icon 0
icon Recharger
rightIcon
icon Historique
rightIcon
icon Déconnexion
rightIcon
icon Télécharger l'appli
rightIcon
Une nuit, deux enfants

Une nuit, deux enfants

Liz Pinelis

4.9
avis
831.6K
Vues
303
Chapitres

Il y a cinq ans, la famille Powell a fait faillite. Madeline Powell a donné naissance à des jumeaux ; elle en a laissé un au père de l'enfant et a emporté l'autre. Après des années, Madeline est revenue en tant que leader d'opinon sur Internet. Cependant, quelqu'un a eu vent de son retour. L'homme l'a pincée par le menton et a ricané froidement : « Tu as posté beaucoup de vidéos sur Internet, que dirais-tu de filmer quelque chose d'épicé ensemble ? » Les yeux de Madeline se sont agrandis et sa gorge s'est asséchée. Le lendemain, elle a vu un petit garçon qui ressemblait exactement à son fils à la maison de l'homme. Madeline n'a pu s'empêcher de l'embrasser la joue dodue du garçon. Étonnamment, le garçon n'était pas heureux. Il a pris une expression solennelle et lui a demandé : « Mais qu'est-ce que tu fais ? » Madeline était furieuse. Comment cet homme avait-il pu faire de son fils aimable un mini version de lui ?

Chapitre 1 Enlèvement

« Tu as atteint ta majorité quand même ? »

Sous l'effet de la drogue, Madeline Powell a répondu avec le dernier bout de raison qui lui restait : « Bien sûr ! Je viens d'avoir mes dix-huit ans aujourd'hui ! »

« Et tu as décidé de te prostituer aussitôt que tu as atteint la majorité, hein ? Est-ce que tu es en manque d'argent ? Ou tu es juste impatiente d'avoir des rapports sexuels avec des hommes ? »

L'homme a touché son menton de ses longs doigts et l'a redressé comme s'il inspectait un bien nouvellement acquis.

Ses doigts rugueux caressaient doucement le visage de Madeline jusqu'à ce qu'il lui pince brusquement le menton pour l'obliger à le regarder dans les yeux. Ses joues ont légèrement rougi à cause de l'effet de la drogue, comme une invitation silencieuse pour l'homme. Son léger parfum s'attardait dans son nez, rendant son pénis dur et palpitant entre ses jambes.

Pourtant, les prédateurs de haut niveau étaient réputés pour être patients au lieu de précipiter les choses. Ainsi, les doigts de l'homme ont d'abord glissé sous sa robe moulante pour atteindre son vagin déjà humide. Madeline a gémi suite à son intrusion soudaine. Avant qu'elle ne puisse faire un pas en arrière, il a posé les lèvres sur les siennes, et elle a inconsciemment serré les cuisses.

« Détends-toi. » L'homme l'a laissée pour un moment.

« Dépêchez-vous... », a insisté Madeline d'un air abasourdi. La salive de l'homme scintillait encore au coin de sa bouche.

Il s'est penché et a souri.

« Tu n'es qu'une jeune fille... »

Il s'est arrêté et l'a regardée pendant un moment. Puis il a relâché son emprise sur elle et s'est reculé froidement.

« Tu ne réponds pas encore à mes exigences sur une femme. Sors d'ici. » Ces mots ont donné à l'homme un air méchant et distant.

En entendant ces mots, un frisson a parcouru l'échine de Madeline. Cependant, elle était déjà venue dans cet endroit, prête à tout risquer, alors elle n'a pas pris le rejet de l'homme comme une réponse. Se penchant en avant, elle a à nouveau flirté avec lui.

« Comment le savez-vous si vous ne m'avez même pas donné une chance ? » Madeline a retiré sa chemise blanche, ensuite son soutien-gorge en dentelle, laissant exposer son magnifique torse sous la faible lumière. Prenant le verre de vin rouge à côté d'elle, elle a versé le liquide sur son corps, la sensation de froid l'a fait frissonner. Bien qu'elle ait eu très honte, ses actions étaient honnêtes.

« Je suis entièrement mouillée. Je ne peux pas sortir comme ça. » Le vin coulait de son cou à ses clavicules, puis descendait jusqu'à la pointe de ses seins. À ce moment-là, le corps de la jeune fille semblait extrêmement sexy et attirant. Cela a rendu l'homme complètement excité.

« Hmm... J'ai froid... » Madeline s'est accrochée à lui comme un chat docile, en tordant légèrement sa taille.

« Tu l'as demandé. »

L'homme était stupéfait pendant quelques secondes, mais dès qu'il a repris ses esprits, il a tendu de nouveau sa main vers elle.

Il a saisi la jupe longue qui couvrait ses cuisses et l'a remontée jusqu'à ce que le tissu fin recouvre le visage de Madeline.

Déjà, elle n'avait pas pu bien voir le visage de l'homme, car la lampe murale était la seule chose qui éclairait la pièce. Mais à présent, tout ce qu'elle pouvait détecter était une vague silhouette d'un corps sur le sien.

Sa nudité, à elle, était entièrement exposée. La tension qui régnait dans son corps ne cachait pas sa nervosité lorsque les grandes mains de l'homme ont lentement glissé le long de ses clavicules, pour s'arrêter sur ses tétons roses.

La drogue éliminait toutes les inhibitions de Madeline. Son corps n'a pu s'empêcher de répondre aux caresses de l'homme. Tremblante de désir, elle avait hâte qu'il pénètre en elle immédiatement.

Quand l'homme a vu comment elle réagissait désespérément à son contact, ses yeux se sont durcis. Toute sa tendresse précédente venait de disparaître. Comment pourrait-il avoir de la sympathie pour une femme qui avait pris de la drogue avant de se jeter sur lui ?

Écartant sans vergogne les jambes de Madeline, l'homme n'a pas hésité et s'est enfoncé profondément en elle.

« Aïe ! Ça fait mal ! »

La main délicate de Madeline s'est pressée contre la poitrine de l'homme pour tenter de le repousser, mais elle n'avait pas assez de force pour le faire bouger.

La douleur rendait son corps extrêmement rigide, ce qui rendait l'homme encore plus violent avec elle.

Chaque fois qu'il poussait plus violemment en elle, il atteignait quelque part plus profondément. Le corps de Madeline ne pouvait s'empêcher de se mettre au même rythme que le sien. Ses sourcils fortement froncés n'ont pas provoqué la moindre pitié de la part de l'homme.

Madeline n'avait aucune idée si elle s'était juste adaptée progressivement à sa férocité ou si l'effet de la drogue avait pleinement agi, mais dès qu'elle a laissé échapper un cri de plaisir, son visage a rougi comme une pomme mûre. Rapidement, elle s'est mordu la langue, essayant d'étouffer un autre son.

L'expression de son visage n'a fait que stimuler davantage l'homme. Alors que ses mouvements devenaient plus frénétiques, il a impitoyablement embrassé ses lèvres délicates.

Le bruit de son pénis qui entrait et sortait d'elle et le claquement de la chair contre la chair faisaient grimper la température de toute la chambre.

Le lendemain matin, Madeline s'est réveillée et s'est retrouvée toute seule dans la chambre. Des vêtements et des mouchoirs étaient éparpillés sur le sol, ce qui indiquait à quel point le sexe avait été féroce la nuit dernière.

Chaque fois que Madeline bougeait, elle avait l'impression que son corps était déchiré. Après avoir lutté pour sortir du lit, elle a ramassé ses vêtements et les a enfilés.

Dès qu'elle a vu la notification de transfert d'argent sur son téléphone, elle a immédiatement couru à l'hôpital municipal.

Tant qu'elle avait l'argent, sa mère pouvait se faire soigner.

Rien d'autre n'avait plus d'importance pour elle, pas même sa propre virginité.

Après avoir payé les frais médicaux, Madeline a tenu la main de sa mère une dernière fois avant que les infirmières ne l'envoient dans la salle d'opération.

Madeline a attendu quatre heures jusqu'à ce que le médecin sorte et lui dise que l'état de sa mère était stable pour le moment. En entendant cela, elle s'est appuyée contre le mur et a poussé un soupir de soulagement.

Elle ne savait pas que les répercussions de la nuit précédente étaient loin d'être terminées.

Quelques semaines plus tard, Madeline a découvert qu'elle était enceinte.

Elle n'avait couché avec qu'un type, l'homme de cette nuit-là, elle était sûrement enceinte de lui.

Heureusement, tout ce qu'elle avait à faire pendant les prochains mois était de prendre soin d'elle-même.

La personne qui l'avait embauchée était très généreuse. Elle recevait de l'argent chaque mois, ce qui suffisait à couvrir les frais de soins de santé de sa mère.

Au fil du temps, son ventre a commencé à grossir, et l'état de sa mère est resté stable.

Alors que Madeline commençait à penser qu'elle allait enfin pouvoir mener une vie paisible, elle a reçu un avis de l'hôpital indiquant que l'état de sa mère s'était aggravé.

À ce moment-là, elle était enceinte de huit mois. Bien qu'elle se soit précipitée à l'hôpital, elle n'a pas pu voir sa mère pour la dernière fois avant sa mort.

Elle a été prise dans un tourbillon d'émotions, ce qui l'a amenée à accoucher prématurément.

« Qu'est-ce que vous faites ? Attendez une minute ! Laissez-moi voir mon bébé ! »

Avant que Madeline ne puisse se remettre du chagrin de la perte de sa mère, un groupe de personnes a fait irruption et a emporté son enfant.

Elle n'a même pas eu la moindre chance de toucher le bébé.

« Oh ! Il y en a encore un autre qui arrive ! »

Madeline était encore dans un état second quand elle a entendu les mots de l'infirmière.

Avec le peu de force qui lui restait, Madeline a ouvert les yeux sous l'effet de la panique en voyant l'infirmière tenir un autre bébé couvert de sang.

« S'il vous plaît... »

Elle a tendu ses mains tremblantes vers l'infirmière et l'a empêchée de partir avec le nouveau-né.

« Laissez-moi voir le bébé. »

Le cœur de l'infirmière s'est adouci lorsqu'elle a vu les larmes couler sur le visage épuisé de Madeline. Après avoir enveloppé le bébé dans une couverture, elle l'a remis à la pauvre mère.

Pendant que l'infirmière sortait, Madeline s'est efforcée de descendre du lit tout en titubant hors de l'hôpital avec le bébé dans ses bras. Elle ne s'est pas souciée du fait qu'elle était trop fatiguée d'avoir donné naissance aux jumeaux.

Ce bébé était la dernière famille qu'il lui restait.

Elle ne pouvait pas laisser ces gens lui enlever aussi ce bébé.

Ils ne poseraient pas la main sur son bébé. Pas question !

Une heure plus tard, lorsque ces gens ont appris qu'il y avait un deuxième bébé, ils sont retournés à l'hôpital. Les draps étaient toujours en désordre, cependant, il n'y avait aucun signe de Madeline.

Continuer

Inspirés de vos vus

Chapitres
Lire maintenant
Télécharger le livre