icon 0
icon Recharger
rightIcon
icon Historique
rightIcon
icon Déconnexion
rightIcon
icon Télécharger l'appli
rightIcon
Souvenirs de chaudes nuits d'été

Souvenirs de chaudes nuits d'été

Roseanautora

4.9
avis
35.8K
Vues
145
Chapitres

Sabrina Rockefeller est l'héritière de l'une des familles les plus riches de North Noriah. Elle a un petit ami parfait, des amis qui feraient n'importe quoi pour elle et une vie enviable. Mais une double trahison a mis fin au conte de fées qu'elle avait vécu jusqu'à ce moment. Ce à quoi personne ne s'attendait, c'est la façon dont elle a réagi et géré toute la situation. La fille gâtée a décidé de tout laisser tomber et de vivre cette nuit d'été comme si c'était la dernière de sa vie. C'est dans un bar en bord de route, avec une chanteuse de rock plus âgée, propriétaire d'un look qui brûlait non seulement son corps, mais aussi son âme, que Sabrina a connu les plaisirs de la chair et s'est offert le luxe de ne pas se soucier du lendemain. . La jeune femme qui ne connaissait pas le monde réel a dû mûrir et subir les conséquences de la décision la plus importante de sa vie. Et il a payé le prix fort : la liberté, la fortune, l'amour. Après des années, elle avait besoin de retourner chez elle, de revoir sa famille et de vivre avec les fantômes du passé. C'est alors qu'il décide d'assumer sa relation avec son élève imparfaite et problématique, mais qui lui a donné vie : Gui Bailey. Un mariage, une surprise, un mensonge, une évasion. Un enfant gâté, un chanteur de rock et un étudiant en difficulté. Une petite fille intelligente pleine d'humour, capable de faire fondre jusqu'au cœur de J. Rockefeller. Une famille traditionnelle brisée et essayant de se reconstruire pour un enfant. De patricinha et héritière à salariée et vivant de la terre. D'une fille qui avait tout à ses pieds à une mère sans notion ni expérience. Venez rencontrer Sabrina et comprendre tout ce qui s'est passé ces nuits d'été, avec la brise fraîche, le ciel étoilé, où les seuls sons que l'on pouvait entendre étaient les vagues se brisant dans la mer et les gémissements de plaisir incontrôlables, qui ont servi d'inspiration à une chanson d'amour qui a donné un passeport au rêve et à la renommée de Charles B. Couverture : Larissa Matos.

Chapitre 1 Calice effervescent

- Je dois aller aux toilettes. – J'ai parlé tout de suite, dès que nous sommes arrivés.

- D'accord, allez-y bientôt. Après tout, nous ne sommes venus qu'à cause de ta vessie. taylor a plaisanté.

- Quel endroit bizarre ! Lina regarda autour d'elle.

- J'ai trouvé ça mignon… Pittoresque – observa Dill – Tu n'as pas l'impression d'être dans un monde parallèle au nôtre ?

- Bon, pendant que tu tire tes conclusions, je vais faire pipi. Est-ce que quelqu'un vient avec moi ?

- J'y vais. Lina s'est proposée.

Le bar était petit. Il n'a certainement pas fait l'objet d'un examen par le service d'incendie et n'a pas non plus été approuvé pour fonctionner légalement, car il n'y avait qu'une seule porte. En cas d'incendie, tout le monde serait brûlé vif à l'intérieur, sans aucune chance de sortir à temps par la petite porte. Les quelques baies vitrées de la façade étaient en verre et fermées, recouvertes de peinture noire pour empêcher toute lumière.

A l'intérieur, ça ne différait pas beaucoup de l'extérieur. Un endroit avec peu d'espace pour se déplacer, avec un bar varié et en quelque sorte bon pour l'endroit. A droite, quelques tables hautes, avec des bancs aux pieds bizarrement hauts aussi. L'éclairage était médiocre et il y avait de la fumée de cigarette qui polluait l'environnement.

Mais il ne manquait pas de gens, de tous types, de tous âges, désireux d'être brûlés vifs en cas d'incendie.

- Ne tardez pas. – Demanda Mariane, ennuyée.

Lina et moi avons fait de la place parmi les gens, qui m'ont regardé curieusement, portant un voile de mariée sur la tête, complètement en décalage avec ma robe Chanel noire, achetée spécialement pour l'enterrement de vie de garçon du plus célèbre club féminin du pays, qui avait été fermé spécialement pour moi et mes amis ce soir-là.

J'ai continué jusqu'à ce que je trouve les salles de bains au bout de la partie intérieure du bâtiment. À gauche, il y avait une petite scène, avec quelques instruments de musique montés : batterie, microphone avec socle, guitare électrique, guitare acoustique et basse.

- Apparemment un groupe de rock... Ou de pop rock. – J'ai observé en franchissant la porte de la salle de bain des femmes.

Lina rit :

- Personne ne trompe la fille du propriétaire de la plus grande maison de disques du pays.

- Je comprends un peu... - dis-je en choisissant une des cabines au hasard.

J'ai regardé les toilettes qui n'étaient pas propres mais cela m'a impressionné dans le sens où je m'attendais à pire. J'ai pris un morceau de papier toilette de mauvaise qualité exposé sur les lieux et j'ai ouvert le sac, pulvérisant du gel hydroalcoolique puis quelques giclées de mon parfum importé sous le siège.

- Quelle odeur... De ton parfum ! Lina regardait de l'extérieur.

Je soulevai ma robe avec précaution et m'assis un peu craintivement, écoutant ma vessie se vider, ressentant un soulagement immédiat.

- Avez-vous des lingettes humides ? – J'ai demandé à Lina.

- Bien sûr que non... Ça ne rentrerait pas dans mon embrayage.

- J'ai apporté du parfum, qui est quelque chose d'essentiel... Gel hydroalcoolique ... Mais je ne pensais pas avoir besoin de lingettes humides.

- N'y a-t-il pas de papier là-bas, mon ami?

— Ça a … Mais ça va faire mal au beau vagin.

- Vagin ? – Lina s'est mise à rire – Je parie que cette salle de bain n'a jamais vu de « vagin »… Tu es drôle.

- Ma belle « chatte », devrais-je dire ?

- Ça sonne mieux ici.

J'ai ramassé le papier et j'ai touché la rugosité. La commercialisation de ce type de produit, de cinquième catégorie, devrait être interdite. Mais je n'avais pas d'autre choix, alors je me suis séché avec.

Ensuite, j'ai pulvérisé quelques gouttes de parfum supplémentaires dans la cabine et je me suis retourné pour que l'arôme pénètre dans mes vêtements et mes cheveux.

Dès que je suis parti, Lina m'a regardé, confuse :

- Avez-vous... Avez-vous vraiment apporté du parfum ?

- Oui. Pour moi, c'est un article de premier besoin, croyez-moi.

- J'ai toujours su que tu étais accro aux parfums, mais je n'aurais jamais imaginé qu'en mettre dans ta pochette était si nécessaire. C'est seulement quelques heures... Dans un club de femmes. Sauf si...

Je la regardai dans les yeux à travers le miroir alors que je pressais le savon liquide dans mes mains. J'ai reniflé :

- Fenouil... Ça pourrait être pire.

- C'est quoi ton problème avec les odeurs ? Elle rit en croisant les bras.

- Vous étiez en train de dire quoi?

- Si tu avais l'intention de "prendre" l'une des strip-teaseuses ?

- Bien sûr. Je me marie demain, espèce de folle. J'aime juste sentir bon.

Je me suis séché les mains et j'ai dit :

- Allons-y.

Dès que nous sommes partis, j'ai vu un homme sur scène, accordant sa guitare, plongé dans ses pensées. Des cheveux noirs tombaient sur une partie de son visage, qui était rabattu. Il portait une veste en cuir noir avec des boutons argentés et un pantalon sombre.

J'étais distrait et je n'ai pas vu le fil provenant d'une prise à proximité et j'ai failli tomber. Lina m'a pris dans une main et lui dans l'autre. Nos regards se sont croisés et j'ai immédiatement senti des papillons dans mon estomac.

Il possédait une paire d'yeux verts sombres et fascinants. Le nez était fin, le front plein. Mince, avec une moustache et un bouc, qui contrastaient avec la peau claire de son visage.

- Tout va bien? - Il a demandé.

- O-oui … – j'ai réussi à bégayer sur le premier mot – je… je suis maladroit, je n'ai pas vu le fil.

- Il ne gêne généralement pas. Mais le putain de coup d'ici sur scène était foiré, alors j'ai dû improviser.

- Putain de plug... - J'ai répété, j'ai réfléchi, je ne sais même pas comment ce gros mot est sorti de ma bouche.

- Ok, tout va bien – assura Lina – Maintenant il faut y aller.

J'ai réalisé que je tenais toujours sa main. Je lâchai immédiatement prise, secouant la tête de confusion.

- Merci Monsieur.

Il en riant:

- De rien, petite fille.

Les dents étaient droites, blanches et parfaites. La bouche fine était parfaite pour ce sourire énigmatique.

Lina m'a tiré. Nous nous sommes promenés parmi les gens, certains dansant sur de la musique électronique, d'autres simplement debout en train de boire.

- Ce qui vous est arrivé? Elle semblait s'intéresser à l'homme à la guitare. Lina a crié à mon oreille pour être entendue.

- JE? Bien sûr! Je t'en prie. – J'ai dit tout de suite.

Ma sœur et nos amis étaient près de la porte. Incroyablement, Dill et Tefy ont dansé sur la musique du lieu.

- Combien de temps faut-il pour revenir de la salle de bain ! Tay s'est plaint.

- Nous ne correspondons définitivement pas à cet endroit – dit Mariane avec dédain – Regardez la façon dont ces femmes s'habillent.

- J'ai trouvé une expérience différente. L'endroit est cool. – Tefy a défendu.

J'ai regardé le bar et j'ai vu l'homme qui était sur scène il y a quelques minutes et qui a dit :

- Je... Je pense qu'on pourrait boire quelque chose avant d'aller au club... Ça me rendrait plus "relâché" et heureux.

- N'êtes-vous pas heureux? Marianne haussa un sourcil.

- Bien sûr que je le suis ... Mais j'aimerais lâcher prise, peut-être... Je ne sais pas, toucher les parties intimes d'un des danseurs.

Dill s'est mis à rire :

- Sabrina, c'est ta fête. Vous qui vous mariez demain. C'est ta dernière soirée célibataire, tu te souviens ? Alors qui choisit quoi faire et où rester, c'est toi, mon ami.

- Je parie qu'elle ne choisirait pas de passer sa dernière journée dans un bar en bordure de route, à boire de la bière au cou... Ou pire, dans un verre lavé à l'éponge, plein de germes, sans utiliser d'eau bouillante. - dit Mariane.

- Elle choisit, Mariane. Et je pense que Sabrina veut juste avoir une photo de n'importe quoi. – Tefy a suivi le raisonnement de Dill.

- Je veux boire et puis allons-y. - J'ai dit.

Mariane regarda sa montre :

- Ce ne sera pas long... Un club renommé de notre niveau nous attend.

Tay a arrangé le voile de mariée sur ma tête et m'a pris le bras :

- Allez, Mlle Rockefeller, future Mme Monaghan. La nuit est un enfant.

Nous sommes allés au bar et nous nous sommes appuyés contre le bois. Je m'appuyai sur mes coudes en regardant les boissons exposées sur les étagères avec des miroirs derrière elles.

- Que voudront les filles ? – Demanda l'un des barmans .

- Que suggérez-vous? - Tay le regarda attentivement, se concentrant sur sa poitrine, avec un sourire coquin sur son visage.

- Je vous propose la boisson qui donne son nom à notre bar : Effervescent Calice. - Il s'est rapproché d'elle plus que nécessaire.

- Deux s'il vous plaît. a demandé Tay.

- Non... Je ne veux pas ça. - Je t'ai prévenu plus que vite.

- Que veut la "petite fille" alors ? – Demanda la brune qui accordait la guitare en venant vers moi.

- Je veux un Champagne Vueve Cliquez sur .

- Voir quoi ? - Il a crié, pour être entendu.

- Un...

- J'ai compris ce que tu as dit... Je veux juste savoir ce que c'est.

- Champagne... Non... Compris ? - J'ai demandé, confus.

- Buvez un calice effervescent, mon ami. - dit Tay en buvant tout le liquide du long verre de boisson colorée.

- Ça n'existe pas, "petite fille". - Dit-il en riant, ses yeux fixés sur les miens.

- Que proposez-vous, alors, « monsieur » ? - J'arquai mon corps en avant, me rapprochant de lui.

- Je suggère Tequila.

- Tu vas lui donner de la tequila ? – l'autre barman se mit à rire – Tu es fou.

- Bien sûr, ce ne sera pas si facile. Il m'a fait face et a posé ses coudes sur le comptoir, s'approchant si près que je pouvais sentir son parfum bon marché.

- Je n'ai pas compris...

- Je veux quelque chose en retour.

- Quelque chose en retour ? – J'ai commencé à rire – Tu penses vraiment que je vais l'embrasser ? Vous êtes très prétentieux.

Il secoua la tête en fronçant les sourcils.

- Je ne me souviens pas avoir demandé un bisou, "bébé". Je veux ton identité en échange, c'est tout. - Un sourcil arqué, révélant de beaux yeux verts, qui me laissa un instant sans voix.

- Ma pièce d'identité? demandai-je, confuse, sentant mon visage rougir immédiatement.

- Juste pour confirmer que vous avez dix-huit ans. Règles de la maison.

- Bien sûr que j'ai dix-huit ans, tu... tu...

- Eh bien, ne soyez pas offensé. Pensez au bon côté des choses : vous avez certainement l'air beaucoup plus jeune que vous ne l'êtes vraiment, si vous avez en fait dix-huit ans.

Je sortis mon téléphone portable et ouvris le document, le lui montrant, furieux.

- Hmm... J'apporterai ta tequila, "Sabrina".

J'ai pensé à me plaindre du traitement qui m'était réservé dans cet établissement, mais en le voyant de dos, avec ce cul parfait en jean noir, j'étais sans voix. Je n'avais rien d'autre à faire que de le regarder préparer mon verre. Et espérons que le temps passe lentement.

- Je crois que quelqu'un admire le barman – Tay m'a parlé à l'oreille – Je suis sur le point de changer les strip-teaseuses pour les buveurs de cet endroit… Quelle vue d'au-delà… – Elle dirigea ses yeux vers le cul de « ma brune ».

Je détournai son visage, discrètement. Taylor s'est mis à rire.

"Miss Sabrina Rockefeller, je ne me souviens pas vous avoir jamais vue aussi jalouse ou jalouse de votre futur mari.

- Je ne suis pas jaloux... Je ne veux juste pas... Vous exposer au ridicule. - dis-je en essayant de me convaincre que c'était vraiment ce que je pensais.

- Amuse toi mon ami. C'est ta dernière nuit de célibataire. – Elle a suggéré.

- Je ne suis pas célibataire. Je suis engagé. J'ai rendez-vous avec Colin. Je ne ferais pas ça, Tay.

- Faites semblant d'être ivre.

- Ça ne servirait à rien... Ma conscience serait au courant de la trahison.

- Vous n'êtes pas encore marié.

- Mais nous avons un rendez-vous. Je ne ferais pas pour Colin ce que je suis sûr qu'il ne ferait pas pour moi.

- Tu sais qu'en ce moment ils ne sont pas chez eux en train de jouer aux jeux vidéos, non ? Sans même parler de leurs machines automobiles puissantes et coûteuses. Beaucoup moins boire au bord de la piscine en parlant affaires et voyages.

- Bien sûr que non... Peut-être qu'il est juste... Admirant un corps... Comme je l'ai fait. – J'ai regardé l'homme, qui m'a apporté un verre avec un liquide incolore.

L'autre barman est revenu et a commencé à parler à Tay.

J'ai pris la boisson et l'ai étudiée avec curiosité. C'était un petit verre et le liquide n'était pas si incolore mais jaunâtre. Je me suis levé et j'ai regardé dans la lumière. Il y avait du sel sur le bord du verre et une épaisse tranche de citron, ce qui, je crois, était décoratif.

- C'est du sel ? – J'ai demandé, juste pour être sûr.

- Sel. – Il a confirmé.

- Salut Charles ! – J'ai regardé les deux femmes qui s'adossaient au comptoir – Qu'indiquez-vous aujourd'hui ?

- J'indique celle de la maison, les filles : Effervescent Calice.

- Hum... Est-ce que ça vient avec le barman en guise de toast ? – L'un d'eux a demandé.

Il rit:

— Malheureusement non … Mais je peux te faire une réduction sur la boisson.

- À quoi sert la réduction ? Est-il possible d'échanger la réduction contre un bisou ? – Elle a insisté.

J'ai regardé vers les femmes, complètement abasourdi.

Il se dirigea vers elle et tourna son visage, recevant un baiser sur la joue, qui était marqué de rouge à lèvres.

Charles, qui avait maintenant un nom, préparait les boissons pendant que je continuais à regarder la boisson qu'il m'avait apportée, ne sachant pas exactement comment la boire.

- Ok, je reviens... – il me regarda, après avoir passé les verres aux femmes – je vais te montrer comment faire.

- Je pensais que tu ne ferais pas ça.

- Tu veux un bisou d'abord ? Ou préférez-vous plus tard? - Un des sourcils levé, montrant le vert des yeux parfaits et ironiques.

Continuer

Inspirés de vos vus

Autres livres par Roseanautora

Voir plus
Chapitres
Lire maintenant
Télécharger le livre