back
Télécharger l'appli
icon 0
icon Recharger
rightIcon
icon un livre d'histoire
rightIcon
icon Déconnexion
rightIcon
icon Télécharger l'appli
rightIcon
Tu n'es qu'un tyran

Tu n'es qu'un tyran

Nadia.

4.8
avis
151.8K
Vues
62
Chapitres

Une fille simple, Sophie Berger ne s'attendait pas à tomber sur le tyran de l'école dès le premier jour. Elle ne savait pas que toute sa vie était sur le point de prendre une tournure différente. Une tournure à la fois agréable et désagréable. ************* Jacques qui a toujours caché ses secrets en lui s'est perdu le premier jour où il a vu Sofia. Il voulait la garder dans ses côtés pour le reste de sa vie mais en même temps, il avait peur de refaire la même erreur. Il blessait Sophie involontairement à cause de la peur qui était enfouie au plus profond de lui et Sophie qui était complètement nouvelle dans ces situations se sentait perplexe et vulnérable. Sophie ne voulait pas l'aimer mais elle ne pouvait pas non plus ignorer son effet sur elle, elle ne pouvait pas nier le fait que Jacques commençait à avoir la place dans son cœur, ce qui n'est certainement pas réservé à une petite brute comme lui. Les deux ont commencé à tomber amoureux l'un de l'autre sans le savoir, mais leurs propres peurs les empêchaient d'exprimer leurs émotions l'un à l'autre. Que se passera-t-il lorsque deux personnes de mondes complètement différents se croiseront ? Seraient-ils capables de surmonter les peurs et les difficultés et d'être ensemble ou les circonstances les sépareraient-ils l'un de l'autre ? Montez dans les montagnes russes qui est leur histoire et voyez où le destin les mène. [[ Nombre de mots : 100000-104000]] Tous droits réservés. Avertissement : cette histoire contient un contenu extrêmement mature, un langage grossier et du harcèlement sexuel. Lisez à vos risques et périls.

Chapitre 1
Premier jour

Le point de vue de Sophie :

Nous avons quitté notre ville il y a seulement une semaine. Cette ville et mes amis là-bas, ils me manquaient beaucoup. En particulier, mon meilleur ami Pierre. Qu'est-ce que cet idiot est en train de faire sans moi? Il m'a promis de venir me voir de temps en temps, cela m'a fait plaisir.

Depuis aujourd'hui, je devais aller dans une nouvelle école. Et j'ai espéré pouvoir faire de nouveaux amis. J'ai pensé que j'étais prête pour mon premier jour. J'ai mis une mini-jupe plissée noire, un t-shirt blanc et une veste noire. Et surtout, mes hautes bottes préférées. Puisque j'étais une petite fille de 1m55, je voulais absolument avoir l'air un peu plus grande. J'ai presque fini la préparation quand mon père m'a appelée pour le petit-déjeuner.

« Dans 5 minutes, papa, j'ai presque fini », ai-je dit.

« Dépêche-toi, ma grande, tu ne peux pas être en retard le premier jour », a dit papa.

« Ok, laisse-moi juste me coiffer », ai-je répondu.

« Ok, chérie », a dit mon père.

Après avoir brossé mes cheveux, je me suis regardée dans le miroir, j'avais l'air plutôt bien dans l'ensemble. Mes yeux noirs étincelaient et mes cheveux étaient plus brillants. Les bottes ont un peu relevé ma taille et le t-shirt et la jupe s'adaptaient bien à mes courbes. Tout était prêt, je suis descendue.

J'ai senti les crêpes et j'en ai salivé. Je me suis précipitée vers la cuisine et j'ai vu mon père en train de faire des crêpes, j'adorais les crêpes.

« Des crêpes! », me suis-je écriée.

« Oui, ma puce. » mon père a rigolé.

« Je t'aime, papa! » J'ai serré mon père dans mes bras par derrière.

« Je t'aime aussi, mon cœur », a-t-il dit en se tournant vers moi et il m'a embrassée sur le front.

Malgré que mon père ne soit pas riche, il a toujours essayé de me donner tout ce que je voulais. Il m'aimait et s'occupait de moi pour toujours. Ma grand-mère m'a dit que ma mère était morte après ma naissance et que depuis ce moment-là, mon père prenait soin de moi. J'aime mon père plus que tout.

Je me suis assise à table et papa a commencé à me mettre des morceaux de la crêpe dans la bouche.

« Je peux manger toute seule, papa, je suis assez grande maintenant », ai-je protesté.

« Peu importe l'âge que tu as, tu seras toujours mon petit bébé », a dit papa en souriant.

Mon père était la personne la plus adorable du monde. Je ne me suis même pas souvenue d'une seule fois où mon père m'a grondée. Il m'a toujours traitée comme une princesse.

Mes yeux ressemblaient à ceux de mon père et mes cheveux étaient comme ceux de ma mère, complètement châtain foncé. Ma mère était magnifique. Même sur ses photos, elle ressemblait à un ange. Et mon père était très beau, même après une journée de travail, il avait toujours l'air énergique. Si seulement ma mère avait été en vie, nous aurions été une famille parfaite. Mon père s'est attaché beaucoup à mère, c'était pourquoi il n'a plus épousé une autre femme.

Après le petit-déjeuner, mon père m'a emmenée à l'arrêt de bus, je l'ai serré dans mes bras et lui ai dit au revoir. Je suis montée dans le bus. Et j'ai pris un siège à côté de la fenêtre. Après 10 minutes, il s'est arrêté devant l'école.

Je suis descendue et j'ai été stupéfaite de voir que c'était beaucoup plus grande et plus belle que mon école précédente.

Elle avait l'air si luxueuse et tout chez les étudiants montrait leur richesse.

Tous portaient des vêtements de luxe. Tant de voitures de luxe garées.

Je me suis sentie un peu mal à l'aise dans une telle ambiance.

Oh mon dieu! J'ai commencé à penser à mon ancienne école.

Je pouvais voir que même en marchant, la plupart des étudiants se concentrer dans leur monde pour faire leurs affaires. Quelques filles qui portaient des vêtements coûteux, sont entrées dans l'école, l'une d'entre elles m'a lancé un regard dégoûté. Je suis devenue tellement nerveuse, tout en espérant que tous les étudiants ne soient pas méchants.

« Rien de mal ne se passera, Sophie, calme-toi », me suis-je dit. En prenant une profonde inspiration, j'ai commencé à me diriger à l'intérieur de l'école en ignorant tous les regards sur moi.

Mon père m'a déjà informée des horaires de mes cours, un de ses amis était professeur ici. Au moment où je suis entrée dans l'école, j'ai entendu un homme m'appeler, en regardant autour de moi, j'ai aperçu un homme de grande taille se diriger vers moi. « Salut Sophie, je suis René, l'ami de ton père. »

« Oh, bonjour », ai-je répondu avec un sourire.

« Je sais que c'est ton premier jour ici, mais ne t'inquiète pas et ne sois pas nerveuse. Si tu as le moindre problème, viens me voir. Je serai dans le bureau des professeurs. »

« Merci beaucoup », ai-je répondu. D'une certaine manière, ses mots me mettaient à l'aise.

« Bienvenue, et oui, voici les clés du casier. Le casier est au deuxième étage, tu y trouveras tes livres, je les ai mis dedans », a-t-il dit en souriant chaleureusement.

« Merci beaucoup, tu n'avais vraiment pas besoin de faire tout ça pour moi, j'apprécie vraiment », ai-je répondu avec un sourire.

« Tu es comme ma fille, Sophie, et je suis heureux d'avoir pu faire tout cela pour toi », a-t-il dit en me serrant dans ses bras, puis il est parti après m'avoir dit au revoir.

Je suis montée au deuxième étage et j'ai entendu des garçons discuter entre eux à l'autre côté des casiers. Je n'ai pas pris la peine de les regarder. En plus, ils avaient l'air très ennuyeux vu la façon dont ils parlaient.

Au moment où je me dirigeais vers mon casier, mon corps s'est écrasé contre le casier.

J'ai tressailli à cause de cet accident.

J'étais choquée de voir le visage qui se trouvait juste à quelques centimètres du mien. Ses yeux étaient beaux bruns, son nez était pointu, ses cheveux étaient bien coiffés et certains tombaient sur son visage, ce qui le rendait encore plus beau, ses lèvres étaient également attrayantes et je pouvais voir quelques muscles même s'il portait une chemise ample. J'étais occupé à regarder les beaux yeux bruns sans remarquer que sa main atteignait ma taille.

J'ai repris mon esprit quand il a dit : « Eh bien, n'est-ce pas la nouvelle poulette? »

J'ai bien essayé de le repousser, mais il m'a bloquée à ma place et il a regardé le haut de mon corps et m'a dit : « Je dois dire que tu as des beaux seins, bébé » et il a souri.

Ses amis se sont mis à rire.

Que se passe-t-il?

Les larmes ont commencé à couler de mes yeux, je n'avais jamais été humiliée de la sorte. Comment quelqu'un peut-il dire une telle chose?

J'ai essayé de le repousser à nouveau de toutes mes forces, mais il m'a serrée plus fort et maintenant son énorme corps se pressait complètement contre le mien.

Je ne me suis pas rendu compte qu'en peut de temps, les garçons et quelques filles se sont rassemblés autour de nous deux.

Personne ne s'est approché plus.

Personne d'entre eux n'a pris la peine de m'aider.

Son visage était trop près du mien. Il m'a maintenue en place d'une main et, de l'autre, a essuyé mes larmes.

« Oh, pourquoi tu pleures bébé? »

Et il m'a attrapé la fesse et l'a pincée.

Comment quelqu'un pouvait-il faire des choses comme ça, c'était dégoûtant.

J'ai essayé de le repousser à nouveau, mais en vain. J'ai commencé à avoir extrêmement peur de lui.

Puis, il avait l'intention de faire quelque chose que je n'avais jamais pensé, son visage s'est rapproché du mien et il regardait mes lèvres.

Il était sur le point de m'embrasser. Et cela a passé mes limites, je l'ai giflé en plein visage.

J'ai entendu des exclamations.

Il a reculé en couvrant la joue avec sa main et d'après son expression, je sentais qu'il était choqué. Ses amis l'étaient aussi et certains avaient même l'air en colère. J'ai entendu des murmures.

« Est-ce qu'elle vient de gifler Jacques? »

« Elle est foutue. »

« Elle n'a aucune idée de ce qui l'attend. »

Leurs commentaires m'ont fait peur, mais je ne l'ai pas laissée apparaître sur mon visage.

Peut-être que ce connard n'a jamais reçu de gifle auparavant.

Tout le monde me regardait comme si j'étais une superwoman ou quelque chose comme ça.

Le connard me regardait aussi, ses yeux étaient rouges. Il était en colère, et je ne me souciais pas de sa colère à ce moment-là.

Il me regardait fixement et sa respiration était lourde, comme s'il retenait quelque chose en lui.

J'avais juste besoin de m'éloigner d'eux. J'avais besoin de m'éloigner de cette scène.

Je me suis enfuie en pleurant, mais avant cela, je lui ai lancé un regard dégoûté et lui ai dit d'une voix pleine de dégoût : « Tu es dégoûtant. »

Je pouvais sentir son regard brûlant sur moi quand je m'éloignais, mais j'ai continué à marcher.

En fait, c'était plutôt courir que marcher.

Télécharger le livre