back
Télécharger l'appli
icon 0
icon Recharger
rightIcon
icon un livre d'histoire
rightIcon
icon Déconnexion
rightIcon
icon Télécharger l'appli
rightIcon
Adieu, mon amour irrésistible

Adieu, mon amour irrésistible

Gorgeous Killer

4.9
avis
4.1M
Vues
803
Chapitres

Trois ans auparavant, la famille Moore s'est opposée au choix de Charles Moore d'épouser sa femme bien-aimée et a choisi Scarlett Riley comme son épouse. Charles ne l'aimait pas, en fait, il la détestait. Peu après leur mariage, Scarlett est admise par l'université de ses rêves et elle s'y est rendue sans aucune hésitation. Trois ans plus tard, la femme bien-aimée de Charles est tombée terriblement malade. Afin d'accomplir son dernier souhait, il a rappelé Scarlett et lui a présenté un accord de divorce. Scarlett a été profondément blessée par la décision abrupte de Charles, mais elle a choisi de le laisser partir en signant les papiers du divorce. Cependant, Charles a semblé retarder délibérément le processus, laissant Scarlett confuse et frustrée. Désormais, Scarlett était coincée par l'indécision de Charles : serait-elle capable de se libérer de lui ?

Chapitre 1
Rentrée pour le divorce

Le point de vue de Scarlett :

J'ai de nouveau regardé l'heure et j'ai soupiré. Cela faisait une heure et demie que j'étais descendue de l'avion, et au fil du temps, j'avais perdu le décompte des fois où j'avais jeté un coup d'œil à ma montre. Mon époux, Charles Moore, était introuvable. Il était censé venir me chercher à l'aéroport. Il devait certainement être avec sa petite amie. En secouant la tête, j'ai souri amèrement à cette pensée, je me suis levée et j'ai traîné mes bagages hors de l'aéroport.

Il y a trois ans, j'ai épousé Charles. Cependant, peu après notre mariage, j'avais reçu de bonnes nouvelles de l'université de mes rêves à l'étranger. J'étais admise dans l'un de leurs programmes, alors j'étais partie y étudier. Cela faisait trois ans que Charles et moi ne nous étions pas vus. En mon absence, il passait tout son temps avec la femme qu'il aimait vraiment.

J'avais terminé mes études et j'étais enfin de retour. Je désirais mettre fin à notre mariage nominal. Je me suis décidée à arrêter d'espérer des choses qui n'arriveraient jamais.

En rentrant en taxi, j'ai envoyé à Charles un message qui disait : « Il faut qu'on parle. »

Peu après, j'étais debout dans notre maison vide. J'ai mis mes bagages de côté et me suis dirigée vers le salon. Je me suis assise sur le canapé et j'ai attendu. L'apparence et l'odeur de la maison donnaient l'impression que personne n'y avait vécu depuis des années. Au mur, la photo de notre mariage était toujours accrochée. Cela m'a à la fois offusquée et attristée.

J'ai regardé mon téléphone. Toujours aucune réponse de Charles. J'ai supposé qu'il ne rentrerait peut-être pas ce soir.

Mais je suis restée assise pendant un long moment, plongée dans mes pensées. Puis, j'ai entendu une voiture se garer à l'extérieur. Je me suis levée de mon siège, sentant mon cœur battre la chamade. Avais-je encore quelque chose à attendre de mon mari au cœur de pierre ? Possible. Ou pas. Mais au dernier moment, j'ai grincé des dents et j'ai serré mes mains tremblantes. Je me suis dit : « Je suis là pour en finir. »

La poignée de porte a tourné et la porte s'est ouverte. Charles a allumé les lumières, qui ont projeté une grande ombre de lui dans le couloir. Il est entré. Il était revêtu d'un costume noir anthracite et d'une chemise blanche neige. Ses traits étaient marqués par l'épuisement, mais cela ne masquait en rien son visage carré et ses pommettes saillantes. Toujours le même Charles. Toujours cette aura glaciale que je pouvais ressentir à quelques mètres de lui.

À mesure qu'il s'approchait, mon cœur battait plus vite et je respirais par saccades. Dire que j'avais oublié à quel point il était beau. Il était comme un dieu qui n'avait pas sa place dans le monde des mortels. Son charme faisait que les gens succombaient.

Le temps avait fait de lui un homme plus mûr, qui faisait tourner les têtes. J'ai détourné mon regard alors que je sentais mes joues s'empourprer.

Il s'est dirigé vers le canapé et s'est assis. Je me suis assise sur le siège en face de lui.

Puis, il m'a fixée de ses yeux froids et acérés. J'ai d'abord pensé à baisser la tête et à éviter de le regarder directement, mais j'ai forcé mon menton à se redresser. Je voyais mon reflet dans ses yeux sombres.

« Tu es de retour. » Il a parlé avec son ton monotone habituel, ce qui m'aurait fait hérisser les poils si je ne le connaissais pas si bien.

« Oui », ai-je répondu en gardant une voix aussi nonchalante que la sienne.

« Mon avocat vient de t'envoyer un e-mail. » En parlant, Charles a desserré sa cravate. Sa poitrine musclée se voyait à travers sa chemise.

« D'accord, laisse-moi vérifier. » J'ai dégluti et j'ai essayé de garder tout mon sang-froid sans laisser transparaître la moindre émotion.

J'ai pris mon téléphone et j'ai ouvert ma boîte aux lettres électronique, et l'objet du dernier courriel dans ma boîte m'a sauté aux yeux : accord de divorce. Malgré le fait que je m'y attendais, j'ai eu l'impression que quelqu'un avait planté un couteau dans ma poitrine. La douleur était rapide et saisissante, et la seule raison pour laquelle j'en étais reconnaissante était qu'elle m'a empêchée de voir le charme de Charles pendant une seconde.

« Très bien. Je vais le signer. » En rangeant mon téléphone, j'ai regardé mon futur ex-mari. Sous peu, il ne m'appartiendrait plus. J'ai eu un bon moment en prétendant être Mme Moore. Mais il fallait que ça se termine, et je devais virer M. Moore de mon monde.

« Ne veux-tu pas lire l'accord d'abord ? »

« Pas besoin. Je suis sûre que M. Moore traitera bien son ex-femme. » Je me suis forcée à sourire. Ex-femme. J'allais être son ex-femme très bientôt, mais je n'étais pas sûre d'être d'accord avec un qualificatif aussi brutal.

« Tu auras cette maison de Garden Street. Et l'appartement en ville... »

« Quand ? » Je venais d'interrompre Charles.

« Quoi ? » Il a froncé les sourcils et m'a regardée avec des yeux inquisiteurs.

« Quand est-ce qu'on signe les documents ? », ai-je doucement demandé.

« Je vais prendre rendez-vous avec mon avocat », a répondu Charles en baissant légèrement le menton.

« Très bien. J'attendrai ton appel. »

Au bout d'un moment de silence, il m'a regardée à nouveau.

« Rita ne se porte pas bien. Je veux juste réaliser son dernier souhait », a-t-il expliqué.

J'ai serré le poing en avalant la boule dans ma gorge. Réaliser son dernier souhait ? Un grand homme. Mais devait-il le faire à mon détriment ? Eh bien, j'ai supposé que je n'avais pas le droit de me lamenter ici. Après tout, je n'étais qu'une prétendue Mme Moore. Une suppléante.

« Je comprends. » J'ai juste hoché la tête, même si au fond de moi, il y avait tellement de choses que je voulais lui dire en face.

« Si tu as besoin d'autre chose, je demanderai à mon avocat de le mettre dans l'accord. »

« Non, c'est bon. Quoi qu'il y ait là-dedans, c'est suffisant. » Une fois de plus, j'ai courbé mes lèvres en un faible sourire.

« Viens rendre visite à Rita demain. » Charles s'est levé et a commencé à arpenter la pièce devant moi.

Il a dit sa dernière remarque avec fermeté. Il ne me demandait pas de venir voir sa petite amie. Il me l'ordonnait. Mais pour qui me prenait-il ? Et pourquoi devrais-je aller voir cette femme ? Voulait-il juste remuer le couteau dans la plaie ?

« Et pourquoi le ferais-je ? », lui ai-je demandé en gardant un visage impassible.

« Je ne veux pas qu'elle culpabilise de notre divorce. Dis-lui que tu es amoureuse de quelqu'un d'autre. Rassure-la en lui disant que notre décision de mettre fin à notre mariage n'a rien à voir avec elle. » Il s'est arrêté devant moi et m'a regardée dans les yeux une fois de plus.

« Bien. »

Je voulais refuser. Mais pour une raison quelconque, j'avais toujours trouvé difficile de lui dire non. Il lui suffisait de me regarder dans les yeux et de me demander, et je cédais sans combattre.

« Merci. Je viendrai te chercher demain. »

« Ne te fatigue pas. Envoie-moi juste l'adresse par SMS, et je serai là. »

Charles m'a regardée une dernière fois et s'est éloigné.

J'ai regardé sa silhouette s'éloigner tandis que des larmes montaient dans mes yeux. Nous avions caché notre mariage pendant les trois dernières années. Personne ne le savait à part notre famille et nos amis proches. Il y a quelques mois, les médias avaient annoncé les fiançailles de Charles et Rita. Des photos de Rita essayant des robes de mariée avaient également été publiées et avaient circulé sur Internet. Quel mariage parfait !

Il m'était arrivé de passer de longues nuits à regarder ces photos, et à chaque fois, mes yeux se dirigeaient automatiquement vers Charles. J'avais pensé que je ne devais pas désespérer de notre union et que tant que je restais mariée avec lui, il y avait encore une chance qu'il tombe amoureux de moi et qu'alors notre relation devienne réelle. Je l'aimais, et tant que c'était le cas, c'était suffisant.

Je n'avais réalisé que bien plus tard que j'avais aussi besoin qu'il m'aime en retour, et pas seulement pour un peu. Je souhaitais qu'il m'aime autant que je l'aimais.

Pendant ces trois dernières années, j'avais passé mon temps à l'attendre. J'avais essayé et fait de mon mieux pour lui montrer mon affection malgré la distance qui nous séparait, mais je n'avais rien obtenu en retour. Finalement, j'avais laissé la vérité me démolir.

Ce jour-là, la Scarlett collante et en manque d'affection a connu une mort douloureuse, et de son cadavre est née une nouvelle Scarlett, revêtue d'une armure si épaisse qu'aucune épée ou lance ne pouvait la percer.

Je suis montée dans ma chambre avec mes valises et j'ai déballé mes vêtements. Puis, j'ai pris une douche et me suis changée en chemise de nuit. On aurait dit que personne n'avait touché à la chambre depuis mon départ. Pas le moindre bibelot déplacé, pas le moindre pli sur les draps. De toute évidence, Charles ne l'avait pas utilisée au cours des trois dernières années, car il vivait probablement ailleurs avec Rita.

Cette pensée m'a fait étouffer. Je me suis rendue sur le balcon pour respirer un peu d'air frais. À mon grand étonnement, j'ai vu la voiture de Charles toujours garée dans l'allée. Que faisait-il encore ici ? Ne devrait-il pas être en train de rejoindre sa Rita bien-aimée ?

Pendant que je regardais fixement sa voiture, mon téléphone a sonné. C'était Tiana, ma meilleure amie. J'ai décroché.

« Hey, Tiana ! »

« Scarlett ! Bienvenue à la maison ! »

« Merci. »

« Je suis toujours en voyage d'affaires. Je suis désolée de ne pas avoir pu venir te chercher à l'aéroport aujourd'hui. »

« C'est pas grave. Le travail passe avant tout. »

« Tu es de retour pour de bon ou tu vas repartir à la première occasion ? »

« Je pense que je vais rester pour l'instant. »

« Super ! Viens travailler dans notre station de télévision alors. Je veux dire, tu es parfaite pour ce travail. Tu as étudié les médias, ta voix est agréable à entendre, et tu es magnifique. Les gens vont t'adorer. Tu t'intègreras parfaitement. Qu'est-ce que tu en penses ? »

« D'accord. »

« Tu as parlé à Charles ? » La voix de Tiana est soudainement devenue basse comme si elle voulait sentir quelque chose

« Oui. » J'ai de nouveau regardé la voiture de Charles dans l'allée.

« Il t'a parlé de sa petite amie ? »

« Oui. »

« Quel connard sans scrupules ! Comment ose-t-il te parler d'elle ? »

« Ce n'est pas grave, Tiana. Il m'a demandé de voir Rita demain, et j'ai dit oui. »

« Quoi ? Tu as accepté de rencontrer cette salope qui a volé ton mari ? Tu as perdu la tête, Scarlett ? Cette femme a séduit Charles et l'a encouragé à divorcer de toi. Je ne sais vraiment pas pourquoi elle gaspille son énergie. La famille Moore l'a désapprouvée pour Charles il y a trois ans. Qu'est-ce qui lui fait croire qu'elle a changé d'avis maintenant ? » Tiana était pratiquement en train de crier à l'autre bout du fil.

« Les dés sont jetés. À présent, je veux juste oublier le passé. » J'ai souri légèrement.

« Le passé ? Scarlett, tu l'aimes toujours, n'est-ce pas ? »

Je n'ai pas donné une réponse. Bien sûr que je l'aimais toujours. Jamais je n'ai cessé de l'aimer.

« Scarlett ! » Le cri de Tiana m'a ramenée à la réalité.

« Je suis fatiguée, Tiana. Je t'appelle demain, d'accord ? À bientôt. »

J'ai raccroché le téléphone avant même que Tiana ne puisse protester et j'ai pris une profonde inspiration. La voiture de Charles était toujours là, et il ne semblait pas avoir l'intention de partir de sitôt. Mais qu'est-ce que ça pouvait me faire ?

Tout à coup, la fatigue a fini par peser sur moi. Je suis retournée dans ma chambre et me suis glissée dans mon lit. En m'allongeant sur le dos, j'ai regardé le plafond et j'ai attendu que le sommeil vienne. Quelques instants plus tard, j'ai entendu quelqu'un frapper à la porte.

En me frottant les yeux, je me suis glissée hors du lit et j'ai ouvert la porte. Charles était debout à l'extérieur.

Télécharger le livre