon moment, les gémissements des ambulances, des voitures de police et des camions de pompiers perçaient l'air. J'ai sauté et j'ai regardé derrière moi. Le grand carré dessiné à la craie blanche, que je pensais avoir été dessiné pour le plaisir, contenait maintenant une petite BMW noire.

La voiture était à moitié submergée dans le magasin au coin où je me tenais quelques instants plus tôt. Le côté du magasin a été détruit, un grand trou visible. Des débris et du verre entouraient la petite voiture. Une nuée de gens l'entouraient, leurs yeux curieux regardant partout. Une personne saignait sur le front et sur la joue; j'ai deviné que c'était la personne qui conduisait la voiture.

J'ai baissé les yeux vers mes mains tremblantes. Si cet homme aux cheveux noirs ne m'avait pas poussé hors du chemin, j'aurais pu être mort. J'ai serré et desserré mon poing lentement. Comment pouvait-il savoir que la voiture allait s'écraser? Il n'aurait pas pu l'entendre avant moi. C'était si soudain, alors comment savait-il?

"Comment as-tu fait...?"J'ai levé les yeux et j'ai réalisé qu'il n'était pas devant moi. "Hé!"J'ai appelé, le regardant courir dans la rue.

"Au revoir!"il a rappelé, se tournant vers wave. Quand il a regardé autour de lui, il a heurté un poteau.

Je l'ai regardé fixement pendant un moment jusqu'à ce que quelqu'un me saisisse le bras. En réaction automatique, j'ai essayé de tirer mon bras en arrière. Je me suis retourné et j'ai vu un homme vêtu d'une tenue de policier essayer de me tirer vers le trottoir.

"C'est dangereux d'être dans la rue, mademoiselle", m'a-t-il informé et je l'ai suivi hors de la rue et sur le trottoir.

Continuer

Inspirés de vos vus

Autres livres par Jeremie Écrivain

Voir plus
Chapitres
Lire maintenant
Télécharger le livre