back
Télécharger l'appli
icon 0
icon Recharger
rightIcon
icon un livre d'histoire
rightIcon
icon Déconnexion
rightIcon
icon Télécharger l'appli
rightIcon
LA SAGA DES NGOWE : le secret de Nico

LA SAGA DES NGOWE : le secret de Nico

UNE VIE

5.0
avis
1.7K
Vues
54
Chapitres

Résumé long lisez moi au premier chapitre

Chapitre 1
Chapitre 1

Chap.1 : Nico Rossi

Nico….

Je gare devant la société complètement angoissé. Je reviens du port où j’avais un rendez vous au bureau de douane mais ça n’a pas pu se faire parce que les services sont en grève (soupir). Ce n’est pas bon pour le business. J’ai une nouvelle cargaison de pièces détachées qui doit arriver pour la réparation des voitures de clients . Je rentre dans le show room où je trouve Maximo( 24 ans) mon frère cadet à la réception. Je roule des yeux car je suis sûr qu’il drague encore

Moi le dépassant : Rossi dans mon bureau !

Il me suit docilement

Moi posément : Qu’est ce que tu fous là?

Max : Rien de spécial! Je fais connaissance avec la nouvelle réceptionniste!!

Moi soupirant : Max ici c’est ton lieu de travail pas de chasse

Max sourire narquois: Faire connaissance n’engage à rien tu sais

Moi : Mouais c’est ça !!

Max se léchant la lèvre inférieure : Mais avoue quand même que la nouvelle réceptionniste est bonne

Moi : Quand bien même! Elle est là pour travailler pas pour que tu la trouves bonne

Max (roulant des yeux) : Hmm!

On rentre ensemble dans mon bureau. Il s'assoit sur un siège visiteur pendant que je prends place derrière la table

Lui c’est le mécano de la famille enfin il a hérité ce don de notre père parce que lui le dessous du capot d'une voiture a toujours été sa première épouse.

Max se grattant la tête : Au fait, il manque des pièces pour l’atelier

Moi soupirant : Je sais et on risque la rupture de stocks pour une période indéterminée !!

Max me regardant perplexe : Comment ça ?

Moi : Bah les services de douane sont en grève !

Max : Encore ? (Oui de la tête) Mais ça fait deux fois en six mois !

Moi (me passant une main dans les cheveux) : Bah oui! Et je crois que je fais devoir annuler mes vacances.

Max : Mais pourquoi?

Moi: Parce que je ne peux pas partir et laisser la situation telle qu'elle est !

Max : Ça fait deux ans que tu ne prends pas de congés

Moi : C’est vrai mais l’entreprise a besoin de moi!

Max : Peut être mais tu as aussi besoin de repos. Tu n’es pas un robot

Moi : En tout cas !

Son téléphone sonne ce qui nous interrompt et lorsqu'il décroche pour parler, je devine que c’est notre mère. Il veut me la passer mais je fais non de la tête pardon. Je ne veux pas entendre le rap de Clarisse aujourd’hui.

Max (Lorsqu’il raccroche ): Maman a un imprévu aujourd’hui il faut que j’aille chercher Gianna ( notre sœur de 17 ans) Chez une de ses camarades

Moi : Pourquoi elle ne prend pas un taxi pour rentrer?

Max soupirant: Parce que ta mère ne veut pas qu’il lui arrive quelque chose

Moi : Clarisse et son bébé!

Max : Elles m’énervent !! J’avais prévu un after avec Benji ( son pote) Là si je rentre direct, la veille va encore me tomber dessus

Moi : Si tu veux qu’elle te lâche prends toi un appartement c’est tout

Max : Figure toi que c’est en projet parce que là ça devient chaud pour moi de vivre avec maman. Tu te rends compte qu’elle vient au studio quand ça lui chante. En plus elle ne prend même pas la peine de cogner. La dernière fois elle m’a surpris en plein ébats avec un amie ( c’est comme ça qu’il appelle ses plans cul)

Moi éclatant de rire : Noooon (il hoche la tête) kiakiakia!

Max : Les choses de la honte comme ça

Moi : Krkrkrkrkr

Max : Ce ne sont pas des choses à rire. Ça fait flipper les filles

Je ris devant sa mine dépitée jusqu’à ce qu’il me laisse. Les choses de Max et sa mère sont toujours hilarantes

Une fois seul, je travaille sans relâche toute la journée je finis aux environs de 19 heures. La route est dégagée il y’a presque que plus de circulation dans la zone industrielle. Je fonce pour Owendo (commune). Lorsque j’arrive à la maison je prends le temps de m’asseoir sur le canapé avant de voir ma fiancée émerger du couloir. Elle se positionne derrière le canapé et entreprend de me masser les épaules.

Maureen : Bonsoir nounours

Moi : Mooo ne m’appelle pas comme ça!

Maureen ( ton rieur) : Pourquoi? Moi ça me plait de t’appeler comme ça. Ça s’est bien passé au boulot aujourd’hui ?

Moi : Pas vraiment!

Maureen : Comment ça ?

Moi profitant de mon massage: Il y’a des petits soucis en ce moment

Elle stoppe le massage

Maureen : Nico han, han !! Ne commence pas je te vois venir. Tu veux encore annuler nos vacances ?

Je pose la tête sur l’adossoir du canapé afin de la regarder dans les yeux

Moi : Bébé c’est le travail c’est ce qui nous nourrit et qui paye tout ce qu’on a

Maureen : Peut être mais tu as aussi besoin de repos. ça fait deux fois que tu annules tes vacances. L’an passé j’ai du y aller avec Elise et Thibault ( un couple d’amis) et je me suis ennuyé de toi !!

Moi soupirant : Je sais ! ( Je l’incite à venir s’asseoir sur les cuisses ) Moi aussi je tenais à partir m’évader quelques temps avec toi mais …

Maureen m’interrompant : Justement si tu y tiens tu dois tout faire pour trouver un moyen Tu te débrouilles comme tu veux mais on s’en va en vacances et tous les deux

Moi : Mooo !?

Maureen dans sa lancée : J'avais déjà vu avec Elise, Thibault et elles sont d’accord pour nous héberge chez eux un mois

Moi surpris : Tu ne veux plus partir à Miami ?

Maureen : Miami ce sera pour la prochaine fois. Je veux qu’on fasse deux semaines à Paris ensuite on passe le reste de nos vacances à Lyon

Moi : Ah euh ok . On fera comme tu veux!

Maureen sautillant sur place : Yees je fais confirmer à Elise tout de suite

Elle me fait un bisou sur les lèvres avant de détaler vers le couloir Je me lève à mon tour pour aller me prendre une Regab ( bière locale et ma préférée) avant de la rejoindre. Maureen est une fille bien de chez nous (Gabon) oui , oui parce que je me considère gabonais et vous le comprendrez plus tard . Elle a le même âge que Max et surtout elle a ce qu’il faut là où il faut. Je préfère vous avertir moi j’aime déguster les saveurs locales (Rire) J’ai déjà essayé avec les blanches mais bon ce n’est pas pareil. J'aime lorsqu’il y’a bien de la chair comme il faut où vous savez ( Rire) et ma femme c’est juste une bombe. Nous sommes connus par l’intermédiaire d’amis communs enfin Elise est mariée à un de mes amis Thibault un français qui a fait fortune dans la restauration à Libreville. Maintenant il a pris sa retraite c’est son fils issus de son premier mariage qui a pris le relève

Maureen est pétillante. C’est vrai elle n’est pas le genre qui traine un bagage intellectuel comme ma sœur Emiliana ( 28 ans, Docteur en Pharmacie). Je ne peux pas discuter des enjeux économiques ou de politique avec elle enfin elle préfère parler chiffons et Kardashian. ( Ne pas me malparler à la nga) Elle a arrêté ses études en quatrième ou en troisième. Mais je l’aime comme ça. C’est quelqu’un de facile à vivre . Il me suffit de lui donner ce qu’elle veut et j’ai ma femme dans tous les sens du terme. Ça me plait parce que je n’aime pas les choses compliquées surtout en ce qui concerne les relations amoureuses. Ça fait trois ans qu’on roule sans histoire même si ma mère et mes sœurs ne l’apprécient pas beaucoup mais je gère ça comme je peux.

Au moment du coucher, je sors de la douche en boxeur et je la retrouve qui se démaquille devant le miroir la commode. Je souris et m’approche d’elle pour l’enlacer par derrière. Je prends ses seins dans chacune de mes deux mains et me mets à les caresser.

Maureen ( gesticulant) : Nicoooo pas ce soir

Moi ( bisou dans le cou): Et pourquoi pas ?

Maureen : Mes cousines anglaises viennent d’arriver

Moi ( déçu) : Ah ( fronçant les sourcils) Mais si tu vois tes règles ça veut dire qu’on a une fois de plus échoué

Maureen soupirant: J’ai bien peur que oui !

Moi ( plissant les yeux): Ça commence à m’inquiéter ça

Maureen ( me regardant d à travers le miroirs): En quoi ?

Moi : Bah ça fait un an qu’on essaye de faire un bébé et à chaque fois ça se solde en échec

Maureen : Tu savais bien que ce n’était pas du premier coup qu’on devait réussir

Moi : Je sais mais bon ça fait un an quand même qu'on y travaille!

Maureen se retournant vivement: Nico arrête c’est peut être toute cette pression que tu te mets qui fait en sorte qu’on n’y arrive pas . Lâche toi un peu ! Depuis un an j’ai l’impression qu’on fait l’amour juste pour ça et pas pour le plaisir

Moi (lui faisant un bisou dans les cheveux) : je suis désolé mon amour mais bon c’est tellement important pour moi. Si je pouvais avoir qu'un seul enfant je serais l’homme le plus heureux du monde.

Maureen soupirant : Je sais tu le dis tout le temps

Cette histoire commence à m’inquièter Ça fait un an déjà qu’on fait tout pour avoir un enfant et on essuie échec après échec. Déjà que j’ai dû convaincre Maureen d’arrêter la contraception parce qu’il faut le dire cet enfant c’est plus moi qui le veut qu’elle. Maureen n’avait pas prévu de faire des enfants enfin ce n'est pas sa priorité en tout cas pas pour le moment . Mais bonbla situation dans laquelle nous sommes au bout de plus de douze mois d’éssai commence à me préoccuper au point où je pense vraiment consulter. Ces vacances sont une aubaine parce que je pourrais peut être voir un spécialiste de la fécondité sur place enfin si j’y vais.

Pour moi avoir un enfant c’est vital ! Je suis d’origine italienne et à cela il faut ajouté le fait que j’ai était élevé par une femme gabonaise Punu ( Ethnie ). Si, si ma mère est noire enfin !! Clarisse Mikala a épousé mon père lorsque j’avais 5 ans. L’histoire de ma vie est assez particulière. Mon père immigrant Italien s’est installé au Gabon lorsque j’avais 4 ans. Il venait de perdre sa femme et voulait fuir la vie qu’il avait partagée avec elle. Au départ Clarisse ( ma mère adoptive) était ma nounou. Je ne sais pas ce qui s’est passé mais quelques mois plus tard elle est devenue la femme de mon père et donc ma mère. Je crois que ils sont simplement tombés amoureux. Parce qu'ils ont partagé plus de 20 ans de vie commune. Bien qu’elle est eu trois autres enfants, elle m’a toujours considéré comme son fils ainé. Maman n’a jamais fait de distinction entre nous On a tous été élevé pareillement. L’orphelin que j’étais, doit tout ce qu’il est aujourd’hui à cette femme. Elle a consacré toute sa vie à mon éducation et à celle de mes frères et sœurs et j’estime que le résultat n’est pas mal. On a quelque soucis avec mon frère Maximo mais bon on met ça sur le coup de la jeunesse.

Ma mère a su remplacé le vide laissé par ma mère biologique. Elle m’a tout appris tout montré. Elle m’a donné l’amour de son pays, de sa culture et de sa tradition. C’est pour cela que je me considère que comme blanc de peau. J’ai beaucoup d’habitudes du pays enfin j’ai l’accent local ( Rire) et que mon plat préféré c’est les aubergine à l’oseille avec du poisson fumé et les crevettes. Je ne suis pas un blanc gaspillé je me considère comme un blanc cocotier (Rire).

Depuis mon enfance on m’a inculqué qu’avoir des enfants est important. L’enfant c’est une bénédiction (Les discours de ma mère) J’ai toujours voulu avoir plusieurs bambinos mais je n’ai jamais trouvé avec qui jusqu’à ce que je rencontre Maureen. Elle sortait d’une relation qui s’est mal terminée avec un autre expatrié et moi j’en avais marre d’enchainer des relations avec des intrigantes. Cette période correspondait aussi à une période difficile..J'étais en pleine crise de la trentaine et chercher à me caser ...

.....

Le lendemain je suis assis dans mon bureau à ressasser tout ça lorsque Max vient m’y rejoindre

Max ( refermant la porte) : C’est quoi cette mine soucieuse ? J’espère que ce n’est par rapport aux commandes qui traînent à cause de la grève des douaniers

Moi soupir : Entre autres

Max : Bof ça ira !

Moi (me passant une main dans les cheveux) : Peut être mais ça risque de me faire rater une fois de plus les vacances alors que j’en ai

Max : Eh bien vas y !!

Moi : Mais qui va assurer ici?

Max ( se désignant) : Bah moi !

Moi : Je ne veux pas te donner plus de travail que tu en as . L'atelier déborde de réparation

Max : C’est signer quelques papiers que tu appelles du travail en plus ? Ne t’inquiète pas pour l’atelier je prendrais deux stagiaires mécano

Moi : Tu es sûr ?

Max souriant : Et certain! (Clin d'œil) En plus jouer le Big boss va encore ajouter à mon sex appeal et les petites du commercial font encore plus tomber sans glisser

Moi amusé : Tu es trop bête toi !

Max ( faussement boudeur) : Hmmm ne m’insulte pas sinon je change d’avis !!

Moi (les mains en signe d’apaisement) : Ok ok ( me frottant les mains) En gros je peux prendre un mois ? (oui de la tête) c’est Maureen qui sera contente

Max : Je le fais plus pour toi que pour elle

Moi : Je sais (lui souriant) Frérot, je te le revaudrais

Max : J’y compte bien krkrkrkr!

Télécharger le livre