Login to Kifflire
icon 0
icon Recharger
rightIcon
icon Historique
rightIcon
icon Déconnexion
rightIcon
icon Télécharger l'appli
rightIcon
LA PRINCESSE DE L'ALPHA

LA PRINCESSE DE L'ALPHA

les chroniques

4.9
avis
291.9K
Vues
130
Chapitres

Alexia Celesta Brewer. Forcée de quitter sa maison lorsque sa meute est attaquée, Alexia s'est enfuie aussi loin que possible pour éviter d'être capturée. Jusqu'à ce qu'elle s'enfuie, devenue une voyou, directement sur les terres d'Alpha Beck. Absent pour affaires, il n'est pas en mesure de s'occuper d'elle et elle est enfermée dans leur prison, abusée et maltraitée. On lui a toujours dit qu'elle était spéciale et qu'elle devait être protégée. Elle savait au fond d'elle-même qu'elle était à l'origine de l'attaque de sa meute. Seule et craignant la colère de ce mystérieux Alpha, Alexia s'attend au pire. Jusqu'à ce qu'il entre, que le monde s'arrête et que tout change. Alexia découvrira-t-elle un jour ce que ses agresseurs voulaient d'elle et accomplira-t-elle son destin ?

Chapitre 1 CHAPITRE 01

"Il m'a regardé avec des yeux suppliants : "Tu dois partir ! Il faut que tu t'en ailles ! Cours ! J'ai besoin que tu t'enfuies, Alexia !"

"Papa, non, je ne peux pas te laisser ici ! Je sanglote.

"Je suis désolé, ma chérie, mais tu dois partir. C'est la seule solution", murmure-t-il, "Tu dois te mettre à l'abri. Ils te veulent, et j'ai juré de faire tout ce qui est en mon pouvoir pour te garder en sécurité."

"Je peux rester ! Je peux me battre ! Je peux aider ! Je t'en prie ! Papa, je ne te quitterai pas !" J'ai crié.

"Alexia, il n'y a pas de temps à perdre ! Il faut que tu m'écoutes ! Il est trop tard pour nous, mais tu peux encore t'enfuir. Nous pouvons les retenir pour l'instant, mais plus pour longtemps. Cours aussi loin d'ici que tu peux, ne t'arrête pas avant d'être au moins hors de l'état. S'il te plaît, princesse, fais-le pour moi", dit-il, les larmes aux yeux.

"Papa, non s'il te plaît, non ne..."

"Je t'aime tellement Alexia. Rappelle-toi toujours que ta mère et moi t'aimons tellement, tellement. Un jour, tu comprendras. Nous serons tous réunis un jour. Je t'en prie, cours. Je t'aime", dit-il en déposant un baiser sur mon front.

Je regardai mon père se détourner de moi et s'élancer hors de la porte dans le combat qui se déroulait sous nos pieds. Je l'ai vu se transformer en son énorme loup d'un noir d'encre et commencer à abattre des loups à droite et à gauche. Il arrachait la gorge de tous les loups ennemis, qui tombaient immédiatement, sans vie, sur le sol. Il m'a regardé par la fenêtre, la douleur dans les yeux, avant de s'élancer sur un autre ennemi.

Je me détournai de la fenêtre et attrapai rapidement un sac à dos, dans lequel je glissai quelques vêtements de rechange, de l'argent, mon téléphone et de l'eau, et que je fermai rapidement à l'aide d'une fermeture éclair. J'ai descendu les escaliers en titubant, suis arrivée dans le salon et me suis arrêtée en état de choc devant le spectacle qui s'offrait à moi. Ma mère, mon frère et ma sœur gisaient dans une mare de sang, les yeux ouverts mais sans vie. J'ai étouffé la bile qui était montée dans ma gorge et je me suis enfuie aussi vite que j'ai pu. Je n'ai pas pris la peine de porter des chaussures, mais j'ai couru rapidement hors de la porte latérale de ma maison dans les bois, mon sac à dos rebondissant tandis que mes pieds frappaient le sol froid de la forêt.

J'ai couru, couru, mais je n'ai pas tardé à l'entendre. Un hurlement fort, long et douloureux qui m'a arrêté dans mon élan. Soudain, il a été interrompu. C'était mon père qui acceptait sa défaite et sa mort. Le silence, signe révélateur de la mort du dernier membre de ma famille.

" NON ! Papa, non s'il te plaît ! NON ! NON ! DADDY !" J'ai crié et j'ai étouffé un sanglot. Je suis restée debout un moment et j'ai pris conscience de ce qui m'entourait. Il n'y a pas six heures, ma vie était tout à fait normale. Et dans ce court laps de temps, ma vie avait été bouleversée et déchirée en lambeaux. Je regardai les bois dans lesquels j'avais grandi, essayant de les mémoriser. Je ne savais pas quand - ou si - je reverrais ces bois.

Toujours en sanglotant, j'ai sprinté, encore et encore, jusqu'à ce que je les entende me suivre. Leurs hurlements résonnaient dans l'air. Leurs pas lourds se heurtaient à la terre tassée. Plus près, et plus près, et plus près jusqu'à ....

Je me suis réveillée brusquement, haletante et tremblante. La sueur coulait sur mon corps et j'essayais de stabiliser ma respiration. En me redressant, j'ai regardé autour de moi et j'ai remarqué mon environnement familier. J'étais allongée, vêtue uniquement d'un soutien-gorge et d'un short de sport noirs, sur un vieux matelas bosselé, dans une petite cellule. Les murs étaient faits de parpaings gris ardoise, le sol et le plafond de béton. En regardant par la petite fenêtre, je pouvais voir qu'il faisait encore nuit, car la lune créait des ombres sinistres sur les barreaux de ma cellule. Je ne sais pas depuis combien de temps je suis ici, je crois que cela fait deux mois et demi, mais je n'en suis pas sûr.

J'ai essayé de me souvenir de mon cauchemar. Mon cauchemar. Il semblait ne jamais finir. Le même rêve, encore et encore. J'avais fui pendant deux jours, comme un voyou, avant qu'ils ne me trouvent. Ils m'ont traîné ici. Jusqu'à ce que l'Alpha revienne de la meute, disaient-ils. Il déciderait alors de mon sort. Honnêtement, j'espérais que ce serait la mort. Je n'avais plus aucune raison de vivre. Ma famille était morte, ma meute avait disparu, je voulais juste que ça se termine.

Je me suis retournée et j'ai essayé de m'endormir à nouveau. J'ai régularisé ma respiration et fait le vide dans mon esprit. Bientôt, un sommeil sans rêve s'empara de moi.

Je fus réveillé par le bruit sourd de la porte de la prison qui s'ouvrait et par des pas lourds qui se dirigeaient vers moi. Je gémis et me retournai, tirant la couverture usée sur ma tête. Je soupirai et ouvris un œil, sifflant contre la lumière vive qui passait par la petite fenêtre.

"Réveille-toi, ma belle, c'est un grand jour aujourd'hui", ai-je entendu une voix suffisante, le tintement de clés, et je me suis retournée. Je poussai un gémissement et me frottai les yeux. J'ai levé les yeux pour voir un garde tout de noir vêtu, l'uniforme typique d'après ce que j'avais vu. Il avait les cheveux bruns coupés court et ses yeux noirs et froids brillaient de malice. Ses bras étaient croisés sur son torse massif et il me fixait du regard.

"Lève-toi. Maintenant." Ordonna-t-il. Je roulai des yeux et me levai. "Surveille ton attitude, princesse". Ses yeux se posèrent avec avidité sur ma peau nue et je me tortillai sous son regard. Je me suis sentie mal à l'aise et j'ai essayé de me couvrir avec mes bras. Je baissai les yeux et l'entendis marcher vers moi, s'arrêtant juste devant moi. Il m'a attrapé le menton et m'a tiré le visage vers le haut. J'ai essayé de m'éloigner de lui, mais il a resserré son étreinte. J'ai gémi lorsque ses ongles se sont enfoncés dans ma peau, et mes yeux se sont mis à pleurer. Avant même que je m'en rende compte, sa main s'est détachée et m'a giflé au visage. Ma tête a été projetée sur le côté et le son a précédé la piqûre. Je me suis mordu la lèvre et je savais que mon visage portait une marque rouge. Il me força à le regarder à nouveau. Un sourire en coin se dessina sur sa lèvre et il me plaqua contre le mur de ma cellule. Ses lèvres attaquèrent agressivement les miennes et j'essayai de m'éloigner de lui pour me réfugier dans le mur. Sa main s'est accrochée à ma taille et s'est posée sur mes hanches. Ses lèvres ont quitté les miennes et sont allées jusqu'à mon cou. Les larmes coulaient librement sur mon visage et j'essayai de me dégager de son emprise, mais je m'arrêtai lorsqu'il poussa un grognement sourd. Ses mains glissèrent sur mes flancs et jouèrent avec la bande inférieure de mon soutien-gorge. Ses lèvres étaient de nouveau sur les miennes, tandis que sa main froide se glissait sous mon soutien-gorge pour toucher mes seins. Il les pressa brutalement, ce qui me fit écarter, lui donnant un accès total à ma bouche. Il l'a envahie avec plaisir et s'est retiré brusquement en souriant comme un fou.

Les larmes ont continué à couler tandis que je glissais le long du mur jusqu'à ce que je m'assoie sur le sol. Il s'est penché et m'a passé une menotte en fer autour du poignet. J'ai levé les yeux pour voir qu'elle était attachée au mur par une épaisse chaîne. Le garde était parti depuis, me laissant seul, la tête pendante. Je me sentais si seul, je n'avais pas eu de nouvelles de mon loup depuis environ une semaine après ma capture. Je pense que les mauvais traitements et les coups, ainsi que le manque de nourriture, ont été trop forts pour elle. J'espérais que tout serait bientôt terminé, quand soudain le garde est réapparu. Avec son sourire en coin, il a fait rouler une bouteille d'eau vers moi et a poussé une petite assiette de nourriture vers moi.

"Mange ma chérie. L'Alpha est rentré, il sera bientôt là. Qui sait, c'est peut-être ton dernier repas ? dit-il d'un air amusé. J'ai ouvert la bouteille d'eau et je l'ai avalée rapidement. J'ai regardé la nourriture dans mon assiette et j'ai frémi. Cela ressemblait à des flocons d'avoine, mais la consistance n'était pas la même. C'était grumeleux et d'une couleur grise. J'ai hésité à porter une cuillerée à mes lèvres, mais je me suis rendu compte que je ne pouvais pas en prendre plus. Des larmes chaudes et furieuses ont coulé sur mon visage. J'étais frustrée que mon estomac ne puisse pas supporter la première nourriture que l'on m'avait donnée en trois jours. Je me sentais un peu mieux avec l'eau dans mon système, c'était la première fois que je me réhydratais de la semaine.

Le garde était reparti, et je me suis assis en regardant le sol. Attendez une minute, l'Alpha est chez lui. PUTAIN DE MERDE, L'ALPHA EST CHEZ LUI. Il va décider de mon sort. Aujourd'hui. Mon esprit a dérivé vers mon dos et les événements de la dernière heure et j'ai soupiré. Je ne savais pas ce que je pouvais supporter de plus.

J'ai entendu le raclement caractéristique de la porte de la prison et beaucoup de voix. Elles étaient fortes et enjouées, j'ai grimacé. Elles faisaient mal à mes oreilles sensibles, qui s'étaient habituées au silence lugubre de la prison. J'ai entendu leurs pas se répercuter sur le béton. J'ai gardé le regard fixé sur le sol et je me suis raidie à mesure qu'ils se rapprochaient.

"Il y a un nouveau voyou, Alpha. Elle est arrivée juste après ton départ. Une jolie petite chose aussi. Nous avons tous eu notre part de plaisir avec elle, si tu vois ce que je veux dire. Qui sait, tu pourrais peut-être l'apprécier toi aussi. La voici", dit le garde.

"Merci Logan", dit une voix grave. La porte de ma cellule s'est ouverte et il a fait quelques pas avant de se figer. Les autres sont entrés derrière lui et j'ai entendu la porte se refermer.

Je sentis son regard sur moi et je frissonnai. J'essayai de me rapetisser en serrant mes genoux contre ma poitrine et en me balançant légèrement. Les autres hommes bavardaient doucement, mais ils s'arrêtèrent et nous nous figeâmes tous en entendant un grognement puissant.

"A MOI !" Il rugit et je tressaillis, me recroquevillant loin de lui, "Quoi. Qu'est-ce que... ? Enfer. Il. est. arrivé. A. Elle."

Continuer

Inspirés de vos vus

Autres livres par les chroniques

Voir plus
Chapitres
Lire maintenant
Télécharger le livre