Login to Kifflire
icon 0
icon Recharger
rightIcon
icon Historique
rightIcon
icon Déconnexion
rightIcon
icon Télécharger l'appli
rightIcon
La crise du mariage : L'amour est-il un piège ?

La crise du mariage : L'amour est-il un piège ?

Bat Santos

4.9
avis
352.4K
Vues
239
Chapitres

Leona est tombée amoureuse d'Elmer de façon inattendue dès son plus jeune âge. Cependant, Aurora, sa sœur adoptive, lui a impitoyablement dérobé sa famille et l'élu de son cœur. Quand Leona a atteint sa majorité, elle était impatiente d'épouser l'homme de ses rêves. Elle n'allait pas renoncer à une si belle opportunité de se mettre en couple avec Elmer. Cependant, Elmer a entouré Aurora de ses bras et a regardé Leona avec un dégoût non dissimulé. « Tu me dégoûte. » Leona avait l'impression que le monde entier s'écroulait autour d'elle. Souriant amèrement, elle a dit : « Je ne te lâcherai pas tant que je suis en vie. » Peu après cette rencontre, Leona a disparu sans laisser de trace. Personne ne savait si elle était vivante ou morte. Dans les rêves d'Elmer, il entendait souvent la voix de Leona qui lui disait : « Si seulement je ne t'avais jamais aimé. » Cinq ans plus tard, Leona est revenue. Cette fois, elle avait un enfant à ses côtés...

Chapitre 1 Le mariage décevant

Leona Barnes s'est réveillée au bruit de la porte qui s'ouvrait. Ses yeux se sont instantanément illuminés.

Aujourd'hui, c'était son anniversaire.

Le grand-père d'Elmer Hayes avait promis qu'Elmer reviendrait.

Elle l'avait attendu toute la journée. Enfin, il était là !

Leona s'est rapidement levée, prétendant qu'elle ne dormait pas à l'instant, et elle s'est approchée d'Elmer avec un sourire radieux.

« Elmer, tu es -- Hmm... »

Elle n'avait même pas eu le temps de finir sa phrase que l'homme a soudainement pressé ses lèvres contre les siennes, la faisant taire.

Elle se sentait attirée dans les bras de l'homme au point d'être instantanément noyée dans une forte odeur d'alcool.

Elle a appuyé ses mains contre la poitrine de ce dernier pour essayer de le repousser, se débattant pour se libérer de son étreinte.

Mais cela n'a fait que pousser l'homme à l'embrasser de manière plus fougueuse. Il l'a enfermée sur place, en l'entourant de ses bras comme un python.

Les joues en feu, celle-ci ne pouvait rien faire d'autre que de le laisser l'embrasser.

La langue d'Elmer s'est glissée à l'intérieur de sa bouche pour danser avec la sienne, et l'odeur de l'alcool s'y est répandue.

Elle n'en pouvait plus. Son corps tout entier s'est ramolli dans les bras de l'homme.

Elmer s'est arrêté, il a attrapé ses fesses pour la soulever en la laissant enrouler ses jambes fines autour de sa taille étroite et musclée.

Ce n'était que lorsqu'il a ressenti un goût métallique de sang qu'il l'a temporairement lâchée.

Leona avait le souffle coupé. « As... As-tu faim ? Je pourrais demander — »

« Je meurs de faim. »

Une voix grave et rauque l'a interrompue.

La pomme d'Adam d'Elmer montait et redescendait. Avant que Leona ne puisse dire quoi que ce soit de plus, une paire de mains fermes a attrapé sa taille fine pour la jeter sur le lit. Elmer est monté sur elle en lui chuchotant à l'oreille : « J'ai faim de toi. »

Dès qu'il a fini de parler, il a baissé la tête pour embrasser son cou lisse et délicat. Ses lèvres ont continué à descendre, jusqu'à ce que son visage soit enfoui dans son décolleté.

Peut-être était-ce l'alcool, mais Elmer a agi plus grossièrement que d'habitude, laissant une traînée de suçons sur la peau délicate de Leona.

Il a doucement mordu son mamelon rose, le grignotant avec ses dents. Elle n'a pu s'empêcher de gémir en cambrant son dos de plaisir.

Elle n'avait plus aucune réserve. Tenant l'arrière de sa tête, elle se tortillait sans relâche sous son corps, les yeux remplis de passion.

Le pénis d'Elmer était déjà en érection. Stimulé par l'alcool, il ne pouvait plus se retenir et il lui a arraché sa chemise de nuit.

« Oh, mon Dieu... Elmer... »

Les longs cils de Leona étaient mouillés de larmes. Soudain, elle a senti que quelque chose d'épais s'insérait dans son corps. Elle a gémi bruyamment.

Les deux ne faisaient plus qu'un.

Après l'orgasme, Elmer s'est retourné pour s'allonger à côté d'elle, haletant.

L'air était lourd d'intimité.

Leona a posé sa tête sur sa poitrine, le visage aussi rouge qu'une tomate. Elle ne pouvait s'empêcher de sourire de bonheur.

C'était leur rare moment de bonheur, et Leona l'avait toujours chéri.

Elle comptait les cils d'Elmer paresseusement quand le téléphone a soudainement sonné, détruisant l'atmosphère romantique.

Soupirant légèrement, celui-ci a pris le téléphone pour y répondre. Sa voix était basse et douce. Il semblait encore plongé dans ce moment romantique.

Tout à coup, son expression a changé, ses yeux se sont remplis d'inquiétude.

En voyant cela, le cœur de Leona s'est effondré.

Il n'y avait toujours qu'une seule personne dans ce monde qui pouvait lui faire arborer une telle expression.

« Ne t'inquiète pas. J'arrive tout de suite », a-t-il déclaré d'un ton doux. De toute évidence, il s'adressait à sa bien-aimée.

Malheureusement pour Leona, la personne qu'il aimait n'avait jamais été elle.

Elle lui a pris la main pour essayer de le dissuader. « Elmer... »

Mais celui-ci l'a ignorée. Il s'est débarrassé de sa main pour s'habiller rapidement avant de quitter la chambre sans se retourner.

Il l'a quittée en un clin d'œil, comme s'ils ne venaient pas de faire l'amour.

Le moment heureux a été brisé en un éclair.

Leona a souri amèrement en retirant sa main raide. Elle a serré l'édredon si fort que ses jointures sont devenues blanches.

Cela faisait un an. Elle aurait dû s'habituer à sa froideur depuis longtemps déjà, alors pourquoi avait-elle encore le cœur brisé ?

Au bout d'un moment, on a frappé à la porte.

Les cils tremblants, Leona a levé les yeux, pensant qu'Elmer était peut-être de retour.

Cependant, c'était juste la servante qui était entrée, tenant un verre d'eau et une pilule.

« Mme Hayes, s'il vous plaît, prenez le médicament », a-t-elle demandé poliment.

Leona a frotté ses sourcils, en souriant ironiquement.

Peut-être était-ce parce que le climatiseur fonctionnait à plein régime qu'elle avait froid aux os. Son cœur lui faisait encore plus mal.

En effet, elle ne pouvait pas se rappeler combien de fois elle avait vécu ce même scénario.

Par ailleurs, chaque fois qu'ils faisaient l'amour, Elmer demandait à une servante de lui apporter une pilule contraceptive.

Il ne voulait pas qu'elle porte son enfant.

Comment pouvait-il être aussi sans cœur ?

En fait, aujourd'hui c'était son anniversaire, pourtant il l'avait laissée dans la poussière, comme d'habitude.

Elmer ne lui avait même pas jeté un regard en partant, mais il n'avait pas oublié de demander à la servante de lui apporter le médicament.

Réprimant la douleur dans son cœur, Leona a pris le médicament et le verre d'eau avec des mains tremblantes.

Mais la servante n'est pas partie. Elle est restée plantée là à la regarder sans expression.

Leona savait que celle-ci ne partirait pas tant qu'elle ne l'aurait pas vue avaler la pilule contraceptive.

C'était l'ordre d'Elmer après tout, et celle-ci n'osait pas lui désobéir.

Pendant un an de mariage, Elmer a donné à Leona tout ce qu'elle voulait.

Sauf un enfant et son affection pour elle.

Leur mariage dépourvu d'amour avait été arrangé par le grand-père d'Elmer.

Elle l'avait épousé uniquement parce qu'elle était la fille biologique de la famille Barnes.

Elle était ravie à l'époque. Grâce à ce mariage arrangé de toutes pièces, elle avait enfin la chance d'être avec l'homme qu'elle aimait depuis de nombreuses années.

Pourtant, Elmer ne lui avait jamais rendu cet amour. En fait, il était amoureux de quelqu'un d'autre lorsqu'il l'avait épousée à contrecœur.

Elle le savait depuis le début.

C'était tout naturel qu'il ne la porte pas dans son cœur !

Elle n'avait jamais gardé l'espoir qu'un jour, son mari se montrerait plus chaleureux à son égard.

Elle était juste déterminée à rester à ses côtés comme une épouse loyale.

Elle avait même fermé les yeux sur sa liaison avec l'autre femme. Elle endurait tout simplement la douleur en silence, toute seule.

Il était déjà deux heures du matin quand Elmer est arrivé à l'hôpital.

Poussant la porte de la salle, il a trouvé la femme allongée dans son lit, pâle comme un fantôme. Elle semblait si faible.

Elle lui a souri avec beaucoup de peine. « Tu es là, Elmer... Hum. »

En réalité, elle ne pouvait même pas finir une phrase sans tousser violemment. Elle avait l'air si pitoyable.

Il s'est approché d'elle pour lui tapoter doucement le dos. Au médecin, il a demandé en fronçant les sourcils : « Ne m'avais-tu pas dit qu'elle allait bien ? »

Le médecin a remonté ses lunettes sur l'arête de son nez avant de répondre : « M. Hayes, elle a été admise cette fois non pas à cause de sa cardiopathie congénitale, mais à cause de l'hémorragie... »

Continuer

Inspirés de vos vus

Chapitres
Lire maintenant
Télécharger le livre