Login to Kifflire
icon 0
icon Recharger
rightIcon
icon Historique
rightIcon
icon Déconnexion
rightIcon
icon Télécharger l'appli
rightIcon
Mariée par accident à un PDG

Mariée par accident à un PDG

Edi Beckert

5.0
avis
129.9K
Vues
71
Chapitres

Luana fait tout ce qu'elle peut et ce qu'elle ne devrait pas faire pour reconquérir l'amour de son petit ami qui ne le mérite pas. Elle paie pour deux jours dans une croisière de luxe, mais en se réveillant le matin, elle est effrayée de réaliser qu'elle s'est trompée de chambre et de petit ami. Elle avait dormi avec un inconnu et ne savait même pas quoi faire. Igor est un PDG prospère et pense que l'argent peut tout acheter. Lorsqu'il réalise que celle-ci n'est pas celle qu'il pensait, il se sent trompé par elle et l'ignore car il a déjà la petite amie qu'il aime. Le problème, c'est qu'un mois plus tard, Luana découvre qu'elle est enceinte et elle aurait souhaité se jeter à la mer pendant qu'il en était encore temps ; elle est tombée enceinte justement d'un inconnu qui l'a ignorée et a ensuite pensé qu'elle l'avait trompé ? Elle était vraiment très malchanceuse, et une malchanceuse avec une dette élevée à payer pour avoir investi autant d'argent dans un voyage qui n'a pas résolu sa vie, en réalité, cela ressemblait plus à un accident du destin. Mais tout ne s'est pas passé comme prévu et grâce aux influences et aussi au bébé, ils finissent par se marier. Igor ne gère pas bien toute cette situation et ils commencent à entrer en conflit et à rencontrer des complications, surtout après qu'il lui a demandé de signer un document de divorce après dix mois de mariage. Est-il possible que l'amour naisse au milieu de cette confusion ? Combien de temps Luana aura-t-elle besoin pour se relever ? Igor devra se surpasser pour reconquérir sa femme, est-ce qu'elle lui donnera une nouvelle chance ? Viens découvrir avec moi si ce mariage était vraiment un accident...

Chapitre 1 Chapitre 1

CHAPITRE 01

Luana Davis

Ma vie est un véritable chaos ! Je travaille tellement, et je n'ai presque pas de temps pour le "laser", je suis sur le point de perdre l'homme que j'aime, à cause de la précipitation, et il faut que ça change !

J'ai toujours été du genre calme, du genre à penser qu'il faut plaire à tout le monde et à faire ce qu'il faut pour que le monde aille bien ! Mais ces derniers temps, tout est devenu très compliqué.

Je viens d'obtenir mon diplôme, et j'ai trouvé un emploi de greffière, j'ai un petit bureau, mais beaucoup de travail, j'ai parfois des difficultés avec certains employés à l'intérieur, mais je choisis toujours de faire ma part.

J'ai vu qu'Helio était seul, alors j'ai décidé de lui annoncer la nouvelle tout de suite !

- Tout va bien se passer, mon amour ! Je te promets qu'on va faire la croisière que j'ai promise ! - lui dis-je, à lui qui était assis sur mon canapé, avec le même visage fermé que d'habitude.

- Tu as reçu de l'argent ? - demanda-t-il en se tournant vers moi.

- Oui, nous partons vendredi ! Nous y resterons deux jours ! - dis-je avec enthousiasme, en l'embrassant sur le côté, et même en le serrant dans mes bras.

- Ouf, c'est bien ! Parce que j'ai utilisé l'argent que tu m'as laissé et la carte violette, je n'ai toujours pas trouvé de travail ! Mais si tu me paies une croisière, c'est que tout va bien, non ? - commente-t-il un peu froidement, je sais qu'il est contrarié par certaines choses...

- D'accord, pas de problème ! J'ai trouvé un autre moyen de payer cette croisière, je veux juste que tout aille bien entre nous ! - Je l'ai embrassé, et il a un peu adouci son expression.

- Tu vas rester dans la même chambre que moi ? - m'a-t-il demandé, l'air un peu contrarié, et j'ai compris de quoi il parlait.

- Oui, c'est une croisière de luxe ! Tu vas voir comme tu vas te plaire là-bas ! La piscine est magnifique, j'ai vu les photos de tout, y compris de la chambre ! - Je l'ai déguisé, parce qu'en fait, il est très beau, très arrangé, et moi je suis si simple, et parfois même maladroite.

- Hum, c'est bien ! - répondit-il, mais je suis sûr que tout ira bien.

Les jours passaient, et je devais m'organiser et tout arranger, et je n'avais le temps qu'après le travail, parce que ce bureau me retient souvent, alors nous nous sommes très peu vus ces jours-ci.

Au bureau...

- Luana ! Tu dois organiser ces documents, je n'aurai pas le temps ! - me dit ma collègue de travail, mais je n'ai pas très bien compris.

- Mais ce n'est pas ton travail ? Je croyais que tu t'occupais de ce genre de démarches, ainsi que des visites et des saisies-arrêts ! - J'ai répondu.

- C'est que je n'aurai pas le temps, les visites me fatiguent assez, vous vous débrouillerez, n'est-ce pas ? J'y vais, je suis pressée !

Elle n'attend même pas que je réponde, et me laisse tout. J'ai l'habitude, on me laisse toujours les tâches ennuyeuses et bureaucratiques, et je finis par les faire, parce qu'il faut bien que quelqu'un les fasse, non ?

Je ne suis pas une femme ambitieuse, j'ai vingt-cinq ans, je suis fraîchement diplômée et je suis satisfaite de mon travail. Bien sûr, je rêve de rencontrer un jour mon prince charmant et de vivre l'une de ces histoires d'amour que l'on trouve dans les livres et les romans, mais j'espère que je suis sur le bon chemin !

Le jour de la croisière...

Mon petit ami est venu chez moi, mais il a commencé à se préparer dans ma salle de bain, il a dit qu'ici j'avais tout et que les cheveux nécessitaient une quantité absurde de soins, selon lui, donc c'est bon ! Le problème c'est qu'il prenait trop de temps, et j'étais déjà inquiète, alors je l'ai appelé :

- Mon amour ! Ne sois pas en retard, il ne reste plus beaucoup de temps pour notre départ ! - Je lui ai dit, à lui qui se préparait encore.

- Nous arrivons, Luana... ne me presse pas ! - Je l'ai vu me regarder attentivement. - Pourquoi n'enlèves-tu pas tes lunettes aujourd'hui, Luana ? C'est affreux !

- Je ne vois rien sans elles, je ne peux pas ! - Je dis découragée, parce que j'ai travaillé dur pour faire cette croisière, j'ai dû emprunter trente mille à un usurier, et je ne sais même pas encore comment j'arriverai à rembourser, et il faudra que je voie ça plus tard, mais ce n'est pas grave, ça en vaudra la peine, et je retrouverai ma relation.

Je fais toujours tout pour lui plaire, mais je ne suis pas du genre séduisante, et il n'a jamais aimé mes lunettes, je ne sais pas si le problème vient des verres ou de la monture noire, mais je sais que notre relation a mal tourné, mais ce doit être parce que je travaille trop, et que je n'ai pas de temps à lui consacrer, et qu'il est très exigeant.

Nous avons finalement pris une voiture de location pour y aller, il est allé sur le siège avant, et j'ai dû rester seule à l'arrière, et quand j'ai voulu utiliser ma carte....

- Elle a été refusée, madame ! - m'a dit le chauffeur, et j'ai froncé les sourcils.

- Comment est-ce possible ? J'avais encore beaucoup de limite hier...

- Je devais l'utiliser, ma chère ! J'aime bien la vôtre à cause des points, mais vous pouvez utiliser l'autre, vous vous en fichez, n'est-ce pas ? - me demande-t-il avec ce regard qui me fait fondre, et bien sûr que je ne lui refuserais rien, je l'aime tellement !

- Bien sûr que non ! Ce n'est pas grave ! - J'ai dit ça, mais au fond de moi je m'inquiétais des dépenses, mais si c'est pour lui, ou pour lui, je m'en fiche ! La seule chose qui m'importe est que nous nous réconciliions, je crois que deux nuits suffiront, je ne me suis jamais donnée à un homme, mais aujourd'hui je serai totalement à lui, je l'aime beaucoup, et je sais que c'est ce qu'il veut, parce qu'il a toujours été un coureur de jupons, et qu'il ne peut probablement pas supporter cette situation plus longtemps.

Tout était calme dans la voiture, et je me sentais bizarre, avec des courbatures et le nez qui coule, alors j'ai commencé à éternuer.

- J'ai un peu froid aujourd'hui ! Mon corps n'est pas au mieux de sa forme ! Atchim ! - ai-je dit, et il m'a regardé, puis m'a dit : " Ça va s'arranger, c'est cool :

- Ça va s'arranger, c'est cool ! - a-t-il dit en souriant, je pense qu'il plaisantait, mais je n'ai rien dit de plus.

Quand nous sommes arrivés à l'endroit, je pensais qu'il m'aiderait, mais il est parti devant, analysant la vue, et m'a laissé derrière avec les sacs.

- Atchim ! - J'ai encore éternué !

- Tu l'apportes, n'est-ce pas ? Je vais chercher une salle de bain ! Et quand tu auras trouvé une chambre, repose-toi un peu, j'arrive bientôt ! - dit-il, et il disparut devant moi, j'avais du mal à voir où il allait, et dans quelle direction. Je n'ai vu que lorsqu'il a grimpé la grande rampe qui donnait accès au navire, et c'était trop beau. Je m'inquiétais de savoir si j'allais pouvoir tout prendre et trouver la chambre, mais ok.... C'est parti !

L'endroit était magnifique, immense ! On aurait dit une ville flottante, avec des piscines, des tables avec des chaises et des parasols, des tapis, on pouvait voir les chambres avec vue sur la mer, c'était très beau.

Je suis arrivée avec quelques difficultés à la grande rampe qui donnait accès au pont du navire et il y avait déjà beaucoup de gens qui entraient à ce moment-là, mais c'était aussi très peu de temps.

Je suis passée devant les petites tables, chacune surmontée d'un parasol, puis je suis descendue dans les chambres, dont je ne me souvenais que du numéro, cent vingt-deux, mais je trouverais bien, n'est-ce pas ?

J'avais des sueurs froides et les sacs étaient lourds, je suis entrée avec difficulté, et pour m'aider encore plus, mes lunettes étaient un peu lâches ces derniers temps, et j'avais besoin de les fixer constamment, et avec mes mains pleines, cela rendait les choses assez difficiles.

Je suis entrée, et l'espace n'était pas assez grand pour marcher avec des sacs, il y avait plusieurs personnes, et je m'écartais comme je pouvais, je pouvais voir que tout le monde était très bien habillé, allant d'un endroit à l'autre, et sentant ma peau froide, et au moment où je m'y attendais le moins, j'ai senti mon corps être poussé par quelqu'un, et j'ai senti mes lunettes tomber sur le sol. Au même moment, quelqu'un m'a prise dans ses bras et j'ai réalisé que j'étais pratiquement allongée sur les genoux d'un homme. Un homme que je ne connais même pas !

Comme je n'avais pas de lunettes, je ne voyais qu'une silhouette, pas vraiment d'image de son visage, mais l'odeur était bonne, il semblait très beau, et il avait des bras forts et agiles, ce qui m'a tellement déstabilisée que j'ai voulu rester là. "Est-ce que j'ai enfin trouvé un prince charmant ?". me dis-je.

Je me sentais bien dans ses bras, j'oubliais tout ce qui m'entourait, tout semblait immobile, ou au ralenti, personne ne m'avait jamais protégée comme ça, et j'aurais aimé avoir mes lunettes pour mieux le voir ! "Des lunettes ? Où sont mes lunettes ?" Je pense, et je suis tiré de ma transe par le bruit de quelque chose qui se brise près de moi.

- Bon sang ! - J'ai dit à moitié bas, plutôt à moi-même !

- Tu devrais faire plus attention et ne pas mettre tes lunettes par terre ! - me dit-il en me soulevant, et je me suis déconnecté de la transe dans laquelle j'étais entré, et l'instant d'après j'ai compris que c'était mes lunettes qui s'étaient cassées.

- Oh ! je suis désolé, monsieur ! Je suis vraiment très négligente, j'aurais dû faire plus attention, je suis désolée, vraiment ! - Je répétais, mais l'homme n'en a pas tenu compte, il m'a tendu ce qui restait des lunettes cassées, et est parti lentement, me laissant à nouveau seul, le corps endolori, et plein de sacs !

J'ai observé beaucoup de gens qui me regardaient, ils se sont tous arrêtés autour de moi, pensant probablement que j'étais folle, et à juste titre !

Mais tout allait bien ! J'ai jeté un autre coup d'œil, mais maintenant de loin il serait impossible d'identifier cet homme, il faisait déjà sombre, et je ne peux presque pas voir, et je suis très curieuse de savoir comment je vais trouver notre chambre, les numéros ressemblent à des flous, et mes bras sont déjà fatigués, et aucun signe de mon petit ami ici ! J'espère que tout se passera bien, j'ai investi tellement d'argent là-dedans...

Je suis entrée dans un grand couloir, c'était très chic, avec des détails de plantes sur les côtés, et un tapis de vin étalé sur le sol, un bel ensemble de lumières blanches avec du jaune et la porte était déverrouillée, d'après ce que j'ai regardé c'était la même, je vais arranger les choses, et je vais surprendre mon chat, j'ai apporté un pull "sexy", et il arrivera ici, et ne croira pas que c'est moi, je veux que rien ne se passe mal aujourd'hui, je me suis trop programmée pour ça, et mon avenir dépend de notre réconciliation !

Je suis nerveuse car ce sera notre première fois, en fait la mienne ! Mais j'ai un peu étudié la question et je pense que j'arriverai à lui faire plaisir, j'ai même appris quelques trucs à lui faire, ça ne peut pas mal se passer ! Mais ce ne sera pas le cas !

Continuer

Inspirés de vos vus

Chapitres
Lire maintenant
Télécharger le livre