icon 0
icon Recharger
rightIcon
icon Historique
rightIcon
icon Déconnexion
rightIcon
icon Télécharger l'appli
rightIcon
Je te veux à tout prix

Je te veux à tout prix

Elma

5.0
avis
418.4K
Vues
69
Chapitres

J'ai rencontré Tristan Miles pour la première fois lors d'une réunion où il essayait de reprendre l'entreprise de mon défunt mari. Il était puissant, arrogant et d'une beauté exaspérante, et je l'ai détesté de toutes les cellules de mon corps. Dans le choc du siècle, il m'a appelée trois jours plus tard pour me proposer un rendez-vous. Je préférais mourir plutôt que de sortir avec un homme comme lui - bien que je doive admettre que c'était bon pour l'ego. Le rejet de sa demande a été le point culminant de mon année. Six mois plus tard, il était l'orateur invité lors d'une conférence à laquelle j'ai assisté en France. Toujours aussi arrogant et exaspérant, mais cette fois, étonnamment charmant et plein d'esprit. Quand il me regardait, j'avais des papillons. Mais je ne peux pas y aller. C'est juste un joueur dans un costume sexy, et je suis juste une veuve avec trois fils indisciplinés. J'ai juste besoin que cette conférence se termine. Car tout le monde sait que Tristan Miles obtient toujours ce qu'il veut... et ce qu'il veut, c'est moi. Moins .

Chapitre 1 Chapitre 1

Le téléphone vibre sur mon bureau.

"Bonjour", je réponds.

"Salut, Tristan Miles est sur la ligne 2 pour toi", répond Marley.

"Dis-lui que je suis occupée."

"Claire." Elle fait une pause. "C'est la troisième fois qu'il appelle cette semaine."

"Et alors ?"

"Bientôt, il va arrêter d'appeler."

"Et où tu veux en venir ?" Je demande.

"Ce que je veux dire, c'est qu'on a payé le personnel avec le découvert de la semaine. Et je sais que tu ne veux pas l'admettre, mais on a des problèmes, Claire. Tu dois l'écouter."

J'expire lourdement et je fais glisser ma main sur mon visage. Je sais qu'elle a raison, notre société, Anderson Media, est en difficulté. Nous n'avons plus que trois cents employés, alors que nous en avions six cents à l'origine. Miles Media et tous nos concurrents nous encerclent comme des loups depuis des mois, observant et attendant le moment idéal pour passer à l'attaque. Tristan Miles : le responsable des acquisitions et l'ennemi juré de toutes les entreprises en difficulté dans le monde. Comme une sangsue, il s'empare des entreprises lorsqu'elles sont au plus bas, les met en pièces, puis, grâce à ses fonds inépuisables, les transforme en d'énormes succès. C'est le plus grand serpent dans la fosse aux serpents.

S'attaquant aux faiblesses et se faisant payer des millions de dollars par an pour ce privilège.

C'est un riche bâtard gâté qui a la réputation d'être extrêmement intelligent, dur comme l'acier et sans conscience.

Il est tout ce que je déteste dans les affaires.

"Écoutez ce qu'il a à dire, c'est tout. On ne sait jamais ce qu'il peut offrir", plaide Marley.

"Oh, allez," je me moque. "On sait tous les deux ce qu'il veut."

"Claire, s'il te plaît. Tu ne peux pas perdre ta maison familiale. Je ne laisserai pas cela arriver."

La tristesse m'envahit ; je déteste m'être retrouvée dans cette position.

"Bien, je vais l'écouter. Mais c'est tout", je concède. "Organise une réunion."

"Ok, super."

"Ne t'excite pas." Je fais un sourire en coin. "Je fais ça juste pour te faire taire, tu sais ?"

"Bien, bouche officiellement fermée à partir de maintenant. Croix de bois, croix de fer."

"Si seulement." Je souris. "Tu viendras avec moi ?"

"Oui, bien sûr. On va mettre le chéquier de M. Fancy Pants là où le soleil ne brille pas."

Je rigole à cette idée.

"Ok, marché conclu."

Je raccroche et je retourne à mon rapport, en souhaitant qu'on soit vendredi et que je n'aie pas à me soucier d'Anderson Media et des factures pendant quelques jours.

Plus que quatre jours

Jeudi matin, Marley et moi descendons la rue en courant pour aller à notre réunion.

"Pourquoi on se réunit ici, déjà ?" Je demande.

"Il voulait qu'on se rencontre dans un endroit neutre. Il a réservé une table au Bryant Park Grill."

"C'est bizarre, ce n'est pas un rendez-vous", je m'énerve.

"Ça fait probablement partie de son grand plan."

Elle lève ses mains et fait un arc-en-ciel.

"Terrain neutre".

Elle écarquille les yeux en plaisantant.

"Pendant qu'il essaie de nous baiser dans le cul."

"Avec un sourire sur son visage." Je souris.

"J'espère qu'au moins ça fait du bien."

Marley ricane et se replonge directement dans son coaching.

"Alors souviens-toi de la stratégie", me dit-elle pendant que nous marchons.

"Oui."

"Redis-la-moi encore une fois... pour que je m'en souvienne", répond-elle.

Je souris. Marley est une idiote. Mais une drôle d'idiote quand même.

"Reste calme, ne le laisse pas m'agacer", je lui réponds.

"Ne dis pas un non catégorique, garde-le juste sur la glace en arrière-plan comme une police d'assurance."

"Oui, c'est un bon plan."

"Ça devrait l'être, tu y as pensé."

Nous arrivons au restaurant et nous nous arrêtons au coin de la rue. Je sors mon poudrier et applique à nouveau mon rouge à lèvres. Mes cheveux bruns sont enroulés en un nœud lâche. Je porte un tailleur pantalon bleu marine avec un chemisier en soie crème, des escarpins vernis à talons hauts et mes boucles d'oreilles en perles. Des vêtements raisonnables, je veux qu'il me prenne au sérieux.

"Est-ce que j'ai l'air bien ?" Je demande.

"Tu es sexy."

Mon visage se décompose.

"Je ne veux pas être sexy, Marley. Je veux être dur."

Elle se renfrogne en entrant dans son personnage.

"Totalement dur." Elle frappe sa main avec son poing. "Iron maiden snatch style."

Je souris à ma superbe amie ; ses cheveux rouges zinzins sont courts et punky, et ses lunettes roses sont en pleine splendeur. Elle porte une robe rouge avec une chemise jaune vif en dessous, des bas et des chaussures rouges. Elle est tellement à la mode qu'elle en est même énervée. Marley est ma meilleure amie, ma confidente, et la plus grande travailleuse de notre entreprise. Elle ne m'a pas quittée depuis cinq ans ; son amitié est un cadeau, et je ne sais pas où je serais sans elle.

"Tu es prête ?" demande-t-elle.

"Oui. Nous avons vingt minutes d'avance - je voulais arriver en premier. Prendre l'avantage."

Ses épaules s'affaissent.

"Quand je te demande si tu es prête , tu es censé répondre par 'Je suis né prête '."

Je la pousse.

"Finissons-en avec ça."

On baisse les épaules, on s'arme et on entre dans le foyer. Le serveur sourit.

"Bonjour, mesdames. Comment puis-je vous aider ?"

"Ah." Je regarde Marley. "Nous avons rendez-vous avec quelqu'un ici."

"Tristan Miles ?" demande-t-il.

Je fronce les sourcils. Comment a-t-il pu le savoir ?

"Oui... en fait."

"Il a réservé la salle à manger privée à l'étage." Il fait un geste vers les escaliers.

"Bien sûr qu'il l'a fait", je murmure dans mon souffle.

Marley courbe les lèvres en signe de dégoût, et nous montons. Le dernier étage est vide. On regarde autour de nous, et je vois un homme sur le balcon, au téléphone. Costume marine parfaitement ajusté, chemise blanche impeccable, grand et musclé. Ses cheveux sont plus longs sur le dessus, brun foncé avec une boucle. On dirait qu'il appartient à un shooting de mannequins, pas du tout à la fosse aux serpents.

"Putain de merde. ... il est sexy", chuchote Marley.

"Tais-toi", je bégaie, paniqué à l'idée qu'il l'entende. "Reste cool, d'accord ?"

"Je sais." Elle me frappe dans la cuisse, et je la frappe en retour.

Il se tourne vers nous et nous adresse un large sourire, puis lève un doigt pour nous faire comprendre qu'il n'en a que pour un instant. Je fais semblant de sourire ; il nous tourne le dos pour terminer son appel, et je lui lance un regard dans le dos alors que ma colère monte. Comment ose-t-il nous faire attendre ?

"Ne parle pas", je murmure.

"Je peux siffler ?" Murmure Marley en le regardant de haut en bas.

"J'ai vraiment envie de siffler le putain de gars. Trou du cul ou pas."

Je me pince l'arête du nez, c'est déjà un désastre.

"S'il te plaît, ne parle pas", je lui rappelle encore une fois.

"Ok, ok." Elle fait le geste de fermer sa bouche et ses lèvres.

Il raccroche son appel et s'avance vers nous, la confiance personnifiée. Avec un large sourire, il nous tend la main.

"Bonjour, je suis Tristan Miles."

Il a des fossettes, une mâchoire carrée, des dents blanches et...

Je lui serre la main. Elle est forte et large, et je prends immédiatement conscience de sa sexualité flamboyante. Le bourdonnement qu'il m'envoie me fait faire un pas en arrière involontaire. Je ne veux pas qu'il sache que je le trouve attirant.

"Bonjour, je m'appelle Claire Anderson. Enchantée de vous rencontrer."

Je fais un geste vers Marley. "Voici Marley Smithson, mon assistante."

"Bonjour, Marley." Il sourit.

"Enchanté de vous rencontrer." Il fait un geste vers la table. "S'il vous plaît, prenez un siège."

Je m'assois avec mon cœur dans la gorge - génial. Comme si je n'étais pas déjà ébouriffée ; il n'avait pas besoin d'être beau en plus.

"Café ? Thé ?" Il fait un geste vers le plateau.

J'ai pris la liberté de nous commander un thé du matin."

"Un café, s'il vous plaît", je réponds. "Juste de la crème."

"Moi aussi", ajoute Marley.

Il nous verse soigneusement nos cafés et les fait passer avec une assiette de gâteaux.

Je serre la mâchoire pour m'empêcher de dire quelque chose de désobligeant, et finalement, il prend place en face de nous. Il défait sa veste de costume d'une main et s'assoit sur sa chaise. Son regard se pose sur moi.

"C'est un plaisir de vous rencontrer enfin, Claire. J'ai tellement entendu parler de vous."

Je lève un sourcil en signe d'agacement ; je déteste que sa voix soit rauque et sexuelle.

"De même", répondis -je.

Je jette un coup d'œil vers le bas et remarque les boutons de manchette en or etonyx noir et la montre Rolex de luxe ; tout chez ce type est synonyme d'argent. Son aftershave flotte entre nous. Je fais tout mon possible pour ne pas respirer - c'est d'un autre monde. Je jette un coup d'œil à Marley, qui sourit gaiement en le regardant... totalement éprise.

Super.

Il s'assied, détendu et confiant, froid et calculateur.

"Comment s'est passée ta semaine ?"

"Bien, merci", je réponds, ma patience étant mise à l'épreuve. "Allons droit au but, M. Miles, d'accord ?"

"Tristan", corrige-t-il.

"Tristan", je réponds. "Pourquoi tenez-vous tant à me rencontrer ? Qu'est-ce qui pourrait justifier que vous m’appelleriez cinq fois par semaine depuis un mois ?"

Il passe son index sur ses grosses lèvres, comme amusé, et son regard soutient le mien.

"Je surveille Anderson Media depuis un certain temps déjà."

Je lève à nouveau le sourcil.

— Et dites-moi, qu'avez-vous appris ?"

"Vous licenciez du personnel tous les mois."

"Je réduis les effectifs."

"Pas par choix."

Quelque chose chez cet homme me met mal à l'aise.

"Je ne suis pas intéressé par ce que vous proposez, M. Miles", je m'énerve.

Je sens un coup de pied sec sous la table à ma cheville, et je grimace de douleur. Aïe... ça fait mal. Je jette un coup d'oeil à Marley. Elle écarquille les yeux pour me faire signe de me taire.

"Comment sais-tu que je veux te faire une offre ?" répond-il calmement.

Combien de fois a-t-il eu cette conversation ?

"Tu ne le sais pas ?"

"Non." Il boit son café à petites gorgées. J'aimerais acheter votre société, mais je ne vous offre pas de laissez-passer."

"Un laissez-passer", je me moque.

Marley me donne un nouveau coup de pied... Oh merde, ça fait mal. Je lui lance un regard mauvais, et elle feint un large sourire.

"Et qu'entendez-vous par un laissez-passer, M. Miles ?"

"Tristan", me corrige-t-il.

"Je vous appelle comme je veux."

Il me fait un sourire lent et sexy, comme s'il aimait chaque minute de ce moment.

— Je vois que vous êtes une femme passionnée, Claire, et c'est admirable... mais allons-y. Soyons sérieux."

Je roule mes lèvres, m'obligeant à rester silencieuse.

"Ces trois dernières années, votre entreprise a subi des pertes massives. Vous perdez des comptes publicitaires à gauche, à droite et au centre." Il pose sa main sur sa tempe en me regardant fixement. "Je suppose que les finances sont un cauchemar."

Je ravale la boule dans ma gorge tandis qu'on se regarde fixement.

"Je peux vous débarrasser de tout, et vous pourrez prendre une pause bien méritée."

La colère commence à pomper dans mon sang.

"Vous adorerais ça, n'est-ce pas ? Jouer au gentil et me débarrasser de tout... arriver sur votre cheval et sauver la journée comme un chevalier blanc."

Ses yeux se posent sur les miens et un sourire se dessine sur son visage.

"Je garderai ma société même si c'est la dernière chose que je fais." Je sens à nouveau un coup de pied rapide, et je sursaute, perdant le dernier de ma patience.

"Arrête de me donner des coups de pied, Marley", je bafouille.

Tristan se fend d'un large sourire en regardant entre nous.

"Continue de la frapper, Marley", dit-il. "Fais-lui entendre raison."

Je roule les yeux, gênée que mon assistant me donne des coups de pied dans les chevilles.

Il s'assied en avant, avec un nouvel objectif.

"Claire, mettons les choses au clair. J'obtiens toujours ce que je veux. Et ce que je veux, c'est Anderson Media. Je peux vous le prendre maintenant pour un bon prix qui vous protégera. Ou bien" , il hausse les épaules avec désinvolture - "je peux attendre six mois que les liquidateurs interviennent et l'obtenir pour presque rien, et vous risquez la faillite". Il pose ses mains sur la table en face de lui. "Nous savons tous les deux que la fin est proche."

"Espèce de connard prétentieux", je chuchote.

Il incline son menton vers le ciel et sourit fièrement.

"Les gentils arrivent en dernier, Claire."

Mon cœur commence à battre plus vite alors que ma colère monte.

"Réfléchis-y." Il sort sa carte de visite et la fait glisser sur la table.

TRISTAN MILES

212-555-4946

"Je sais que ce n'est pas comme ça que vous voulez vendre votre entreprise. Mais vous devez être réaliste", poursuit-il.

Je le regarde fixement, assis là, tout froid et sans cœur, et je sens mes émotions bouillonner dangereusement près de la surface.

Nos regards se croisent.

— Accepte l'offre, Claire. Je t'enverrai un chiffre par e-mail cet après-midi. On s'occupera de toi."

L'élastique de ma santé mentale se casse, et je m'assois en avant.

"Et qui s'occupera de la mémoire de mon défunt mari, M. Miles ?" Je ricane. "Miles Media ne le fera certainement pas."

Il tord ses lèvres, mal à l'aise pour la première fois.

"Savez-vous quelque chose sur moi et ma société ?"

"Je sais."

"Alors vous savez que cette société est le fruit de l'amour de mon mari. Il a travaillé pendant dix ans pour la construire à partir de rien. Son rêve était de la transmettre à ses trois fils."

Ses yeux fixent les miens.

"Alors... ne t'avise pas de..." - je frappe ma main sur la table alors que mes yeux se remplissent de larmes , de rester assis là avec cet air suffisant et de me menacer. Parce que croyez-moi... M. Miles, tout ce que vous faites n'est pas aussi grave que de le perdre." Je me lève. "J'ai déjà vécu l'enfer, et je ne laisserai pas un riche salaud gâté me faire sentir comme une merde."

Il roule ses lèvres, non impressionné.

"Ne m'appellez plus jamais", je claque des doigts en repoussant ma chaise.

"Réfléchis-y, Claire."

"Va te faire voir." Je commence à me précipiter vers la porte.

"Elle passe juste une mauvaise journée. On va vraiment y réfléchir", bafouille Marley avec embarras. "Merci pour le gâteau, c'était délicieux."

J'essuie rageusement les larmes de mon visage en dévalant les escaliers et en sortant par la porte d'entrée. Je n'arrive pas à croire que j'ai été si peu professionnelle. J'ai de nouveau les larmes aux yeux. Oh, bien, au moins je lui ai tenu tête, je suppose.

Marley court pour me suivre. Elle reste sagement silencieuse, puis regarde la rue de haut en bas.

— Oh, fais chier, Claire, ne retournons pas au travail. Allons nous saouler à la place."

Continuer

Inspirés de vos vus

Autres livres par Elma

Voir plus
Chapitres
Lire maintenant
Télécharger le livre