icon 0
icon Recharger
rightIcon
icon Historique
rightIcon
icon Déconnexion
rightIcon
icon Télécharger l'appli
rightIcon
Un été merveilleux

Un été merveilleux

Tory Leila

5.0
avis
1.8K
Vues
16
Chapitres

Une adolescente timide, qui rêve de percer comme peintre vie un premier amour qui aimerais tellement que ça dur toute sa vie

Chapitre 1 Début de l'été

Une jeune fille blonde, immobile regarde par la fenêtre de la cabane assise sur un tabouret. Elle discute avec une seconde jeune fille caché derrière une toile.

- QUE comptes-tu faire cet été?

- Sam, arrête de bouger, sinon je ne finirai jamais, dit la peintre.

- De toute façon, lui dit l'interpellée, tu es capable de me peindre sans me voir, alors n'évite pas

la question veux-tu Kim ?

- Je ne sais pas ce que je vais faire, sauf peindre bien entendus.

- Sais-tu que Ginger organisé un petit "party" samedi prochain pour fêter le départ de Barbara?

- Non, je ne suis pas au courant, de toute façon, je ne suis pas inviter.

- Pourquoi dis-tu ça Kim, personne n'a reçu d'invitation jusqu'à maintenant?

- Je le sais, c'est tout. Je connais à peine Barbara, je l'avais seulement dans mon cœur de dessin, et tu sais comme moi que je "gèle" tout le monde en dessin, alors elle ne doit pas vraiment m'apprécier.

- Tu plaisante, Barbara aimerais tellement dessiner comme toi qu'elle t'envie et elle aurai bien aimée te connaître mieux. Mais toi, la "solitaire", tu l'a ignoré.

- Je ne suis pas la "solitaire", et ce n'est pas de ma faute si je l'ai ignoré, mais elle est tout le temps avec des garçons et moi ce n'est pas mon fort.

- Tu aurais tout de même pu faire un effort pour être aimable durant les cours de dessins.

- Sam, tu le sais comme moi que M. Telnat, n'apprécie pas vraiment que je sois gentille avec les autres élèves. Et si je ne veux pas perdre mes chances de voir certaines de mes toiles exposer à la galerie d'art de sa soeur, je suis toute disposer à écouter ses conseils.

- Je le sais, mais tout de même, tu aurais pu engager la conversation sur les heures de dîner, ou même aux référés, mais non tu t'es tenu à l'écart, comme toujours.

- Sam, je ne suis pas d'humeur à entendre tes récriminations. Si tu ne te sens pas bien pour poser, pour que je puisse finir cette toile, alors laisse moi tranquille que je puisse mes concentrer pour la terminer sans faute pour demain, et elle retourne à ses pinceaux sans rien ajouter.

Sam sait qu'elle a été trop loin cette fois, encore. Elle est toujours trop directe avec Kim, mais celle-ci ne s'aperçoit pas qu'elle est entrain de s'enfermer dans un cocon ou personne ne réussis à entrer, sauf elle Samantha Riders.

Mais pour elle c'est différent, car elles se sont connues avant que Kim ne s'intéresse vraiment à la peinture. Elles étaient tellement différentes toutes les deux. Personne ne comprend Sam, beaucoup de monde se demande comment elle fait pour endurer les caprices de Kim l'Hermite, comme beaucoup l'appel.

Mais Sam est fidèle à Kim. Lorsque le père de Sam est mort, Kim à été là pour l'aider à franchir cette épreuve, et jamais elle n'oubliera la joie de sa mère lorsque Kim lui a remit le portrait de son défunt mari. Elle l'avait peint l'année précédente et elle attendait le moment propice pour le lui donner. Elle l'avait peint qui regardait la rivière au soleil couchant, elle avait su capter le regard souriant et la joie de vivre de son père qui se reflétait toujours dans ses yeux. Sa mère avait été très émue et n'avait su comment remercier Kim.

Kim ne voulant pas etre dédommagés en argent, accepta le chandail de laine que Brigitte Riders, la mère de Sam lui tricota. Il etait vert comme ses yeux. Depuis ce temps les deux jeune filles sont inséparables.

Au début du lycée, elles prirent des options différentes, mais elles était ensembles aux récrées et sur l'heure du dîner. Plus tard Sam commença à s'intéresser aux garçons tandis que Kim s'intéressait de plus en plus à la peinture.

Elles firent de moins en moins de chose ensemble, mais jamais elles ne se perdirent de vue. Il y a une très grande amitié qui les lie et c'est ce qui fait qu'elles se retrouvent toujours.

Sam à toujours été franche, mais Kim étant sensible à la critique comme tous artiste qui se respecte, à quelque fois de la difficulté à accepter l'analyse de son amie et Sam le sais, mais souvent elle n'y fait pas attention, cela résulte toujours par une dispute entre les deux jeune filles, ce qui vient de se passer.

Elle regarde son amie, Kim à reprit sa peinture où elle l'a laissé, sa concentration est un sujet inépuisable à l'école. Beaucoup lui envie le fait d'être capable de se concentrer, même dans une salle où tout le monde crie à tue-tête.

Kim travaille constamment par étape, par couleur, par tons. Elle excelle dans ce qu'elle fait et Sam la félicite toujours avec chaleur. Mais à ce momemt-ci, elle se sent une moins que rien, elle a fait de la peine à sa meilleure amie et ne se le pardonne pas.

Elle se racle la gorge de déclare :

- Kim pardonne moi pour ce que je t'ai dit, je ne le pensais pas vraiment.

- Menteuse, lui répond telle sans même lever les yeux.

- Bon d'accord, je le pensais, mais je n'aurais pas dû te le dire.

- C'est vrai, t'aurais pas dû, mais tu ne peux pas t'en empêcher, alors à quoi bon t'en vouloir, je sais que lorsque cela te le dira encore tu recommenceras.

- Tu as raison, mais je ne peux rien y faire, je suis faite comme ça.

- Si tu savais comme quelquefois je t'envie, lui répond Kim en la regardant.

- Toi tu m'envie, je n'aurais jamais crue çà!

- Tu es tellement directe et franche. Moi je suis trop timide et j'ai peur de faire mal en disant la vérité, alors j'esquive la question et je donne une réponse vague.

- Tu sais Kim, il ne faut pas que tu es peur des mots. Mais de toute façon, ce n'est pas le temps de commencer une discussion sur les mots qui font mal et ceux qui fond rire, car on n'a pas le temps. Je me replace pour que tu puisse la finir cette fichue peinture que l'on puisse aller manger une glace.

- Je suis parfaitement d'accord. Il me reste la finition, environ 35 minutes, ensuite va pour une glace.

Elles se perdent chacune dans leurs pensées.

Kim pensent qu'elle est chanceuse d'avoir une amie comme Sam. Elle est merveilleuse et très belle. Les garçons lui courent après, à savoir qui aurait droit à un sourire. Avec ses yeux bleu et ses cheveux blond lui arrivant au bas du dos, sa petite taille et son sourire enjoleur, elle fait battre plus d'un coeur. Tandis qu'elle, avec ses cheveux chatain un peu plus long que ceux de Sam, et ses yeux vert, à 5'5'' pour 145 livres, elle se trouve bien ordinaire. Elle a une carrure athlétique, car elle joue au tennis deux fois par semaine depuis 6 ans avec son frère John, qui lui joue en professionnel.

Il lui dit tout le temps : "Tu es et seras toujours mon adversaire préférée." Elle s'entend à merveille avec lui depuis leur plus jeune âge. John pose souvent pour elle, il dit que ça l'aide à se relaxer. Elle a des peintures de son frère partout.

Tandis que ça soeur Rebecca, elle est plus reserver, plus distante. Malgré leur huit années de difference, elles auraient pu apprendre à se connaître mieux. Mais Rebecca ne restant plus à la demeure familiale et y venant peu souvent, à cause de sa mésentente continuelle avec leur mère, elle ne la voit pas vraiment.

Elle regarde sa toile, retouche les cheveux, recule de deux pas, sourie et dit :

- Une autre de terminer.

- Puis-je voir?

- Bien sûr, vient faire face à ton véritable toi, lui dit Kim avec un sourire.

Sam descend du tabouret peu confortable et fait le tour du chevalet et ce qu'elle voit lui coupe le souffle. Kim l'a représentée sur le haut d'une colline regardant l'horizon avec une robe d'époque ainsi qu'un chapeau. Au loin il y a une maison avec une clôture blanche ou des cheveux broutent l'herbe tranquillement. Sam n'en revient pas dû talent de son amie. Elle la regarde les yeux plein de larmes, émue de voir comment sa meilleure amie peut lire dans ses pensées.

- Comment as-tu fait pour savoir où j'aurais aimé me trouver durant ces interminables séances de posés ?

- Je ne sais pas, mais je crois que c'était écrit dans le fond de t'es yeux sans que tu ne t'en rendes compte. Il te plait ?

- S'il me plait, répéta-elle incrédule, il est splendide, je trouve que c'est le plus réussit de moi depuis celui de la balançoire.

- Je suis d'accord avec toi. Les autres semblaient

toujours trop fade ou trop triste, mais celui-là est réussi.

- Est-ce que je peux le garder Kim ?

- Je ne sais pas, je voulais le faire exposer à la galerie d'art.

- Super, je vais être exposé, moi Samantha Riders dans une galerie d'art

Elle se tourne vers son amie et la serre dans ses bras en essayant une larme su revers de sa main.

- Merci Kim, merci beaucoup.

- Tu sais Sam, tout ce que je fais c'est reproduire ce que j'ai en face de moi, si cette toile est si belle c'est grâce à toi, car c'est toi qui a posé pour elle.

- Je sais, mais sans toi il n'y aurait pas autant de vie sur cette toile.

- Je suis d'accord. Alors tu pourras l'avoir dans un mois ou deux, lorsqu'ils voudront l'enlever de la galerie, est-ce que ça te vas ?

- Bien sûr, je suis déjà tout exciter, par le simple fait que je vais être exposé.

- Alors cette glace, on se la fait !

- Tout de suite, madame la peintre.Et toi

Elles éclatent de rire toute les deux. Kim serre ses pinceaux et son matériel et elles partent pour la crèmerie du coin.

* * *

À leurs arrivées a la crèmerie, celle-ci est pleine de jeunes qui saluent Sam de la main. Elle leur fait un sourire mais ne va pas les voir, elle veut passer la journée avec Kim.

Elles commandent deux banana-split et vont s'installer à une table qui vient de ce libérer. Elles commancent tout juste à manger quand Shirley et un jeune homme arrivent à leur table.

- Est-ce qu'on peut nous joindre à vous, il ne reste plus aucune place de libre, leur demande Shirley ?

Sam consulte Kim du regard qui approuve, et leur fit signe de s'asseoir.

Shirley s'installe au côté de Sam et Kim à le jeune homme a ses côtés. Shirley leur présente son frère, que Sam connait mais pas Kim.

- Alors c'est toi la peintre de l'école, lui demande-t-il?

- C'est moi ! lui repond-t-elle en rougissant tout en prenant une bouchée de sa glace.

- N'est pas honte de ce que tu fais, moi j'aurais aimé savoir peindre, mais au lieu de çà, je joue dans des moteurs. Mais tout compte fait, c'est presque aussi sale l'un comme l'autre, tu ne trouve pas ?

- Tu as raison, malgré que moi maintenant je me salis presque plus, sauf les mains.

- Tu oublis les joues et le bout du nez, continue Sam. Tu vois Nicolas, lorsque l'inspiration lui prend, elle ne peut presque plus d'arrêter et alors elle ne pense pas a ce qu'elle fait, et elle en met partout, mais vraiment partout.

Kim gênée, baisse la tête. Mais Nicolas la prend parle menton et lui dit :

- Tu sais Kim, ce n'est pas grave, car lorsque tu as une inspiration, le résultat doit valoir le coup de se salir ?

- Tu as raison, lui dit Sam, cela vaut toujours le coup. Justement, ce matin elle a mis la touche finale à une peinture et elle est vraiment réussie.

- Naturellement, c'est une peinture de toi Sam, et tu sais bien que je pourrais te peindre les yeux fermé, depuis le temps que je le fais.

- Mais si tu as besoin d'autres modèles fais moi signe, j'aimerais beaucoup poser pour toi, lui dit Shirley.

- C'est gentil de le dire, mais tu sais que ce n'est pas facile, car il ne faut pas bouger durant des heures et quelquefois les positions que tu dois garder ne sont pas des plus confortables. Mais si tu n'as pas peurs de souffrir, je vais prendre ton numéro en note et sûrement que je vais te téléphoner, lui dit Kim avec un petit sourire.

Shirley lui transmet son numéro et Kim le glisse dans sa poche.

- Tu sais Kim, si un jour tu as besoin d'un gars pour poser, je serai content de te venir en aide.

- Merci Nicolas, je m'en souviendrai.

Ils continuent de parler de tout et de rien, soudain Kim regarde Sam avec un air terrifiée.

- Que ce passe t'il Kim ?

- Je viens juste de me souvenir que je dois remettre une peinture d'homme des bois lundi midi à la galerie et que je ne l'ai même pas commencé.

Je dois téléphoner à John, j'ai absolument besoin de lui si je veux la terminer à

Elle s'excuse et se dirige vers le téléphone public.

- Pourquoi doit-elle absolument avoir ce John, pour cette toile, lui demande Nicolas ?

- Car elle connait son visage par coeur, c'est son frère. Alors elle pourra se concentrer sur ce qui l'entoure, lui repond Sam.

- J'aimerais beaucoup la voir travailler, leur dit Shirley.

- Je ne pense pas que tu pourras sauf seulement si tu lui sers de modele, car elle n'accepte personne lorsqu'elle travaille.

- Dommage que je ne sois pas un homme, je lui proposerais mon aide pour cette toile, mais Nick propose lui a son retour.

- Tu as raison Shirley, je vais lui proposer, justement elle revient.

Kim revient avec un air fixe et défait. Elle reprend sa place a côté de Nicolas qui c'est tassé dans le fond et regarde Sam.

- Je ne sais pas ce que je vais faire, John est parti pour son tournoi à Calgary et ne revient que demain soir et je ne peux pas faire cette toile sans modèle, c'est inconcevable, je ne sais plus quoi faire. Si je ne remets pas cette toile lundi midi, je peux dire adieu à la galerie d'exposition.

- Je peux t'aider, lui dit Nicolas !

- Et si je ne lui remets pas cette toile c'est comme si ....

- KIM, la coupa Sam.

- Quoi ?

- Nicolas vient de te parler, tu n'as pas entendu?

- Non excuse-moi Nicolas, lui dit-elle en le regardant, tu disais ?

- Je disais que je peux peut-être t'aider?

- Toi m'aider, mais pourquoi ferais-tu ça ?

- Parce que je n'ai rien à faire et que j'aimerais beaucoup voir tes toiles exposer à la galerie.

- Mais ce ne sera pas facile, on peut en avoir pour une bonne partie de la soirée et demain toute la journee, penses tu pouvoir me consacrer tout ce temps¸¸?

- Wow, cˋest vrai que ca fait du temps, mais ca ne me dérange pas, à une condition !

- Laquelle ?

- Que tu viennes souper avc moi lundi soir pour me remercier de ce que je fais là pour toi !

Sam regarde Kim qui hésite et lui fit signe d'accepter.

- D'accord Nicolas, va pour un souper, mais il faut y aller si nous voulons finir un jour. Désoler Sam, mais ...

- Je comprends Kim, de toute facon je ne veux pas te retenir car je veux que ma toile soit exposé dans la galerie, pour que tout le monde là voit et sache que tu as du talent, alors allez y sans tarder car vous avez du boulot sur la planche.

- Sherley, dit à maman que je ne sais pas quand je vais rentrer, et débrouille toi pour rentrer.

- Pas de problème et amuse toi bien.

- De toute facon je veux aller magasiner, dit Sam, Shirley ca te dit de venir avec moi ?

- Super, on est partie.

- Shirley, veut-tu mon vélo, comme ca tu pourras suivre Sam plus facilement.

- Merci Kim je vais y faire attention, et je vais le laisser chez Sam après.

- Pas de problème et bonne journée les filles, leur dit Kim en partant avec Nicolas dans sa voiture.

Elle lui indique la route et ils y arrivent 5 minutes plus tard. Elle débarque et va ouvrir la porte. Nicolas admire le paysage au loin et le calme environnant.

- Tu es chanceuse Kim, cˋest vraiment très beau ici et calme surtout. Jamais dans un garage tu aurais ce calme, ca me fait tout drole.

- Tu as raison, je me sens bien ici et je ne changerais de place avec personne pour rien au monde. Cette endroit est à moi et le resteras toujours. Aller vient, on va sˋinstaller pour pouvoir commencer le plus rapidement possible.

Ils entrent et le jeune homme est frapper par la beauté des lieux.

- Cest une véritable petite maison que tu as là, cest vraiment magnifique. Petit et confortable, splendide !

- Merci ! Mais tu sais, ce nest pas si petit que ca, j'ai deux autres petites pièces adjacente à celle-ci plus mon lit qui ce trouve là-haut.

- Tu as meme un lit, une mezzanine, jai toujours revé d'en avoir une, mais ont n'a pas la maison pour

en installer une, tu es chanceuse.

- Merci. Tu veux bien aller chercher, dans la cabane derrière, la boite noir que tu y verras s.v.p. ?

- Bien sur, et ilsort de la cabane.

Kim installe son chevalet avec son tabouret pas loin, un autre près de la fenetre et va ouvrir le rideaux. Elle voit Nicolas revenir avec la boite, elle se précipite et lui crie que c'est fragile, alors il la dépose doucement sur la table près de son chevalet.

Elle ouvre la boite, à l'intérieur s'y trouve toutes les couleurs possibles d'acryliques, du fusain, de la gouache et tous les pinceaux envisageables et inimaginables. Nicolas en reste stupéfait.

- Cela a du te couter une petite fortune tout ce matériel ?

- Tu as raison, mais je n'ai pas tout acheter en meme temps et beaucoup sont des cadeaux. Maintenant vient, tu vas t'installer sur ce tabouret et regarder dehors.

Nicolas s'installe.

Elle lui dit :

- Maintenant tu vas penser que tu aimerais aller dans les bois mais malheureusement une tempete de neige fait rage et que tu ne veux pas te perdre.

Elle voit son expression changer et le prend en photo. Il est surprit par le flash et la regarde.

- Je te prends en photo, car la premiere expression est toujours la meilleure et que si tu ne la retrouve jamais, j'aurais cette photo pour m'aider.

- Tu es vraiment bien organisé, je ne sais pas si tous les peintres font comme toi ?

- Je ne sais pas, mais avec cette photo je pourrais te dire merci et tu n'aurais qu'à partir et je peindrai à partir d'une photo. Mais moi je n'aime pas ca, il me faut un modèle vivant pour que je ne manque pas d'inspiration.

- Mais tu disais que tu pourrais peindre Sam, meme si elle n'était pas là ?

- Je pourrais le faire, mais jamais ca ne donnerait un résultat comme celui-là. Elle lui désigne la toile de Sam qu'elle vient de terminer.

Le souffle lui manque, il la regarde, regarde encore la toile à nouveau et ses yeux reviennent vers elle et il lui dit :

- C'est vraiment toi qui as fait ca ?

- Naturellement, tu n'aime pas ?

- N'aime pas ! Maistu es folle, j'adore, c'est super, je n'ai jamais rien vu d'aussi vivant que ca, elle a l'air prete à sortir de la toile et de venir se promener sur la colline ou encore de faire une promenade à cheval. C'est vraiment réussit.

- Merci beaucoup, je suis contente qu'elle te plaise. Maintenant installe toi pour que l'on commence.

Ils s'installent, il est 14h passée. Nicolas se place et se perd dans ses pensées.

Kim commence par un croquis au fusain eui lui prend 20 minutes et apres elle commence l'acrylique.

* * *

- Sam, est-ce que Kim a vraiment du talent, comme tout le monde le dit, lui demande Shirley en parcourant le centre d'achat ?

- Naturellement et meme plus, car elle fait aussi de très belles photos en plus de ses peintures

- Mais alors elle va continuer à étudier en peinture ?

- Je ne sais pas, car elle sait presque tout ce qu'il faut savoir pour peindre en professionnel. Mais pourquoi me demandes-tu ca ?

- Je ne sais pas, je suis simpleme curieuse. J'aimerais beaucoup poser pour elle et je me demande si je serais un bon modèle ?

- Tu vas surement pouvoir poser pour elle un jour ou l'autre, ne t'en fais pas. Hé ! regarde cette robe, elle est rouge, courte et splendide, elle ferait super bien à Kim.

Continuer

Inspirés de vos vus

Autres livres par Tory Leila

Voir plus
Chapitres
Lire maintenant
Télécharger le livre