Login to Kifflire
icon 0
icon Recharger
rightIcon
icon Historique
rightIcon
icon Déconnexion
rightIcon
icon Télécharger l'appli
rightIcon
Le masque de la milliardaire

Le masque de la milliardaire

Lloyd Perold

5.0
avis
3.6M
Vues
550
Chapitres

Tout le monde était choqué quand la nouvelle des fiançailles de Rupert Benton a éclaté. C'était surprenant car la chanceuse était considérée comme une fille ordinaire, qui avait grandi dans la campagne et n'avait rien à son nom. Un soir, elle est apparue lors d'un banquet, éblouissant tous les invités présents. « Waouh, elle est si belle ! » Tous les hommes bavaient et les femmes étaient jalouses. Ce qu'ils ne savaient pas, c'est que cette fille de la campagne était en réalité l'héritière d'un empire de plusieurs milliards de dollars. Il n'a pas fallu longtemps pour que ses secrets soient dévoilés les uns après les autres. Les élites ne cessaient de parler d'elle. « Mon Dieu ! Donc, son père est l'homme le plus riche du monde ? » « Elle est également cette excellente designer mystérieuse ! Qui aurait pu le deviner ? » Cependant, les gens pensaient que Rupert ne l'aimait pas. Mais ils étaient surpris. Rupert a publié une déclaration, faisant taire tous les sceptiques. « Je suis très amoureux de ma belle fiancée. Nous allons nous marier bientôt. » Deux questions trottaient dans la tête de tout le monde : « Pourquoi a-t-elle caché son identité ? Et pourquoi Rupert était-il soudainement amoureux d'elle ? »

Protagoniste

: Annabel Hewitt et Rupert Benton

Chapitre 1 La famille Benton

Une femme vêtue d'un tee-shirt blanc et d'un jeans est sortie de la gare de Douburgh avec une valise à la main.

Son joli visage a légèrement rougi sous l'effet du soleil. Elle a replacé des mèches de cheveux bouclés derrière ses oreilles. Sous ses sourcils arqués se cachaient une paire de jolis yeux brillants, un nez fin et des lèvres rouge. Elle était très belle, même sans maquillage.

« Bonjour ! Vous êtes Mlle Annabel Hewitt, n'est-ce pas ? La famille Benton m'a envoyé, je vais vous conduire. »

Annabel a acquiescé et a suivi le chauffeur dans la voiture de façon désinvolte. Elle était déjà épuisée.

En chemin, le chauffeur a jeté des coups d'œil à la femme, qui avait les yeux fermés et se reposait sur la banquette arrière.

Cette femme était la fiancée de Rupert Benton.

Ce dernier était le célibataire le plus en vue de la ville. À seulement vingt et un ans, il était déjà le PDG du Groupe Benton. Il était beaucoup plus mature que les gens de son âge. Vigoureux, plein de ressources et sans états d'âme, il faisait peur à beaucoup de gens dans le monde des affaires.

Son grand-père, Bruce Benton, s'est chargé de lui trouver une épouse. Et il a choisi Annabel, une fille de la campagne.

Les mains sur le volant, le chauffeur a regardé une nouvelle fois le visage innocent d'Annabel et a fait claquer sa langue. Il pensait qu'elle aurait du mal à s'adapter dans la famille Benton.

À cet instant-là, Annabel a lentement ouvert les yeux, regardant cette ville inconnue d'un air calme.

La voiture est vite arrivée à la résidence de la famille Benton. Le chauffeur a porté les bagages d'Annabel.

À peine a-t-elle posé un pied à l'intérieur de la maison qu'une femme bien habillée est apparue. Elle l'a dévisagée de la tête aux pieds avec un air de dédain total.

« Tracy ! »

« Oui, Mme Benton. »

Dès que Tracy a reçu le signal, elle a commencé à vaporiser un désinfectant sur Annabel.

La femme bien habillée était Erica Benton, la mère de Rupert. Les mains sur les hanches, elle a ordonné : « N'oublie pas ses chaussures et ses cheveux. »

Le visage et le corps d'Annabel ont tout de suite été recouverts de gouttelettes de désinfectant. L'odeur âcre lui piquait un peu le nez. Elle a dit froidement : « Mais c'est quoi ton problème ? »

Erica s'est immédiatement mise en colère.

« Je sais que tu viens de la campagne, mais je croyais que tu comprenais au moins ce qu'on fait, hélas. Je fais cela parce que je ne veux pas que tu introduises un virus ou une bactérie dans cette maison. Veux-tu que nous soyons infectés par ce que tu portes ? »

Annabel n'était pas du genre à se laisser emmerder par qui que ce soit. Elle serait partie si elle n'avait pas passé un accord avec son grand-père.

« Dans ce cas, tu devrais vaporiser du désinfectant dans ta bouche parce que ça pue ! »

Sur ces mots, Annabel a repoussé la servante et est entrée.

« Mais... Espèce de... » Erica a pointé Annabel d'une main tremblante. Tracy s'est empressée de la réconforter.

Dans le salon, une fille qui semblait avoir le même âge qu'Annabel était assise dans le canapé. Elle était élégamment habillée et délicatement maquillée. Son expression était plus condescendante que celle d'Erica lorsqu'elle regardait Annabel. C'était la cousine de Rupert, Cathy Benton.

« C'est toi Annabel Hewitt, la fiancée de Rupert ? » Cathy a roulé des yeux dès qu'elle a constaté qu'Annabel n'était pas vêtue d'habits de marque. « Bon sang, grand-père n'a pas de goût. Je n'arrive pas à croire qu'il ait choisi quelqu'un comme toi. De toute façon, j'ai appris que tu étais venue en train. Tu aurais dû nous informer que tu étais trop pauvre pour te payer un billet d'avion. Nous t'en aurions offert un. Attends, que je suis bête, j'ai failli oublier qu'il n'y a pas d'aéroport dans la campagne. »

Annabel a regardé Cathy en haussant l'un de ses sourcils.

Elle se demandait si tous les membres de cette famille étaient aussi arrogants.

Il n'y avait effectivement pas d'aéroport dans sa région d'origine, mais son grand-père avait réservé en entier un train à grande vitesse jusqu'à Douburgh rien que pour elle. Mais ces gens-là ne le savaient sûrement pas.

D'ailleurs, elle aurait pu venir en jet privé si elle l'avait voulu.

Annabel aurait pu facilement le faire comprendre à ces gens, mais elle s'est abstenue de le faire. Elle a simplement monté les escaliers.

L'agacement a assombri le visage de Cathy lorsqu'elle a vu Annabel monter les escaliers. Elle n'était pas habituée à ce qu'on l'ignore, elle l'a donc suivie.

« Où se trouve ma chambre ? », a demandé Annabel à la femme de chambre qui se trouvait derrière elle.

« Ici ! », a répondu Cathy en montrant une porte dans le couloir avant que la femme de chambre ne réponde.

Elle a poussé la porte et a ajouté avec condescendance : « Tu n'as jamais séjourné dans une chambre aussi grande que celle-ci, n'est-ce pas ? Tu devrais bien profiter de ton séjour ici. Je suis cousine de Rupert, Cathy. Surveille ta langue quand tu me parles parce que... »

À peine Cathy avait-elle fini de parler qu'Annabel entrait dans la pièce, lui fermant la porte au nez. Cela l'a mise encore plus en colère.

« Ah ! Comment cette pauvresse a-t-elle osé être aussi prétentieuse ? À quoi pensait grand-père ? »

La servante s'est prudemment approchée et a demandé : « Madame, n'est-ce pas la chambre de M. Benton ? »

Cathy a jeté un regard méprisant sur la porte.

« Chut ! Ne lui dis rien. Rupert déteste qu'on s'immisce dans son espace ou qu'on touche à ses affaires. Quand il saura qu'elle est ici, dis-lui simplement qu'elle a insisté de rester dans cette chambre. »

Les yeux de Cathy brillaient de sournoiserie pendant qu'elle parlait.

Continuer

Inspirés de vos vus

Chapitres
Lire maintenant
Télécharger le livre