icon 0
icon Recharger
rightIcon
icon Historique
rightIcon
icon Déconnexion
rightIcon
icon Télécharger l'appli
rightIcon
La reine libérée

La reine libérée

Gilbert Soysal

5.0
avis
746.2K
Vues
294
Chapitres

Il suffit d'une seconde pour que le monde d'une personne s'écroule. Ce fut le cas pour Hannah. Pendant quatre ans, elle a donné tout son amour à son mari, mais un jour, il lui dit froidement : « Divorçons. » Hannah réalisa que tous ses efforts des années passées étaient inutiles. Son mari ne s'était jamais réellement soucié d'elle. Alors qu'elle assimilait encore le choc, sa voix indifférente continua : « Arrête de faire semblant d'être surprise. Je n'ai jamais dit que je t'aimais. Mon cœur a toujours appartenu à Eliana. Je t'ai épousée seulement pour calmer mes parents. Tu étais naïve de croire autrement. » Le cœur d'Hannah se brisa en mille morceaux tandis qu'elle signait les papiers du divorce, marquant ainsi la fin de son règne en tant qu'épouse dévouée. La femme forte qui était en elle se manifesta alors rapidement. À ce moment-là, elle jura de ne plus jamais dépendre d'un homme. Son aura était extraordinaire lorsqu'elle entreprit un voyage pour se retrouver et maîtriser son propre destin. À son retour, elle avait tellement mûri et était complètement différente de l'épouse docile que tout le monde connaissait autrefois. « Que fais-tu ici, Hannah ? Est-ce ta ruse pour attirer mon attention ? », demanda son arrogant ex-mari. Avant même qu'elle puisse répliquer, un PDG autoritaire apparu de nulle part et la prit dans ses bras. Il lui sourit et dit avec audace : « Juste pour te prévenir, Monsieur. C'est ma femme bien-aimée. Éloigne-toi d'elle ! »

Protagoniste

: Hannah Moore et Declan Edwards

Chapitre 1 Le divorce

« Divorçons. »

Deux feuilles de papier délicates marquaient la fin d'un mariage de quatre ans.

Les fins doigts d'Hannah Moore palpaient pendant un long moment le nom encré de son mari sur le document. Quand elle a levé les yeux pour rencontrer ceux de Declan Edwards, une lueur d'espoir s'est fait voir.

« N'y a-t-il plus aucune possibilité pour nous ? », a-t-elle demandé, sa voix légèrement affaiblie par l'émotion et l'effort des tâches ménagères. Son front était couvert de perles de sueur qui se collaient à ses épaisses montures de lunettes noires, lui donnant un air maladroit et banal.

Anticipant le retour de son mari et excitée à l'idée de discuter de leur avenir, après s'être levée tôt, elle était allée chercher des ingrédients frais pour la cuisine et avait rangé la maison. Ses efforts se sont révélés vains en apprenant la terrible nouvelle.

« Notre mariage était essentiellement un accord commercial », a déclaré Declan en faisant tomber des cendres. « De plus, Eliana reviendra bientôt. »

Voilà la véritable raison.

La femme qui occupait son cœur, Eliana Patel, était celle qu'il ne pourrait jamais quitter.

Hannah a ressenti une douleur familière en pressant sa langue contre son palais. Elle a baissé la tête, l'esprit un peu embrumé. À chaque apparition d'Eliana, Declan faisait fi de tout, même de ses propres principes.

À l'époque, il avait épousée Hannah par obligation. Au cours de leurs années de vie commune, sa dévotion ne s'était jamais éloignée d'Eliana.

Après un silence apparemment interminable, Declan a regardé la femme qui se trouvait devant lui.

Hannah était indéniablement belle, sa peau étant lisse, son nez finement formé et ses lèvres semblables à des pétales de rose. Malgré ses lunettes à monture épaisse, ses yeux brillaient de temps à autre à la lumière.

Cependant, elle était peu excitante, presque au point d'être ennuyeuse.

Elle avait une attitude toujours douce. La réputation d'épouse dévouée qu'elle avait entretenue pendant si longtemps était aussi inintéressante qu'un verre d'eau.

Elle correspondait parfaitement au rôle de Mme Edwards, mais elle ne pourrait jamais être la femme qu'il désirait vraiment.

En tenant sa cigarette, Declan l'a écrasée dans un cendrier et a commencé : « Après le divorce... »

Il a fait une pause et ses yeux se sont portés sur l'expression d'Hannah. Elle gardait la tête baissée, ce qui lui donnait inexplicablement l'impression qu'elle dissimulait de la plainte.

Reformulant les mots, il a dit froidement : « Compte tenu de ton passé, tu risques d'avoir des difficultés à trouver un emploi à l'avenir. Donc, en plus des accords de propriété, tu auras trois villas supplémentaires. Tu peux aussi garder la Ferrari en édition limitée, et j'y ajouterai personnellement cinquante millions de dollars. »

Auparavant, quand Eliana avait déménagé à l'étranger, Declan l'avait suivie par amour. Le patriarche de la famille Edwards, également le grand-père de Declan, avait été si furieux qu'il avait failli le renier. Heureusement, sa mère, avec une menace de suicide, avait ramené Declan dans le cercle familial.

Pour regagner les faveurs de sa famille, il avait, selon la demande de son grand-père, épousé Hannah, dont la rumeur disait qu'elle venait d'être libérée de prison.

Bien que n'éprouvant aucun sentiment pour Hannah, il était prêt à lui offrir un généreux règlement, en reconnaissance de ses années de service et de ses relations sans problème avec la famille Edwards.

Cela équivalait à élever des chevaux pour le plaisir tout en sachant qu'il y avait un prix à payer.

Declan a montré le contrat avec son long index, sur lequel se trouvait une bague significative qui était restée à ce doigt pendant quatre ans. Les yeux d'Hannah se sont momentanément empourprés.

« Tu as trois jours pour y réfléchir. Mais ne me fais pas attendre, car ma patience a des limites. »

« Ce n'est pas la peine », a dit Hannah en prenant un stylo noir à côté d'elle avant de signer son nom à l'endroit prévu à cet effet.

« Je suis lucide. Je déménage aujourd'hui et je ne te gênerai plus. »

« Très bien », a répondu Declan, imperturbable.

Il devait admettre que même à présent, Hannah restait posée et raisonnable, ne lui causant jamais d'inquiétude. Le fait qu'il ait toujours aimé une autre femme devait être considéré comme un coup du sort.

En vérité, en tant que Mme Edwards, elle était sans nul doute l'épouse la plus appropriée parmi l'élite de la société.

Malheureusement, l'amour avait ses raisons d'être.

Alors que Declan s'est apprêté à poursuivre son discours, la porte s'est ouverte avec fracas. Sadie Edwards, la jeune sœur de Declan, est entrée en trombe en déclarant : « Declan, j'ai appris que tu te séparais de cette taularde aujourd'hui. Ça te dérange si je prends cette Ferrari en édition limitée ? »

En croisant le regard d'Hannah, qui venait de se retourner pour la regarder, elle a roulé des yeux dédaigneux en direction d'Hannah.

Agacé, Declan a dit : « Combien de fois dois-je te le rappeler ? Lorsque je parle affaires, tu dois frapper avant d'entrer. Ton comportement n'est pas digne de la haute société. »

S'appuyant sur la table, Sadie a fait un sourire narquois. « D'accord, j'ai compris. Donne-moi à présent les clés de la voiture. J'ai prévu d'aller faire un tour avec mon amie. »

Toujours indulgent avec sa sœur têtue, Declan a fait un signe de tête à Hannah. « Donne-lui les clés. »

Les yeux d'Hannah baissés, sa voix est restée égale. « Je croyais que tu avais dit que cette voiture m'appartenait. »

Ses mots étaient toujours aussi doux, mais Declan a senti un froid inhabituel.

Furieuse, Sadie s'est jetée sur Hannah et l'a bousculée avec force. « Qu'est-ce que tu racontes ? Tout ce qui est ici appartient à mon frère. Qu'est-ce que ces choses ont à voir avec toi ? Donne-moi les clés ! »

Pendant toutes les années où elle a fait partie de la famille Edwards, Hannah avait toujours eu bon cœur envers Sadie.

Sadie n'était rien d'autre qu'une fauteuse de troubles, courant toujours vers leur mère au moindre pépin.

Une fois, Sadie avait provoqué la plus jeune fille de la famille Mitchell et s'était retrouvée captive au sommet d'une tour par Bryson Mitchell, le troisième fils de la famille ainsi que le patriarche. Sans l'intervention d'Hannah, Sadie aurait pu rester handicapée à vie en tombant de cette hauteur.

Mais cette dernière lui a rendu sa gentillesse en la qualifiant de taularde.

« Non. »

Hannah était déterminée et fixait Declan dans les yeux. « Je veux la voiture. Tu as promis, M. Edwards. Tu as été toujours si généreux. Ce n'est qu'une voiture de toute manière. »

À cet instant, Declan avait l'impression que la femme qui se trouvait devant lui était une Hannah complètement différente de celle qui s'était fait harceler tout le temps auparavant.

Après une brève pause, Declan s'est froidement adressé à Sadie. « Nous avons beaucoup de voitures ici. Va dans mon garage et choisis-en une autre. »

Sadie, elle, était une fille choyée à l'attitude têtue. Hormis la fois où elle avait croisé Bryson, personne n'avait jamais osé la défier, surtout pas une femme au passé délictueux comme Hannah.

Pointant un doigt accusateur vers Hannah, Sadie a exigé : « Réponds-moi. Tu me donnes les clés ou pas ? »

« Non. »

Paf !

Une gifle cinglante s'est abattue sur la joue droite d'Hannah.

« Tu as du culot de te montrer si audacieuse. Pour qui te prends-tu ? Tu n'es même pas digne de me servir ! »

Les yeux de Declan ont clignoté un instant avant de reprendre leur expression neutre. « Sadie, surveille ton langage. »

Hannah a jeté un regard en coin à Sadie, en se tenant la joue giflée. « Manifestement, on ne t'a pas appris les bonnes manières. »

L'arrogance de Sadie a augmenté ; elle a levé le menton en signe de défi.

« Et alors... Ah ! »

Ignorant les fleurs qui s'y trouvaient encore, Hannah s'est emparée d'un vase à proximité et a arrosé la tête de Sadie avec son eau.

« Considère cela comme une leçon. »

Continuer

Inspirés de vos vus

Chapitres
Lire maintenant
Télécharger le livre