icon 0
icon Recharger
rightIcon
icon Historique
rightIcon
icon Déconnexion
rightIcon
icon Télécharger l'appli
rightIcon
Péchés au Paradis

Péchés au Paradis

Roseanautora

4.9
avis
55.1K
Vues
133
Chapitres

S'impliquer avec sa meilleure amie n'a jamais été dans les plans de Juliette. Elle n'avait pas non plus à choisir entre lui et son béguin fou d'adolescente. Jamais elle n'a pensé qu'un mauvais choix pourrait mettre fin à son bonheur et apporter un regret éternel. Le retrouver après tant d'années l'a fait remonter dans un passé qu'elle croyait enfoui. Il est devenu un scélérat froid et déchirant qui ne s'implique émotionnellement avec personne. Et elle était responsable d'avoir fait de lui cet être méprisable et tout à fait séduisant. Être à nouveau dans ses bras et se faire pardonner était son plus grand souhait. Se venger tout en la gardant le plus loin possible était son objectif principal. Parviendront-ils à ne pas revivre un passé aussi intense qui a en même temps dévasté leur vie ? Pourra-t-elle renoncer à sa sécurité et à tout ce qu'elle a accompli pour se battre pour l'homme qui l'a chassée de sa vie de toutes les manières possibles ? Un amour inattendu... Une amitié détruite. Un redémarrage quasi impossible... Tout cela dans un endroit considéré comme un paradis sur terre. Déconseillé aux enfants de moins de 18 ans. Histoire avec description de scènes de sexe et mots obscènes. Mention des types de drogues légales et illégales.

Chapitre 1 Manhattan Bar

- LES huit années d'avant -

Je l'ai vu pour la première fois un soir comme un autre au Manhattan Bar. Le groupe a joué du pop rock pendant que je dansais au rythme accrocheur de la musique, laissant l'alcool me rendre plus zen. À chaque gorgée, je devenais plus excitée et fermais les yeux, laissant le rythme s'enfoncer dans mon esprit et mon âme. Comme j'ai aimé cet endroit...

Quand j'ai rouvert les yeux, il était au même endroit, parlant à quelqu'un, ne détournant pas les yeux. Même s'il faisait sombre et que seuls les éclairs de lumière nous éclairaient, il était impossible de ne pas être pris par ces superbes yeux bleu clair.

J'étais sur la partie piste de danse, qui descendait d'une marche. Et lui au-dessus, près du bar. Il était grand... très grand. Il faut noter que je suis court... Très court.

Quand j'ai réalisé, quelqu'un enveloppait mon corps par derrière. Bien sûr, la piste était pleine, comme d'habitude, et de temps en temps il était impossible de ne pas croiser quelqu'un. Mais c'était un câlin non désiré. Ou serait-il souhaité ? Je me tournai pour visualiser qui c'était et si je devais refuser ou accepter le toucher. J'ai roulé des yeux quand j'ai vu Giovane :

- Vous? J'ai demandé.

- Comme s'il n'aimait pas me voir. – a-t-il répliqué.

Derrière lui deux de ses amis inséparables.

"Je ne veux pas que tu me touches comme ça..." demandai-je. « Et je te l'ai déjà dit.

- Je ne peux pas résister... Et tu le sais.

J'ai enlevé ses mains de mon corps et avant que je ne dise quoi que ce soit, lui et les autres ont juste commencé à danser avec nous. J'ai regardé Alissa et Valkyrie, qui se sont mises à rire. Au lieu de m'aider, ils ont juste pensé que c'était drôle ?

- Vous voulez vous enfuir ? Daniela a demandé à mon oreille.

J'ai cherché le bel inconnu et il était parti. Je soupirai et répondis :

- Seulement si tu pars maintenant, mon ami.

J'ai pris la main de Dani et nous avons quitté la piste, laissant Giovane seule avec mes amis. Je ne le connaissais pas bien et je ne l'ai jamais vu en dehors de Manhattan. Depuis que j'ai commencé à y aller, ça ne me laissait pas tranquille. Je pourrais dire "non" mille fois. Pourtant, il n'a pas abandonné. Je ne sais même pas pourquoi je ne suis pas sortie avec lui. Bien sûr, ce n'était pas un bel homme... Mais il n'était pas bon pour laid dans ma classification non plus. Il était brun, petit, costaud. En fin de compte, il traînait toujours avec nous, essayant de s'intégrer et d'être autour de moi. Je ne l'ai jamais vu sortir avec une autre fille là-bas.

J'ai regardé l'horloge et il était plus d'1 heure du matin.

- Il ne vient plus. dit Dany. - Profitons. Trouvez quelqu'un à embrasser sur la bouche.

Oui, elle avait raison. "Il" ne viendrait plus. Il était déjà tard et généralement ceux qui devaient entrer le faisaient jusqu'à minuit. Et je ne me suis donné l'occasion de rencontrer quelqu'un d'autre ou d'embrasser quelqu'un que lorsque je me suis assuré qu'il ne venait vraiment pas.

J'ai suivi avec la main de Dani et nous avons grimpé l'escalier étroit jusqu'au deuxième étage. Je n'aimais pas cet environnement où seule la musique de danse jouait et où la fumée flottait dans l'air. Fumer y était autorisé. Donc, en plus de la musique qui pénétrait dans l'esprit et faisait presque exploser la tête, il y avait une odeur de cigarettes mélangée à de la marijuana. Passer la nuit là-bas était la condamnation à se défoncer sans essayer l'herbe. Daniela aimait vraiment ça là-bas et avait déjà embrassé plusieurs chatons de ce côté. C'était la deuxième fois que je montais depuis Manhattan en six mois.

Comment elle m'a "sauvé", je devais être remercié. J'ai traversé trois chansons et j'avais déjà des garçons appuyés contre nous. Ai-je mentionné qu'en plus de cela, je n'aimais pas les gens qui traînaient à l'étage ?

- Descendons? - J'ai invité.

- Mais on vient d'arriver. – dit-elle, ne me regardant même pas, fixant déjà l'un des garçons qui s'approchait.

- Je dois aller aux toilettes. - J'ai menti.

- Il y a une salle de bain à l'étage. Vas-y et je t'attendrai.

Je descendis. Elle aurait sûrement sa cible et nous oublierait jusqu'à ce qu'il soit temps de partir. Je connaissais mes amis comme ma poche, tout comme ils me connaissaient.

Quand je suis retourné au rez-de-chaussée, ce que j'ai vu m'a laissé complètement sans voix : Valquíria embrassant l'inconnu avec un regard incroyable. Je ne sais pas ce qui m'a le plus abasourdi... Lui qui sortait avec elle ou qu'elle sortait avec quelqu'un d'autre. Valkyrie n'a tout simplement "jamais" accepté la compagnie d'un homme du jour au lendemain à Manhattan… ou ailleurs. Elle était simplement obsédée par Adriano, un garçon qu'elle connaissait à peine, mais qui apparaissait occasionnellement à Manhattan. Et Val n'a jamais été femme à se laisser emporter par l'instant. Elle était très concentrée et ne laissait aucune chance à personne. Alors la voir dans ses bras m'a pris par surprise. Et aussi beau qu'il était et que nous avions échangé quelques regards auparavant, je savais que mon cœur n'avait de place que pour « lui », mon amour éternel de Manhattan.

Je suis entré dans le cercle et j'ai commencé à danser comme si de rien n'était. Heureusement Giovane était partie et il restait donc un couple et Alissa seule. J'ai pris ses mains et j'ai décidé que je danserais jusqu'à ce que j'aie fini.

- Buvons? Alissa a invité.

- Seulement si c'est maintenant.

Nous sommes allés au bar et avons pris deux verres. J'étais simplement un fanatique de Pina colada. Vers quatre heures et je ne connaissais presque même pas mon nom à la fin de la nuit, car j'étais extrêmement faible à l'alcool. Alors quand je voulais rester sobre, je prenais un verre ou deux. Lorsque vous avez voulu éteindre la nuit, buvez plus de quatre.

Avant de reprendre la piste, Val nous a trouvé, main dans la main avec l'inconnu jusqu'alors l'un des plus beaux yeux que j'ai jamais vus de ma vie.

- C'est Nicolas. – elle a présenté.

- Salut... – dit-il en souriant.

Il était vraiment beau. Cela m'a même donné une certaine chaleur de voir ce sourire timide.

Nicolas était plus grand que ce à quoi je m'attendais quand je l'ai aperçu au loin. Val était passé son épaule. J'ai frappé ta poitrine. Je pense qu'il mesurait 30 à 40 centimètres de plus que moi. J'avais donc besoin de lever les yeux pour lui parler. Il en était de même pour Alissa, qui était encore plus petite que moi.

Il avait les yeux bleu clair, la peau claire et les cheveux raides qui n'étaient pas trop courts et bien coiffés. Le rasage était impeccablement soigné et la tenue, une chemise blanche et un jean foncé, semblait sortir tout juste du pressing.

- Ravi de vous rencontrer, Juliette. Je me suis présenté en lui tendant la main.

Il me prit la main et s'avança vers moi en me faisant deux bisous sur la joue. Wow, en plus d'être beau, ça sentait bon. Oh, j'enviais Val. Elle a mis du temps à choisir quelqu'un, mais quand elle l'a fait, elle avait bon goût. Et elle méritait quelqu'un de gentil, tout comme elle. Tout ce que nous voulions, c'était qu'elle oublie Adriano une fois pour toutes.

J'étais content pour mes deux baisers, mais Alissa a gagné aussi, alors j'ai réalisé que je n'étais pas privilégié. Juliette, ne pense même pas à te considérer toi et Nicolas ensemble. Après qu'il soit resté avec Val, c'était complètement interdit.

Nous avons commencé à parler de sujets mineurs, moi surtout avec A lissa et lui avec Val. Avant que j'aie fini mon verre, Dani est revenue, main dans la main avec le garçon qui l'entourait à l'étage. Et avec lui deux autres. Elles n'étaient pas jolies, mais elles avaient un air espiègle et avaient l'air d'avoir trop fumé. J'avais déjà bu trois piña coladas. Alors je suis allé chercher de la tequila. Et devine quoi? J'ai accepté le baiser de la crapule en chemise noire. Je l'ai choisi parce que l'autre portait un T-shirt et je n'aimais pas les hommes qui sortaient en T-shirt. Elle ne supportait pas non plus les hommes qui sortaient danser avec des baskets aux pieds. Si j'étais pointilleux ? Pire que pas... Pas du tout. Mais j'avais mes restrictions.

Quoi qu'il en soit, je lui ai donné un bon baiser au bar. Nous n'avons pas échangé un seul mot. Je ne me souviens même pas si j'ai demandé son nom. Mais il embrassait bien et c'était sûr. Il a essayé de mettre sa main sur mon cul. Je l'ai soulevée tout en l'embrassant. Silly hand with me not... Je veux dire, pas avec cet étranger.

Alissa a pris l'autre, dans le T-shirt. Elle n'était pas très exigeante. N'a jamais ete. Si elle aussi avait un amour impossible depuis Manhattan ? Oui, il l'a fait. Mais elle était comme moi, elle ne s'est pas attachée à ça. Nous étions différents de Val, qui était fidèle... Maintenant, je ne pense pas tellement. Après tout, pourquoi être fidèle à quelqu'un qui n'a absolument rien à voir avec vous ?

Nous étions complètement fous, pervers, amusants et profitions de la vie comme s'il n'y avait pas de lendemain. Pourquoi? Parce que nous n'avions que 18 ans et que nous vivions les meilleurs moments de notre vie. Notre seule responsabilité était d'étudier (et nous l'avons très bien fait).

Nous n'allions généralement pas ailleurs qu'à Manhattan. Ce bar était notre vie. Nous connaissions les habitués comme nous et accueillons les nouveaux avec de chaleureux bisous. Nous étions connus par nos noms auprès des propriétaires et des travailleurs locaux. Même les groupes qui y jouaient savaient déjà que nous étions des figures récurrentes de Manhattan.

Alors la nuit passa, comme une autre... Celle que tu vois passer le temps et l'amour de ta vie ne se montre pas. Le problème, c'est qu'il n'y a presque jamais montré sa grâce. Ensuite, vous donnez des baisers, suivis de caresses plus fortes avec les élus. Et quand il part, il espère seulement que le prochain samedi arrivera bientôt dans l'espoir que peut-être "il" se montrera.

Nous avons dit au revoir à nos "crochets" et sommes allés attendre le taxi dans l'escalier bien connu de l'immeuble d'en face. Je pense que les pas connaissaient même nos culs, qui étaient là tous les matins du samedi au dimanche, à regarder la foule quitter lentement Manhattan. Dani a dit au revoir et n'est pas parti avec nous. Il a accompagné le garçon qu'il avait rencontré jusqu'à on ne sait où. Eh bien, en fait, nous savions très bien où. Et Nicolas nous a accompagnés.

Ma tête tournait un peu. Cela signifiait que j'avais un peu trop bu.

- Très bien? a demandé Val en me touchant l'épaule.

Elle et Nicolas étaient assis deux marches plus haut.

- Vous connaissez cette sensation de vertige et de bien être ? – Je l'ai regardée.

- Oui... – rit-elle. « Et comment s'appelait le garçon ?

- Je saurai...

- Vous n'avez pas demandé son nom ? - elle a ri.

- Bien sûr que non.

- Donc aucune chance de le revoir. dit Nicolas.

- Je n'ai pas demandé le nom juste pour ne pas garder de liens.

- Bon à savoir sur l'univers féminin. - il rit. « Je suis content que tu m'aies demandé mon nom, Val.

Je me suis tourné vers l'avant et j'ai essayé de garder mes yeux sur la porte de sortie. Peut-être qu'un de « ses » amis était là et que je ne l'ai pas vu. Val avait l'habitude de toujours les trouver, mais je pense que cette fois, elle était trop occupée pour ça.

J'ai senti le doigt de Val me piquer et j'ai regardé en arrière. Nicolas passa son bras autour de ses épaules. Ils formaient un joli couple. Je pense que j'essaierais de lui faire comprendre que rester avec lui était la meilleure alternative. Il était au moins mille fois plus beau qu'Adriano.

- Saviez-vous que Nicolas étudie au Lycée Technique ?

Je l'ai regardé et j'ai demandé :

- Quelle année?

- Chambre.

- Nicolas, tu veux être mon meilleur ami ? – J'ai dit sérieusement.

Il s'est mis à rire :

- Tu es trop folle, ma fille.

- Je ne plaisante pas. Je suis simplement amoureuse d'un garçon qui étudie là-bas. C'est comme : si je ne me remets pas avec lui, je vais mourir, tu sais ?

Il plissa les yeux :

- C'est possible?

- Oui, crois-moi, pour elle ça l'est. Val a expliqué. - Elle est simplement obsédée par ce garçon depuis qu'elle l'a vu pour la première fois.

- Vu et obsédé? demanda-t-il confus.

- Je suis resté avec lui. - J'ai expliqué.

- Oh... Ils sont sortis ensemble ?

- Non... Je l'ai eu une fois.

- Et est devenu obsédé? – encore une fois, il semblait ne pas comprendre.

- Je m'explique mieux : ce n'est pas de l'obsession. Je l'aime.

- Peut-être que je sais, s'il étudie à l'école technique. Quel est son prénom?

Notre taxi s'arrêta au moment même où Giovane quittait la porte du Manhattan.

- Au taxi, tout de suite. J'ai crié.

Je me levai et courus, tirant la porte et m'asseyant à l'arrière. Je n'aimais pas m'asseoir à l'avant, alors je courais toujours m'asseoir à l'arrière et la suivais jusqu'à la maison d'Alissa. Nous dormions habituellement chez elle le samedi. Alissa s'est assise avec moi et Val s'est assise à l'avant, l'air hostile. Je fermai les yeux et posai ma tête sur l'épaule d'Alissa, qui posa sa tête contre la mienne.

Continuer

Inspirés de vos vus

Autres livres par Roseanautora

Voir plus
Chapitres
Lire maintenant
Télécharger le livre