icon 0
icon Recharger
rightIcon
icon Historique
rightIcon
icon Déconnexion
rightIcon
icon Télécharger l'appli
rightIcon
Angel : la mafia le plus dangereux

Angel : la mafia le plus dangereux

Naomi 09

5.0
avis
879
Vues
45
Chapitres

Cade est une étudiante en art en Italie qui tente d’échapper aux démons de son passé. Angel Falcone est le chef de la mafia sicilienne le plus dangereux. Lors d’un casse qui mêle leurs destins, Cade n’a d’autre choix que de faire confiance à l’impitoyable seigneur de la mafia Mais après quelques temps l’amour se trouve entre les deux par hasard.

Chapitre 1 01

01

MON PREMIER SOUVENIR EST un ciel bleu SANS NUAGES et un pistolet argenté, chaud dans ma main.

Parfois, je me réveille en goûtant le gris âcre de la fumée. J’entends la musique se fondre dans le bruit des cris. Je sens la pression du métal contre ma paume, brûlant.

Je sais que le souvenir ne peut pas être réel. Ma mère et moi avons toujours vécu à Los Angeles, où des toiles d’araignées de smog épais recouvrent la couleur du ciel. Je n’ai jamais touché une arme avant, et encore moins en ai tiré une.

Mais c’est difficile à croire―surtout maintenant, alors que je tiens le Beretta d’Angel.

En le pointant. Le viser.

L’homme en face de moi se fige.

Ce ne peut être que de la mémoire musculaire. Je sens l’acier froid de la gâchette, palpitant sous le bout de mon doigt. Suppliant d’être tiré.

Ma respiration devient inégale. Je ferme les yeux.

Bang.

Musique-musique joyeuse et palpitante. Le genre que vous entendez lors des mariages, des fêtes. Le genre qui inspire la danse. La musique s’enclenche dans le silence, puis―

Bang.

En hurlant.

Je m’en souviens.

Mes yeux s’ouvrent, et la mémoire du sang et de la chanson disparaît.

« Comment as-tu pu. »Je ne reconnais pas ma voix. Froid total, glace totale.

Dante lève les mains en tremblant. « Je devais le faire. S’il te plaît, Cade. J’avais besoin d’argent. »

Derrière moi, j’entends Angel tendu.

Du coin de l’œil, la peinture se déplace. Quelqu’un d’autre sort une arme―Vittoria ou Dominic. On manque de temps.

« Ne fais pas ça », supplie Dante. « Je te connais, Cade. Je sais que tu ne tireras pas. Tu ne me feras pas de mal, je sais que tu ne le feras pas. »

Si je ne le fais pas, il dira à la famille Génoise comment trouver Angel.

Ils reviendront pour elle. Ils vont la déchirer, la dépecer vivante. Ils attendaient l’occasion, et ça y est.

Tout ce qu’elle a, tout ce qu’elle est, ils le lui prendront.

Je peux pas laisser ça arriver.

Choisis maintenant, Cade.

La police nous encerclera en quelques minutes. L’alarme du musée retentit toujours. Si on doit s’échapper, ça arrive maintenant.

« Tu ne me connais pas, » je siffle.

Ses yeux s’écarquillent et j’appuie sur la gâchette.

Bang.

IL Y A TROIS SEMAINES

JE ME RÉVEILLE AVEC LE genre de maux de tête qui ne peut être décrit avec précision que par les peintures de l’Enfer de Bosch.

Que s’est-il passé hier soir ?

Vittoria. Rouge à lèvres. Du vin. Encore un tir . . .

Un feu brûlant éclate contre ma tempe.

D’accord. Je tape ma main contre mon front-lisse de sueur et de cheveux emmêlés. Penser n’est pas une bonne idée.

C’est à ce moment-là que je remarque ma table de chevet.

Sauf . . . ce n’est pas à moi.

Bouteille d’eau. Arme. Argent liquide-des euros se répandent négligemment sur le sol.

Mais ce sont les lunettes qui me font réaliser que ce n’est pas mon appartement.

Et si ce n’est pas mon appartement, ce n’est pas mon lit.

Lentement, lentement, je regarde sur le côté. Au monticule de draps blancs, montant et descendant très légèrement.

Je me bats pour garder ma respiration stable. Qui est là-dessous ? Que vais-je trouver ?

Un homme à moitié nu qui a profité de moi ?

Un membre de gang qui a préparé un cocktail de drogue pour me mettre dans son lit ?

Un dangereux chef de la Mafia qui me tirera dessus à son réveil ?

La pile de couvertures remue, et je tressaille.

Merde. Et s’il se réveillait ?

Je me glisse hors des draps blancs. La lumière chaude du soleil imprègne mon dos, se déversant par la fenêtre. Pendant un moment, je trébuche sur mes pieds.

Jambes nues. Ventre nu. Bras nus.

Mais je ne suis pas nue.

Je suis déshabillée jusqu’à mon soutien-gorge et ma culotte.

Alors . . . J’ai couché avec lui. Mais seulement de manière littérale.

Ensuite, les vêtements. Je fouille le sol à la recherche de la robe et des talons de la nuit dernière. Là. Plié sur le dossier d’une chaise en velours. Plié ?

Pas le temps d’y penser.

Je tire frénétiquement dans ma robe. Quel jour c’est aujourd’hui ?

Une horloge de grand-père, en marbre noir avec des veines d’or, commence à sonner depuis le coin de la pièce. Mes yeux se précipitent vers l’heure. Un quart à neuf heures.

Un quart à neuf ? Merde.

Mon premier cours du semestre commence dans quinze minutes.

Et je porte toujours les vêtements de fête d’hier soir.

Tu parles d’une marche de la honte.

Le tas de couvertures commence à gémir.

Vite, Cade ! Arme !

Je saute pour le pistolet que j’ai vu sur la table de chevet. J’enroule deux mains tremblantes autour d’elle. Je ne sais pas me servir d’une arme. Je n’ai jamais touché une arme avant. Ai-je ?

La pile de couvertures se contracte, se contracte, la personne à l’intérieur a du mal à les jeter. Avec un bruit sourd surprenant―et qui doit être douloureux―, ils roulent tout de suite hors du lit.

Une série de violents jurons italiens s’ensuit.

Sauf que la voix n’appartient pas à un homme.

« Pourquoi pointez-vous cette chose sur moi ? »gémit la plus belle femme que j’aie jamais vue.

Pendant un instant, je ne peux que trembler, mes doigts verrouillés sur la gâchette. La chaude lumière du soleil imprègne la femme alors qu’elle se détache des couvertures. L’éclat de ses épais cheveux noirs tombe en cascade sur ses épaules, une rivière d’encre. Ses yeux brillent comme du miel fondu, se prélassant dans la lueur du soleil.

Je resserre mon emprise sur le pistolet.

Et si c’était une femme ? Je me suis évanoui hier, d’une manière qui ne s’est jamais produite auparavant qu’à Los Angeles, lorsque Nathan―

N’y pense pas.

Elle a dû me droguer. Elle a dû m’emmener ici.

Et ? Et quoi, Cade ? Qu’a-t-elle fait ? Elle a plié tes vêtements ! Est-ce que ça ressemble à un meurtrier pour vous ?

La femme soupire. « Allez-vous tirer ou . . . ? »

Je peux pas répondre. Mes yeux se promènent dans la pièce, attrapant un grand portrait de femme à l’échelle de la vie. C’est un tableau―je le reconnais instantanément. Un de mes préférés.

Le Danseur Désespéré. Accroché dans la galerie Santa Cecilia de l’autre côté de la ville.

« 1765. Peint par Corinthe Alexandrie à l’âge de vingt-six ans. Évalué à un demi-million de dollars. »Je ne peux m’empêcher de dire les mots à haute voix. Que fait-il ici ?

Les yeux de la femme clignotent vers le tableau. Puis de retour à moi.

« Tu ne te souviens pas ? »demande – t-elle.

Je secoue la tête sans un mot.

La femme lâche une malédiction colorée en italien. Et dit : « Nous l’avons volé la nuit dernière. »

MA BOUCHE S’OUVRE. FERME.

« Nous l’avons fait . . . on a fait quoi ? »

En quelques instants, la femme a comblé le fossé entre nous. Dans les dix secondes qui suivent, le pistolet est dans ses mains et un sourire narquois est sur son visage.

« La prochaine fois que vous pointerez une arme », dit-elle avec un clin d’œil, jetant négligemment l’arme sur le lit , » assurez-vous de désactiver la sécurité. »

Je recule, frénétique. Je retourne dans la table de chevet, et les objets se dispersent et entrent en collision sur le sol. Arme-J’ai besoin de quelque chose, n’importe quoi.

Mes doigts se referment autour d’une bouteille d’eau.

« Ne t’approche pas ! »Je préviens en le brandissant comme un couteau.

La femme s’approche. « Si j’avais voulu te blesser maintenant, je l’aurais fait. »Elle sourit d’un air de loup. « Et d’ailleurs . . . tu ne veux pas savoir ce qui s’est passé hier soir ? »

Oui. « Non. Je ne te crois pas. Je n’aurais jamais volé quelque chose au Musée. »

« Eh bien . . . J’étais assez persuasif. »

Je secoue la tête. « Je ne me souviens de rien. Ça . . . ça n’est jamais arrivé. Je ne veux pas savoir. »

Quelque chose comme une déception passe à travers ses yeux. Si vite que ça m’a presque manqué, mais―

« Oh, ce n’est pas ce que tu disais hier soir », dit-elle, son sourire assez vif pour trancher.

Qu’est-ce que je disais hier soir ?

« Je ne me souviens de rien ! »Je claque. Mes yeux se tournent vers l’horloge de grand-père. Merde. Sept minutes pour aller en classe. « J’étais saoul, d’accord ? Je ne savais pas ce que je faisais. »

Continuer

Inspirés de vos vus

Autres livres par Naomi 09

Voir plus
Chapitres
Lire maintenant
Télécharger le livre