back
Télécharger l'appli
icon 0
icon Recharger
rightIcon
icon un livre d'histoire
rightIcon
icon Déconnexion
rightIcon
icon Télécharger l'appli
rightIcon
Tariq( bonne version)

Tariq( bonne version)

Hibra

5.0
avis
57
Vues
5
Chapitres

C'est l'histoire d'un jeune garçon nommé Tariq et de son entourage rempli de surprise et de risque élevé

Chapitre 1
1

Tok-Tok ! debout Monsieur

-Ouais c'est fait !

C'était le majordome. Vous imaginez directement que j'ai une vie de rêve ! c'est le cas d'une part ; mais faisons un petit saut dans le passé :

Ma mère s'appelle Haliya , sa mère est comorienne et son père marocain , donc elle est métissée . Mon père s'appelle Nawab il est Haïtien . Ils m'ont eu à leur adolescence ce fut un moment difficile pour eux . Ma mère qui est musulmane, elle a été virée de chez car elle a forniquée et mon père lui vivait déjà seul , une double charge sur lui c'était pas facile . Après des mois de calvaires je suis arrivé moi Tariq . Mon arrivée a bouleversé leur vie , bienvenue dans la pauvreté, rejeté par les parents de Nawab et tout ce qui va avec . Ils ont vécu dans une maison abandonnée située entre la ville et la campagne faute de plus pouvoir payer la location. Mon père désespéré était tout le temps assis sur le vieux canapé du soit disant Salon qu'on avait . Les yeux fixés sur l'écran noir de la veille télé . Haliya allait chaque jours en ville pour essayer de trouver du travail , mais un jour dans une épicerie , pour acheter du pain avec l'argent ramasser dans la rue elle croise un monsieur qui respire la bourgeoisie à vue d'œil ; Un costume trois pièces , des souliers en cuire , une montre dont il faut pas demander le prix . Le monsieur en question était devant, la vitrine des produits laitiers, il se retourna sa tête pour voir qui était à côté de lui, il fixa ma mère et lui demanda :

- Monsieur : Madame ! vous allez bien ? (D'une voix grave )

Étonnée elle répond

- Haliya :Oui ça va !

- Monsieur : Ça n'a pas l'air d'aller , c'est évident vous n'allez pas bien dans votre peau.

D'un regard froid elle le regarde puis s'est retournée , partie sans Rien dire. Le monsieur

demande à l'épicier :

- Monsieur : Vous la connaissez ?

- Épicier : Oui c'est juste une femme pauvre qui se pavane dans le coin chaque jours.

- Monsieur : Ah! ( Suivie d'un léger sourire ) Elle habite où ?

- Épicier : Dans une maison abandonnée vers la sortie de la ville

- Monsieur : Uhum

Il prit ce qu'il a acheté et s'en va dans sa voiture, une Audi de couleur verte pétrole , avec des calandres de qui reflète la valeur de la caisse, et la carrosserie vaut mieux ne rien dire une coupe récente. Bref, Haliya sur son chemin était inquiète sur la façon dont l'homme la regardais . Mais étant donné qu'elle m'avait laissé à la maison avec mon père elle s'inquiétait pour nous vue l'état de la maison surtout pour moi ! elle doit vite rentrer

*QUELQUES JOURS APRÈS

En sortant de la maison pour se rendre en ville , une voiture était garée à quelques mètres de la maison comme si elle était en panne, le capot ouvert . Haliya avec ses problèmes de vision suppose que c'est juste une panne sûrement le propriétaire attend le mécanicien, et commence son trajet quotidien ; à quelques pas de la voiture , le monsieur de l'autre jour à l'épicerie sort de l'arrière de la voiture et la regarde sans parler. Haliya effrayée sursaute ! et entame la conversation :

- Haliya : Vous ? vous m'avez suivie n'est-ce pas ?

- Monsieur : Non disons plutôt je vous ai trouvé.

- Haliya : Et comment ?

- Monsieur : Disons que j'ai les yeux partout.

- Haliya : (d'un air perplexe lui demande). et pourquoi me chercher avec vos yeux ( en faisant un geste de guillemet avec les doigts)

-Monsieur : L'autre fois à l'épicerie j'vous ai vu et je n'ai pas supporté voir une femme souffrir surtout avec pour charge un enfant à peine conscient de la vie réelle et un mari ... excuses moi un copain désespéré.

-Haliya :(Étonné ) comment vous savez tout cela monsieur ? Et comment vous vous appelez ?

- Monsieur : Mon nom n'est pas important ! Et comment je le sais aussi ! bref j'suis venu vous proposer un travail

- Haliya : Un travail ? Non merci ( Ce genre d'homme vaut mieux se méfier)

-Monsieur : Réfléchissez bien Haliya ! ne soyez pas surprise du fait que je connaisse votre nom ! vous pouvez payer les études de votre mari pour qu'il puisse les finirent et toi prendre bien soin de ton enfant aussi quitter cette baraque à deux sous.

- Haliya :....

- Monsieur : prennez ce numéro appelez-moi , vous avez deux jours pour réfléchir.

Après avoir remis la carte à Haliya il referme son capot , entre dans sa voiture, démarre et part sans rien dire de plus juste un regard à travers la vitre .

Haliya est restée figée , un bon moment perdue dans ses pensées, et annule cette journée vue qu'elle commence avec des suspenses . Elle retourne à la demeure en s'approchant , elle regarde la pelouse dégradée, les marches qui grincent à chaque pas, les fenêtres sans vitre juste du carton pour empêcher l'air d'entrée , Et tout ce qui rime avec . Elle ouvre la porte se rend au salon pour expliquer à Nawab ce qui s'est passé mais trouve qu'il n'est pas là il est peut-être allé se promener avec le bébé pour une fois qu'il s'est décollé du canapé.

Elle est restée sur la table à manger , les yeux sur le numéro du monsieur. Soudain apparu Nawab :

- Nawab : Coucou Chérie ! tu ne sors plus ?

- Haliya : Euhh .....( Le regard qui se balade dans la pièce ) J'suis un peu fatiguée tu sais la maladie du mois .

- Nawab : Ahh d'accord je vois ! vas te reposer je vais gérer la maison aujourd'hui

- Haliya : okay merci.

*DEUX JOURS PLUS TARD

Nawab avait constaté que sa femme était tout le temps entrain de réfléchir, perdue dans les pensées. Mais lorsqu'il la questionnait elle ne lui disait rien et defois juste prétexté que s'est juste à cause du cycle de la femme il faut juste croire pour pas entrer dans des détails compliqués de la femme.

Après réflexion Haliya a décidé de l'appeler.

Conversion téléphonique

- Haliya : Allô !

- Monsieur : Vous Avez réfléchit ?

- Haliya : Je vais bien et vous?

- Monsieur : (Un rire léger) J'aime bien

- Haliya : c'est quoi le travail expliquez

- Monsieur : vous acceptez alors ! Bien une Voiture viendra chez vous vous prendre .

- Haliya : Non pas chez moi (air apeurée) plutôt à l'épicerie de l'autre jour .

-Monsieur : Okay une voiture vous attendra devant.

- Haliya : Compris

Il a raccroché subitement. Quelle sale habitude. Elle est sortie de la maison stressée en se demandant ce qu'il allait lui proposer comme boulot . Nawab apparu soudainement.

- Nawab : Tu pars où ?

- Haliya : Euhh à l'épicerie comme d'hab

- Nawab :...... (Il la toise) Okay.

Elle s'est précipitée , elle longe le long de la route jusqu'au lieux du rendez vous. À peine arrivée , elle remarque une voiture tout ce qu'il y'a de normal une Tesla bleue nuit. En se rapprochant de l'épicerie, un homme était placé devant et l'interpelle:

- Inconnu : Haliya?

- Haliya : Oui c'est moi (avec une confiance en soi)

Il se rend à la Tesla et lui ouvre la porte ; Haliya entre et referme la portière.

QUELQUES SECONDES

Le bruit de la portière qui se ferme met Haliya dans un état d'angoisse ; l'homme contourne la voiture et entre à son tour et entame une discussion qui est ordinaire pour lui :

- L'homme : Vous vous doutez déjà que rien n'est légal !

- Haliya: Je m'en doutais déjà vue comment vous vous déplacez avec vigilance et certitude c'est une évidence .

-L'homme : Ah intéressant ! t'es observatrice . Bref ton boulot consiste à vendre ces comprimés et chaque semaine tu devras veiller à la sécurité d'un camion qu'on vas garé à la sortie de la ville non loin de ta casa .

Elle coupe brusquement en le questionnant

- Haliya : stop stop et le prix ? cette

histoire de comprimé et camion si j'me fait serrée ça serait pas des vacances sur une île.

- L'homme : Ne t'inquiète pas dans quelques temps tu pourras t'offrir un chalet .

Heureuse de ce que le l'homme a dit elle accepte le boulot directement elle reçoit la première livraison des ces comprimés qu'elle doit écoulée et versée la recette chez l'homme . Au faite il s'appelle Ruslan un grand au teint afro-américain. Ces comprimés sont des drogues très forte dès que tu y goûte tu peux plus t'en passer . Tout les consommateurs sont déjà au courant qu'il y a un nouveau site de dépôt comme il les appelles.

Nawab n'est au courant de rien , elle faisait son travail sous coulisse sans attirer l'attention. Haliya proposa a son mari de recommencer ces études d'architecture et qu'elle vas payer la pension vue qu'elle a eu du boulot en ville . Heureux de cette nouvelle , il accepte sans se poser des questions mais après quelques temps elle raconte tout à Nawab , elle s'attendait plus tôt à une longue discussion mais surprise il n'a pas fait de scandale. La famille change , quitter une maison abandonnée pour un duplex à deux, du piéton à la voiture familiale et tout ceci en une année et ainsi de suite des années plus tard Nawab à trouver du travail dans une entreprise locale et Haliya effectuer transaction après transaction jusqu'à se faire un nom : la pharmacienne . Les clients n'étaient pas seulement les gars du macadam il y avait aussi des les personnes influentes

de la région et des adeptes de stupéfiant .

Les affaires marchaient bien le bourge était fière d'elle et Ruslan craignais sa place. Bref c'est comme sa que j'ai suivi maman entrain de raconter à sa meilleure amie Elva. je savais pas tout ceci mais comme tout le monde on fini toujours par avoir envie de parler du passé avec quelqu'un c'est ainsi j'ai commencé à m'intéresser à ces activités .

Télécharger le livre