back
Télécharger l'appli
icon 0
icon Recharger
rightIcon
icon un livre d'histoire
rightIcon
icon Déconnexion
rightIcon
icon Télécharger l'appli
rightIcon
La nuit enchantée

La nuit enchantée

APOLLINE GAGNIER

4.8
avis
2.5M
Vues
774
Chapitres

Il y a quatre ans, Cassandra a dû se marier avec un homme riche, bien qu'elle n'eût aucun sentiment pour lui. De même, l'homme dont le nom était inscrit à côté du sien sur l'acte de mariage ne se souciait pas d'elle non plus. Quatre ans plus tard, elle était ivre sur un bateau de croisière à Rome et le destin lui a offert un cadeau, une aventure d'un soir avec un homme incroyablement beau. Elle a trompé son mari ! Et pire encore, cet homme incroyablement beau s’est avéré à être le frère de son mari, Rufus Luo ! Qu'allait-elle faire ? Comment pourrait-elle vivre avec lui sous le même toit ? Que lui ferait son mari après avoir découvert le secret enfoui ? Et plus important encore, comment pourrait-elle résister à son charme ?

Chapitre 1
La dégustation

Quelque part dans la ville médiévale de Rome, alors que la lune projetait une lueur mystique dans la nuit obscure, un luxueux bateau de croisière blanc a lentement transcendé les courants calmes de l'océan. La fête dans le bateau était tellement grande qu'elle était rythmée de chants et de danses. Tout le monde à bord était content et appréciait l'ambiance chaleureuse et conviviale dans laquelle ils étaient plongés.

Pendant ce temps, dans une chambre de luxe du navire, la silhouette projetée sur la porte en verre a été brouillée par la vapeur de la douche chaude, ce qui la rendait mystérieusement attirante. Le bruit de l'eau qui tombait sur le sol créait un contraste perceptible avec le silence qui régnait dans la nuit. À l'intérieur de la pièce, l'atmosphère était chaleureuse et agréable.

De l'autre côté de la porte en vitre, un homme attendait patiemment. Il était adossé sur le chevet du lit, et entre ses doigts fins, il tenait une cigarette à moitié fumée. Profitant de chaque bouffée de fumée, il avait l'air irrésistiblement confiant, sachant que fumer était un symbole de masculinité. Tapotant doucement les cendres de sa cigarette, il a aspiré profondément et a rejeté une belle succession de vague de fumée. Pour lui, fumer de cette façon était un art. La peau brune de l'homme dégageait une lueur attirante sous la faible lumière. Il était d'une carrure svelte et ferme, sans trace de graisse. Chaque aspect de son apparence était simplement bien soigné.

Il a légèrement baissé les yeux qui étaient aiguisés comme ceux d'un aigle et produisaient une étrange sensation de langueur sinistre. Son visage bien formé était irrésistible, ses lèvres sensuelles, minces et roses affichaient un sourire tâché d'une légère trace de moquerie. Ses yeux flamboyants de désir fixaient longuement l'autre côté de la porte vitrée. Il scrutait minutieusement tous les faits et gestes de la femme qui se trouvait dans la salle de bain.

La porte s'est ouverte lentement. Hélas! La robe de soie blanche que la dame portait permettait de voir sa jolie silhouette. Elle séchait ses longs cheveux noirs au moyen d'une serviette. En ajustant sa robe, elle s'est tournée vers lui et lui a lancé un sourire charmant.

Il a été submergé par la soudaine explosion d'hormones en la voyant. Elle avait l'air sexy au moment où elle se frottait les cheveux. Sous ses cheveux se trouvait son adorable visage dépourvu d'imperfections. Elle était l'incarnation d'une incroyable beauté. La trace de rougeur rose sur ses joues était un régal pour les yeux. Il s'est demandé s'il y avait probablement quelque chose sur sa peau qui la faisait rougir après chaque bain, car il ne pouvait s'empêcher de la regarder. Pour lui, elle n'était pas différente d'une jeune pousse de fleur en pleine floraison.

« Peux-tu revenir de ton état d'ivresse? », s'est-il demandé l'homme, toujours avec sa cigarette entre ses doigts qui lui donnait l'impression d'être un véritable macho. « Oui », a répondu la femme en haussant un tout petit peu les sourcils.

Rapidement, le bel homme costaud qui s'était allongé sur le lit quelques secondes plus tôt s'est approché d'elle. Il a largement ouvert les bras pour la saisir tout en promenant ses doigts le long de son dos pendant qu'il l'embrassait. Avec les lèvres posées sur l'oreille de la femme, il a chuchoté : « Mmm, tu sens bon. » La sensualité discrète du chuchotement l'excitait et lui faisait rabattre la tête en arrière. Il le faisait intentionnellement.

Regardant l'homme jouer avec elle, elle a rougi timidement. Elle se sentait toujours un peu étourdie par l'effet du vin. Si elle n'avait pas libéré son esprit cette nuit-là, elle n'aurait jamais eu l'occasion de batifoler avec cet homme.

Il se souvenait que tout se passait au cours de la deuxième moitié de la nuit. Avant cela, elle était tellement ivre qu'elle ne se souvenait pas comment elle y était arrivée. Les moments de folie avec l'homme, suivis d'un bain chaud, avaient presque complètement rétabli sa sobriété, ou du moins ravivé sa raison.

« S'il vous plait... Je dois m'en aller », a imploré la dame, son esprit était devenu clair et elle reprenait conscience. Vêtue de son peignoir, elle a ressenti une légère douleur dans son corps et un bouleversement total dans son esprit. La nuit du jour de la remise de son diplôme de fin d'études, elle avait du mal à comprendre ce qui lui arrivait dans ce pays étranger avec un parfait inconnu.

« Je m'appelle Rufus Luo », s'est présenté le monsieur au lieu de la laisser partir.

La froideur de la dame n'a pas repoussé l'homme, au contraire, elle l'a plutôt motivé à se rapprocher davantage. Sa voix profonde était si captivante, et le sourire sur son beau visage était si terriblement tentant et charismatique.

« Écoutez monsieur, vous n'avez pas à me dire votre nom. C'est une réponse à nos ressentiments mutuels. Après cette soirée, il n'y aura plus rien entre nous. Sans conditions. »

La jeune fille semblait irritée par le fait qu'il se soit présenté. Cela a suscité chez lui un intérêt pour le développement ultérieur de leur relation d'une seule nuit. La dame s'est retournée avec ses beaux cheveux mouillés en le touchant chaleureusement avec douceur.

« Tu étais super ce soir. Y aura-t-il une prochaine occasion? », a demandé l'homme appelé Rufus en soulevant légèrement les sourcils. Son sourire était si éblouissant que la femme, qui s'efforçait de garder une distance de sécurité entre lui et elle, était également un peu embarrassée.

« Désolée. Je dois partir maintenant. » La dame a finalement pris tout son courage et a décidé de partir.

Sans hésitation, la femme a enlevé son peignoir sous le regard de l'homme et a rapidement ramassé ses vêtements éparpillés au sol pour s'habiller. Lorsqu'elle s'est habillée, elle a pris son porte-feuille avec ses mains fines et tremblantes, mais il est tombé et tout son contenu s'est retrouvé au sol.

Elle a froncé les sourcils et a murmuré profondément. Elle a passé ses longs cheveux derrière son oreille pour ne pas bloquer sa vue afin de se baisser pour ramasser ses affaires. Cela a poussé l'homme à esquisser un sourire timide sur son visage. Cette fois, c'était un sourire éloquent qui traduisait qu'il avait découvert quelque chose de vraiment intéressant.

En descendant rapidement du lit, il a ramassé un passeport qui se trouvait sur le coin du sol avant que la femme n'ait eu le temps de le retenir. Évidement, il a rapidement feuilleté les pages du passeport. Et a développé un large sourire.

« Cassandra Qin? », a-t-il lu le nom à haute voix.

« Remettez-le moi! », a hurlé la dame.

En entendant l'homme l'appeler par son nom, la dame, qui jusque-là était occupée à ramasser ses choses par terre, s'est levée rapidement pour lui ôter ce passeport. Ses beaux yeux étaient étincelants de fureur et d'amertume, lorsqu'elle fixait ce monsieur insolent qui avait pris son passeport sans son consentement.

Elle n'avait probablement pas prévu que ce qui allait se passer ensuite serait encore moins poli. Il l'a soudainement prise dans ses bras pour humecter le parfum familier qui se dégageait sur elle pour combler son odorat. Étant si proche de cet homme dans un état conscient, elle s'est énervée déjà et son rythme cardiaque a commencé à s'accélérer. Non seulement son rythme cardiaque s'est accéléré, mais aussi sa respiration. Soudain, les souvenirs de la folle soirée ont commencé à défiler dans son esprit.

« Allons-nous nous embrasser au revoir? », a demandé le coquin monsieur d'un ton gai.

Bien que déguisée sous forme de question, cette phrase était en fait un impératif, pour démontrer qu'il était assez « poli » pour demander le consentement de la femme dans ses bras avant de l'embrasser. Cependant, il semblait qu'elle n'avait pas de « non » comme option, car elle n'avait aucun moyen de s'échapper. Dès qu'il avait fini la phrase, avant qu'elle ne puisse donner une réponse, il a scellé sa bouche avec ses lèvres sensuelles.

Avec ses bras autour de la taille de la dame, le monsieur ne lui a donné aucune chance de résister. Après le baiser prolongé, la fille pouvait à peine se tenir, alors elle n'avait pas d'autre choix que de continuer à être tenue dans ses bras. En regardant l'homme dans une colère ascendante, elle se sentait de plus en plus impuissante à mesure que les secondes s'écoulaient. Après cela, elle n'a plus hésité à s'échapper de cet endroit, laissant ses affaires éparpillées sur le sol, et un regard bien furieux sur le visage de l'homme.

En claquant la porte, elle a abandonné le monsieur tout seul et effaré dans cet endroit spacieux.

De ses yeux, il guettait tout autour de lui, comme s'il essayait de trouver certains effets de la femme, et finalement il a découvert une tache rouge sur la couverture. Son sourire s'est ensuite mystérieusement transformé et devenait plus difficile à interpréter.

Cet homme avait vécu à Rome pendant plusieurs années, et la veille, il avait été invité à une fête du vin, où il avait rencontré la charmante jeune dame. Il était extrêmement rare que lors d'une aventure d'une nuit, sa compagne soit vierge. Pouvait-on considérer cela comme de la chance? Il ne pouvait pas répondre à cette question, du moins à cet instant-là.

Tout ce qu'il savait, était que cette dame avait imprimé une marque indélébile dans son esprit. Jusque là, il n'avait toujours rien oublié de la nuit pleine de passion et de folie qu'il avait passée avec elle car il savourait encore l'odeur de son parfum.

Télécharger le livre