Login to Kifflire
icon 0
icon Recharger
rightIcon
icon Historique
rightIcon
icon Déconnexion
rightIcon
icon Télécharger l'appli
rightIcon
TORRID GARDE DU CORPS !

TORRID GARDE DU CORPS !

nesslodd

5.0
avis
19.6K
Vues
46
Chapitres

Après une mission risquée où il a échappé de justesse à la mort, Lennon décide de se retirer du terrain. Maintenant, il se consacre à gérer l'entreprise familiale qui forme les meilleurs gardes du corps du pays. Mais quand son père lui demande d'assurer la protection d'une dernière cliente, il accepte à contrecoeur, pour le bien de l'agence. Il ne se doute pas que sa rencontre avec Dovie va complètement changer sa vie. Dovie, une brillante étudiante au MIT passionnée d'astronomie, est la cible d'un corbeau dont les menaces deviennent de plus en plus violentes chaque jour. Malgré sa détermination à ne pas se laisser intimider, sa vie normale est perturbée lorsque ses parents lui imposent la présence constante d'un homme bougon et imposant à ses côtés. Obligés de cohabiter, Dovie et Lennon vont devoir s'adapter l'un à l'autre... et surtout, faire face à l'attraction indéniable qui grandit entre eux, remettant en question leurs choix de vie. Face aux obstacles qui se dressent devant eux, jusqu'où seront-ils prêts à renoncer par amour ?

Chapitre 1 Chapitre 1

Lennon

Cape Cod, vingt-six ans plus tard

Un dossier sous le bras, je toque aux portes des chambres du dortoir tout en déclarant d'une voix forte:

- Je veux voir tout le monde réuni au milieu du stand de tir dans cinq minutes.

Aussitôt, j'entends des mouvements précipités d'un bout à l'autre de l'étage, ce qui me fait sourire. Je poursuis mon chemin, atteins un escalier et descends d'un niveau. Des bruits de combat me parviennent à mesure que je m'approche de l'une des salles d'entraînement. Lorsque je pénètre à l'intérieur, j'y trouve sans surprise une vingtaine de bodyguards en plein effort. Certains cognent dans des sacs de frappe quand d'autres répétent leurs prises de désarmement.

Au loin, je repère Sawyer, en train de donner ses instructions. Il me remarque, et je n'ai besoin

que d'un signe de tête pour lui faire comprendre que nous sommes attendus.

- Très bien, les gars, on fait une pause, annonce-t-il avant de traverser la salle d'entraînement et

de m'emboiter le pas.

Nous quittons le bâtiment pour rejoindre le stand de tir extérieur, au milieu duquel nous attend déjà Cruz. Nous le saluons, puis nous nous plaçons tous les trois côte à côte tandis qu'arrivent, au pas de course, plusieurs jeunes hommes et femmes qui se placent devant nous en rang presque militaire.

J'attends que le silence s'installe avant de commencer :

- Bienvenue à l'institut Westwood, le plus sélectif des centres de formation aux métiers de la

sécurité rapprochée. Ici est entraînée l'élite, la crème des bodyguards de ce pays.

Je me tourne vers Cruz, qui enchaîne :

- Autant vous le dire tout de suite, les mois qui vous attendent n'auront rien d'idyllique. Vous allez être testés, poussés dans vos retranchements, et même quand vous serez épuisés, il faudra continuer.

Le but de cette formation est de vous préparer au pire.

- Tant que vous serez entre ces murs, vous aurez le droit de vous tromper ou d'échouer, poursuit Sawyer, mais une fois votre diplôme obtenu, la moindre erreur vous sera interdite. Les clients qui font appel à nos services sont des célébrités, des hommes d'affaires puissants, des politiciens, des membres de familles royales, ou tout simplement des anonymes qui se trouvent dans une situation critique. Aussi, lorsque vous serez sur le terrain, il faudra assurer, en toutes circonstances.

- Être bodyguard, je reprends, c'est protéger nos clients coûte que coûte. Nos corps leur servent littéralement de bouclier, ce qui signifie qu'en cas d'attaque c'est nous qui sommes en première ligne.

C'est pour cela qu'à la fin des douze mois de formation qui vous attendent, nous ne choisirons que les meilleurs d'entre vous pour rejoindre l'agence Westwood et intégrer notre équipe de bodyguards en service.

Je laisse passer quelques secondes, afin que les nouvelles recrues intègrent bien ces informations, avant d'ajouter :

- Je comprendrais parfaitement que certains prennent peur ou se rendent compte qu'ils se sont engagés dans la mauvaise voie, et c'est pour cela que nous allons vous laisser la possibilité de vous

- Réfléchissez bien, dit Sawyer. Êtes-vous prêts à donner votre vie pour vos futurs clients ? Si ce n'est pas le cas, mieux vaut pour vous que vous nous quittiez maintenant.

Personne ne bouge. Mon regard scrute chaque visage pour y déceler la moindre étincelle de doute ou d'appréhension, mais il semblerait que ces petits nouveaux soient vraiment motivés... Malgré tout, je sais qu'au moins un abandon sera à prévoir après les premiers tests d'aptitude. Jamais cette étape n'a eu lieu sans pertes.

- Bien, fais-je en ouvrant mon dossier. Vous allez commencer par remplir ces documents et les signer, puis votre formation débutera sur-le-champ avec un premier test ici même, sur le stand de tir.

Je vous présente Jessie, votre instructrice spécialisée en armes à feu.

La jeune femme, qui attend près des cibles, lève un bras. Avant que nous ne lui laissions la main,

Cruz intervient de nouveau :

- Et maintenant, voyons si vous avez retenu la devise de l'agence Westwood. Prêts ?

Instinctivement, les épaules des potentielles recrues se carrent, les visages deviennent plus

sérieux. Dans un bel ensemble, ils entonnent :

- Protéger et défendre, quoi qu'il en coûte.

Protéger et défendre... Voilà l'essence même de notre métier. En effet, être bodyguard, ce n'est pas seulement se placer devant un client pour lui servir de bouclier, c'est aussi attaquer en premier, prendre de court les assaillants potentiels pour les maîtriser au plus vite.

Je distribue les documents au groupe, qui se disperse pour les remplir. Le visage dur et les mains croisées dans le dos, Jessie attend ses nouveaux élèves de pied ferme. Elle a beau être petite et menue, elle en impose, et c'est tant mieux : la majorité de nos recrues s'apprête à tenir une arme à feu pour la toute première fois, alors il vaut mieux qu'ils soient encadrés par quelqu'un de directif.

- On était vraiment obligés de venir tous les trois pour faire ce petit speech ?

Je reporte mon attention sur Cruz et lui rappelle :

- On accueille les nouvelles promotions tous ensemble depuis des années. Ça en impose plus et

ça donne tout de suite le ton.

- Je sais, répond mon frère en étouffant un bâillement, mais j'aurais bien aimé me reposer un peu aujourd'hui avant d'entamer ma prochaine mission. Tu sais, à Los Angeles, auprès de la femme de l'émir et ses enfants.

- Qui as-tu pris en back-up ?

- Erika et Paolo.

- Bon choix, je commente, approbateur.

Cela fait sourire Cruz. Narquois, il réplique :

- Je fais toujours le bon choix.

Sawyer et moi ricanons. J'enchaîne en demandant à mon autre frère :

- Et pour toi, Sawyer, quel est le programme du jour ?

- Je vais retourner superviser l'entraînement des équipes en service, avant de faire venir les

petits nouveaux pour voir ce qu'ils ont dans le ventre.

Nous nous taisons un instant pour les examiner alors qu'ils s'alignent sur le stand de tir.

- Cinquante dollars qu'il y en a deux qui quittent le navire avant la fin de la journée, je lance.

- Tenu, répond Cruz.

- Moi, je parie qu'il n'y aura qu'un abandon, intervient Sawyer.

- Et moi, je mise sur trois, s'écrie une voix derrière nous.

Jaxon, l'un des meilleurs bodyguards de l'institut, nous rejoint à petites foulées, un sourire aux

lèvres.

- Dans mes bras, bande de salopards, éructe-t-il en fonçant sur nous.

Je le repousse immédiatement en levant les yeux au ciel.

- On t'a vu hier, je lâche. Tu n'as pas eu le temps de nous manquer.

- Mais vous, vous m'avez manqué, mes petites biches.

- Comment ça se fait que tu sois déjà levé ? demande Cruz. T'étais pas censé émerger à midi,

comme presque tous les jours ?

- Figure-toi que je ne me suis pas encore couché, répond Jax, goguenard. J'ai fait la fermeture du

nouveau club qui a ouvert en ville et j'étais très bien accompagné, si tu vois ce que je veux dire.

- Effectivement, on voit tous parfaitement... soupire Sawyer.

- Bon, enchaîne Cruz, j'adorerais écouter l'histoire trépidante que Jaxon s'apprête à nous

raconter..

- Non, c'est faux, je rectifie.

- Exact, je n'en ai absolument rien à faire, m'approuve-t-il. En revanche, j'ai une équipe à briefer avant mon départ pour Los Angeles demain, alors bonne journée, les gars.

Cruz gratifie Jaxon d'un coup de poing à l'épaule puis s'éloigne d'un pas sûr. Sawyer l'imite en nous informant:

- Je dois vous quitter aussi, mes gars vont se refroidir si je ne les rejoins pas bientôt.

Laissés seuls, Jaxon et moi nous dévisageons un instant avant qu'il n'écarte les bras, l'œil pétillant.

- Maintenant qu'ils sont partis, je vais avoir droit à mon câlin ? me lance-t-il.

Son sourire narquois me fait secouer la tête. Je considère Jaxon Perry comme mon meilleur ami, et même beaucoup plus que cela : il fait partie intégrante de ma famille. Il est mon frère, au même titre que Cruz et Sawyer, et je sais que ces derniers ressentent la même chose à son égard. Nous ne partageons peut-être pas le même ADN ni le même nom, mais ce qui nous lie transcende tout cela.

Je le bouscule alors qu'il s'approche de moi, ce qui le fait rire, puis il m'emboîte le pas tandis que je traverse la grande pelouse en direction du bâtiment principal de l'institut. En forme de U, il s'élève sur trois niveaux. Le rez-de-chaussée renferme les pièces de vie communes, le réfectoire ainsi que, dans l'aile est, les bureaux de l'administration de l'agence Westwood. Au premier étage, on trouve les dojos, l'armurerie ainsi que les salles de fitness et de musculation. Quant au dernier étage, il abrite le dortoir.

La formation de bodyguard dure douze mois, et nous attendons un investissement total de la part de nos élèves. C'est pour cela que nous avons créé un internat pour les accueillir. Nous les libérons de toute obligation seulement deux week-ends par mois, pour qu'ils puissent passer du temps avec leurs proches.

Au cours de l'année, les recrues sont testées et évaluées dans quatre domaines différents : la forme physique, les techniques de combat, le maniement des armes et la conduite de tous types de véhicules. Au terme de la période d'apprentissage, nous étudions attentivement les notes et les appréciations laissées par les instructeurs sur chaque postulant pour sélectionner ceux qui seront admis à rejoindre l'agence Westwood. Tous les ans, plus d'une centaine de candidats intègrent l'institut, mais à la fin, seuls quelques-uns sont retenus pour faire partie de notre équipe de bodyguards. Deux, trois, cinq, dix, peu importe : nous n'avons pas de quota à respecter. Ce qui compte à nos yeux, ce n'est pas la quantité, mais les qualités des hommes et des femmes que nous choisissons, et pour cause : nous voulons les meilleurs, capables de faire face à tous les dangers et de protéger coûte que coûte la vie de nos clients.

Ce n'est pas à la portée de tout le monde.

Jax et moi nous dirigeons vers l'ascenseur, dans lequel nous grimpons tous les deux.

- Est-ce que tu es sur une mission particulière aujourd'hui ? je lui demande alors que les portes de la cabine se referment.

- Tu le sais mieux que moi, non ? répond-il. C'est toi qui es chargé du planning.

- D'où ma question. Tu es censé être en repos aujourd'hui, et comme tu viens d'avouer avoir fait une nuit blanche, il serait peut-être temps que tu ailles dormir.

Jaxon croise les bras sur son torse imposant en souriant.

- Je monte justement faire un somme dans les dortoirs, affirme-t-il. Ensuite, je comptais passer un peu de temps au parc automobile.

Je m'esclaffe. L'agence dispose de nombreux véhicules pouvant être utilisés dans le cadre des missions qui nous sont confiées. Ils sont tous équipés de carrosseries et de vitres blindées ainsi que d'armes disséminées un peu partout dans l'habitacle afin de nous permettre de faire face à n'importe quelle situation.

Jax, féru de bolides, traîne souvent au parc. Il donne même un coup de main à nos mécanos de temps en temps.

Le ping de l'ascenseur retentit. Alors que je m'apprête à quitter la cabine, mon téléphone sonne

dans ma poche.

- Mon père m'attend dans son bureau, j'annonce après avoir lu le message que je viens de recevoir. Je dois redescendre.

- On boit un verre ensemble ce soir ? me propose Jaxon.

- Pour risquer de me retrouver à nouveau à tenir la chandelle dans l'un de tes rencards

improvisés avec une fille que tu ne connais que vaguement ? Sans façon !

- Ce n'est arrivé qu'une fois, Lennon, tu pourrais passer à autre chose, s'il te plaît ?

- Passer à autre chose ? dis-je en retenant les portes de l'ascenseur à l'aide de mon pied. Alors que tu m'as collé Emily la psychopathe dans les pattes ? Mec, il arrive qu'elle m'envoie encore des messages... plus de six mois après ce plan foireux.

Jaxon tente de garder son sérieux, mais il échoue lamentablement. Je finis par rire avec lui tout en lui faisant un doigt d'honneur.

Bientôt, je sors à nouveau de l'institut. Plusieurs détonations résonnent du côté du champ de tir lorsque je traverse la pelouse. Tout en poursuivant mon chemin, j'observe les nouvelles recrues.

Casques anti-bruit sur les oreilles et arme à la main, ils tentent tant bien que mal d'atteindre les cibles sous le regard sévère de Jessie.

Ils n'en mènent pas large.

Un petit sourire aux lèvres, je rejoins l'aile est, dont je déverrouille l'entrée grâce à mon pass d'accès. Une fois devant le bureau de mon père, je toque à la porte puis pénètre à l'intérieur.

Confortablement installé sur sa chaise, Oscar Westwood est concentré sur l'étude d'un dossier.

Dès qu'il m'aperçoit, il se lève et vient à ma rencontre, tout sourire. Comme chaque fois que son regard croise le mien ou celui de n'importe lequel de ses enfants, une lueur d'amour s'allume immédiatement dans ses prunelles. Il tapote doucement ma joue en guise de « bonjour » avant de m'inciter à m'installer en face de lui. Je souris en détaillant le mur du fond, sur lequel figurent une multitude de photos encadrées de Cruz, Sawyer et moi, ainsi que de notre petite sœur, Billie. Les sourires d'enfants édentés que nous arborons m'amuseront toujours...

Mon père capte mon regard, et il pivote pour observer les clichés lui aussi.

- C'était une merveilleuse période, commente-t-il. Je me rappelle encore comment Cruz, Sawyer et toi affirmiez à qui voulait bien l'entendre que vous n'étiez pas des frères, mais des triplés.

- Les triplés, je le corrige.

- C'est vrai, s'esclaffe-t-il. Les gens ne vous croyaient pas toujours, parce que vous n'êtes pas tout à fait identiques, mais il leur suffisait de vous observer quelques instants pour voir à quel point vous étiez liés. À quel point vous ne faisiez qu'un.

Je me cale contre le dossier de ma chaise en souriant. Certains pensent que leurs parents radotent lorsqu'ils se mettent à évoquer des souvenirs d'enfance. Moi, j'adore entendre ces histoires.

- Votre mère et moi sommes extrêmement fiers de voir que, vingt ans plus tard, vous êtes toujours aussi unis, poursuit mon père. Que vous êtes restés les triplés.

- On le sera toujours.

Nous nous regardons un instant avant de nous reprendre et d'afficher à nouveau un air professionnel.

- En quoi puis-je t'aider, papa ? je demande.

- Nous avons une nouvelle cliente.

- Je t'écoute, dis-je en attrapant une tablette sur le bureau de mon père, prêt à prendre des

notes.

- Dovie Bennett, une étudiante de vingt et un ans, a reçu plusieurs lettres anonymes au cours de ces derniers mois. Des lettres de menace, évidemment.

- Qu'est-ce qu'elles disent ?

- Toutes pareil, à peu de chose près.

Mon père en sort une du dossier devant lui et me la tend. Je la déplie pour en découvrir le contenu:

CESSE TES RECHERCHES OU TU LE PAIERAS.

Loin d'être déstabilisé, je rends le morceau de papier à mon père. Des lettres de menace, j'en vois passer beaucoup dans mon métier : c'est le moyen de pression le plus utilisé contre nos clients, l'une des raisons principales pour lesquelles ils font appel à nos services.

- Des empreintes ont-elles pu être relevées ? je demande.

- Aucune.

- Est-ce qu'on a une idée de ce que signifie cette mise en garde ? De quelles recherches est-il question ?

Mon père se cale contre le dossier de sa chaise et croise les mains devant lui avant de m'indiquer :

- Dovie étudie au MIT, l'une des meilleures universités au monde pour les sciences et la technologie. Elle est l'une des plus jeunes étudiantes à y avoir jamais été admise, et elle travaille maintenant sur une thèse, qu'elle doit soutenir à la fin de l'année. Son travail serait susceptible de révolutionner le domaine de la recherche en astrophysique. Ne me demande pas d'entrer dans les détails, je n'en sais pas plus. Toujours est-il qu'il y a quelques mois, elle a reçu une première lettre de menace, avant que d'autres ne suivent. Quelqu'un semble avoir entrepris de tout faire pour la déstabiliser.

Je prends rapidement des notes tout en assimilant les informations.

- Qui est au courant de la situation ? je m'enquiers.

- De ce que j'en sais, ses parents ainsi que la doyenne de l'université.

- Est-ce que des mesures ont déjà été prises ? A-t-on assigné quelqu'un à sa surveillance au moins de façon temporaire ?

- Il a été décidé d'éloigner Dovie du campus, m'indique mon père. Elle a été transférée dans une maison de banlieue la semaine dernière. Un chauffeur se charge de la déposer chaque matin à l'université et de la ramener chaque soir, mais il est temps qu'une équipe soit dédiée à sa protection.

- Très bien. Combien de temps devrait durer la mission ?

- Trois mois, jusqu'à ce que l'année universitaire se termine et que le maître chanteur soit mis, je l'espère, hors d'état de nuire. D'ici là, il faudra à notre cliente un bodyguard sept jours sur sept, vingt-quatre heures sur vingt-quatre.

Je hausse les sourcils et lâche :

- Ah, quand même. C'est un lourd dispositif pour quelques lettres anonymes, tu ne trouves pas ?

Si encore cette jeune femme avait subi une agression, je pourrais comprendre, mais là...

- Le problème, c'est que Dovie évolue dans un environnement très peuplé. Le MIT compte près de dix mille étudiants. Si on ne met pas en place une surveillance constante, celui ou celle qui lui en veut pourrait agir à tout moment.

- Ça signifie que le bodyguard principal devra vivre avec la cliente, n'est-ce pas ?

- C'est exact. Nous sommes en relation avec la doyenne depuis deux semaines déjà, et nous en sommes venus à la conclusion que celui qui assurera la protection de Dovie devra le faire sous couverture.

- Tu veux dire qu'il se fera passer pour un étudiant ?

Mon père hoche la tête, amusé. Pour ma part, je ricane :

- Eh bien, voilà qui serait inédit.

J'imagine déjà confier cette mission à Jaxon simplement pour l'emmerder, mais en faisant défiler son planning, je comprends qu'il ne pourra pas se libérer pour une aussi longue période. Je continue donc à réfléchir à voix haute:

- Il faut quelqu'un d'assez expérimenté pour donner le change durant plusieurs mois, et qui soit prêt à s'engager dans une mission de longue durée... Je te propose Eleanor comme bodyguard principal, avec Diego et Jaxon en back-up pour venir effectuer la sécurisation du domicile ainsi que les vérifications hebdomadaires... Qu'en dis-tu?

La moue sceptique que mon père arbore à cet instant me surprend. Il ne remet généralement jamais mes choix en cause.

- Quelque chose cloche ? je demande.

- Disons que j'avais déjà formé ma propre équipe dans ma tête. Eleanor est très douée, mais les missions sous couverture ne sont pas son point fort. Je pense que quelqu'un d'autre ferait bien mieux l'affaire pour celle-ci.

- Qui ça ?

- Toi !

Mes sourcils se haussent de surprise.

- Moi ?

- Toi !

Je soupire.

- Papa, on en a déjà parlé. Les missions de protection rapprochée commencent à me lasser, je préfère passer plus de temps à l'institut. Depuis que tu as accepté de m'affecter à l'organisation,

j'apprécie de plus en plus de gérer les plannings, d'accueillir les recrues et de m'assurer que tout fonctionne parfaitement.

- Et tu fais du très bon travail, vraiment, réplique mon père, mais tu es aussi un excellent bodyguard, Lennon. Tu sais comme moi que nous avons plus de demandes que d'effectifs disponibles.

Sur nos quatre-vingt-douze gardes du corps en service, quarante-cinq sont sous contrat annuel.

- En mission longue durée pour les clients VIP, je sais.

- Tu sais aussi, puisque tu gères le planning, que la plupart des quarante-sept autres bodyguards ont déjà pris des engagements pour les six prochains mois - sauf Diego, Solange et Mara, que je me garde sous le coude pour les interventions sensibles, comme d'habitude. Je ne peux pas me permettre de conserver l'un de mes meilleurs éléments ici dans ces circonstances. Surtout que les missions d'infiltration sont l'une de tes spécialités. Je croyais que tu les aimais bien, en plus ?

- Quand elles sont excitantes, mais pas pour jouer l'étudiant.

Je soupire de nouveau et me cale contre le dossier de ma chaise tandis que mon père insiste :

- Écoute, si je te préviens à la dernière minute, c'est parce que j'ai d'abord cherché une solution qui ne nécessiterait pas de t'impliquer. Je me suis même tourné vers tes frères, mais Jaxon a déjà sept missions différentes prévues sur les trois prochains mois, Cruz aussi a un planning plein à craquer et je ne peux pas demander à Sawyer parce que... eh bien, tu sais pourquoi. Ce qui fait qu'il ne me reste plus que toi. Tu sais quoi ? Passons un marché. Tu t'engages dans cette mission, et de mon côté, je fais de mon mieux pour te trouver une relève, même s'il faudra la jouer fine pour gérer ton remplacement sous couverture. Ça te convient ? Tu veux bien faire ça pour moi, mon grand ?

Je secoue la tête, amusé. Mon père sait comment faire craquer ses enfants... Et puis, au-delà de notre lien familial, il reste le big boss, je me dois de lui obéir. L'agence, l'institut, c'est son idée, sa création. Lui-même ancien bodyguard, il a décidé de raccrocher et de former les futures générations il y a vingt-cinq ans déjà. Nous tous, dans l'équipe qu'il a constituée, avons une confiance aveugle en son jugement. Alors, s'il estime que je suis le mieux placé pour accomplir cette nouvelle mission, je le ferai.

- Quand est-ce que je commence ?

Mon père me sourit en guise de remerciement avant de me demander :

- Peux-tu te rendre au domicile de la cliente dans deux jours au plus tard ? Je sais que ça ne te laisse pas beaucoup de temps pour tout préparer, mais...

- J'ai déjà dû gérer des délais bien plus serrés, pour des missions plus périlleuses que celle-là.

Ce ne sont pas quelques lettres anonymes et des étudiants sur un campus qui vont me donner du fil à retordre. Ne t'inquiète pas, je vais m'en sortir.

- En ce qui concerne le reste de l'équipe, je te propose qu'Eleanor et Jaxon soient tes back-up, déclare mon père lorsqu'il me voit me lever.

Je me fige.

- Travailler avec Eleanor ne te posera pas de problème, n'est-ce pas ? ajoute-t-il en me dévisageant.

- Aucun, je réponds.

- Parfait. Dans ce cas, je te fais parvenir le contrat au plus vite. Je pense que tu seras satisfait du salaire que je t'ai négocié.

- Tu étais si sûr que j'accepterais ?

Mon père se contente de hausser les épaules avec un sourire énigmatique sur les lèvres. Je me dirige vers la porte lorsqu'il me hèle à nouveau :

- Je sais que tu aspires à une vie plus calme, Lennon, et je te promets de tout faire pour respecter ton choix. Mais en attendant, je te remercie d'accepter de me rendre service.

Je jette un œil aux photos sur le mur puis je reporte mon attention sur mon père.

- La famille, c'est fait pour ça, je lâche en souriant.

Continuer

Inspirés de vos vus

Autres livres par nesslodd

Voir plus
Chapitres
Lire maintenant
Télécharger le livre